[Avis Livre] Blonde à forte poitrine de Camille de Peretti

Synopsis: « La fille était le fantasme absolu, la vierge et la putain réunies. Incroyable, inconcevable que personne ne l’ait encore remarquée. C’est de cette façon qu’il en parlerait à la presse par la suite, la version officielle du moins, et quand on lui demanderait de se justifier, il ferait le parallèle avec les chercheurs d’or : elle était la pépite d’une vie, elle était exceptionnelle. »

À 17 ans, Vickie, jeune fille naïve d’une petite ville texane, tombe enceinte de son copain. Rejetée par sa mère et bientôt par sa belle-famille, elle trouve refuge dans un club de strip-tease avec son bébé. Un peu trop grande, un peu maladroite, elle est pourtant vite remarquée pour le pouvoir d’attraction qu’elle exerce sur les hommes. De playmate à star de la téléréalité, son ascension sera fulgurante. Mais qu’il est dur de rester soi quand le monde entier convoite votre corps…

Blonde a forte poitrine Camille de Perretti

Mon avis:
Blonde à forte poitrine attirait mon regard par sa couverture. Comme une invitation à passer une porte particulière, un univers de striptease, elle annonçait à mes yeux une partie de la vie de son héroïne. J’étais curieuse, je me suis lancée. Je ne connaissais par l’auteur Camille de Perretti en dehors des échos lus ou entendus.

Le roman dresse le portrait d’une jeune femme perdue. Vicky semble aspiré par une spirale de mauvais choix. Du début à la fin du récit, jamais un seul n’a été bon. Tout plonge vers le négatif, même la moindre petite parcelle. Etouffant toute possibilité de bonheur pour son héroïne. J’ai eu du mal, vraiment à m’attacher à elle, entre son côté influençable au possible, son manque d’affirmation de soi… Je n’ai pas réussi à me prendre d’affection pour Vicky. J’ai au contraire ressenti une infinie tristesse. Une profonde, une trop grande. Je trouve dommage de ne pas avoir tourné les événements ou la plume pour marquer un attachement à son personnage principal. Cette jeune fille qui se retrouve mère, vend son corps pour subvenir à ses besoins. Plus de profondeur sur ses routes empruntées, sur le pourquoi du comment, une petite réflexion m’aurait davantage conquise. J’aurai accroché plus. Là, j’ai vu une héroïne laissait sa vie entre les mains des autres, sans bouger, sans sourciller. Le chenille se transforme en papillon magnifique, sans se méfier des risques, du retour de bâton, peu importe, elle obéit telle une poupée.

Je me suis retrouvée étrangement perplexe, sans vraiment comprendre Vicky. Le côté désespéré de la mère j’aurai pu le saisir, le désir d’offrir un monde meilleur à son enfant aussi, là je n’ai simplement pas eu l’étincelle, juste un femme qui m’a déroutée. J’ai eu l’impression que l’héroïne ne se respectait, n’existait pas sans l’avis des autres. Son propre regard s’efface pour laisser le volant aux hommes. Elle se perd, se noie, se brise chaque page un peu plus. Je pensais trouver une pointe d’humour, un je ne sais quoi de positif, oui, j’avais espoir d’avoir une once plus douce dans ce tunnel sombre.
Camille de Perretti a écrit une histoire brute, dure, sombre, une déchéance qui grandit doucement et inexorablement. Vicky tombe dans une spirale drogue, alcool, sexe, de poupée sans vie, sans joie, sans flamme dans les yeux, vide. La coquille extérieure se transforme, souffre et accuse les coups du destin. L’âme se fendille un peu plus à chaque chapitre, laissant apercevoir la fin dramatique. Les choix de Vicky m’ont, je cherche encore, les mots justes, révoltés ? crispés ? Le ticket direct pour les portes du royaume de Lucifer s’avèrent un brin décevant pour ma part.
Au final…
Blonde à forte poitrine est une descente aux Enfers. Un aller simple pour une damnation, sans espoir de retour, jusqu’au bout, l’espoir d’un sursaut, d’un retournement m’a retenue. Je ne suis pas parvenue à succomber aux charmes de Vicky. Camille de Perretti semble vouloir critiquer la société qui juge sur le physique, seulement, elle ne forme aucune piste de compréhension, de réflexion pour apprécier totalement son personnage principal, pour moi le chemin n’a pas porté ses fruits.

Merci aux éditions Kero pour la découverte.

Ma note:
5/10

Informations:
Auteur: Camille de Peretti
234 pages
Editions Kero
Date de parution: 8 février 2016
Prix: 17.90€ en version papier, 12,99 euros en format numérique

L’auteur:
Camille de Peretti est née en 1980 à Paris. Elle est l’auteur de cinq romans dont Thornytorinx (prix du Premier roman de Chambéry), et La Casati.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *