[Avis Lecture] Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi

Synopsis:
Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.

Tu-comprendras-quand-tu-seras-plus-grande_virginie-grimaldi

Mon avis:

Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi est la petite pépite qui vous surprend. Vous savez celle que vous n’attendez pas et réussit à vous transporter littéralement. Voilà ce que j’ai eu le chance de découvrir avec le dernier roman de la plume qui m’avait conquise à travers son blog et Le premier jour du reste de ma vie. J’ai eu un énorme coup de coeur. J’ai adoré suivre Julia. Je l’ai adoré du début à la fin. Je crois que si je pouvais je compterai toute mon affection pour ce titre aux éditions Fayard et à Babelio. Ajoutez que j’ai pu rencontrer l’auteure, j’ai été conquise un peu plus.

Au départ, je me suis retrouvée face à cette héroïne qui vit un drame, une perte douloureuse, incommensurable, a le coeur brisé en petits éclats. Julia quitte Paris pour retourner vers ses racines suite à cet événement. La voilà qui prend le poste de psychologue dans une maison de retraite. Dès les premières pages, j’ai eu une bouffée immense d’amour pour ce personnage. J’ai eu des frissons, des larmes, de fou rires. Oui, des fou rires. Je me suis demandée comme Julia ce que j’allais faire dans ce foutoir. Et j’ai découvert l’un des plus beaux récits que la route littéraire peut placer devant soi. J’ai découvert un panel attendrissant de protagonistes.

Julia panse son coeur cabossé à la maison des Tamaris. Elle sort d’une rupture qui s’ajoute déjà à sa peine. Le poids des émotions se ressent. Il ensert dans son manteau, pourtant la plume de Grimaldi offre une façon étonnante de désarmorcer l’atmosphère pesante, triste. Dès les premiers mots, le ton est donné, c’est drôle, décalé, surprenant, tendre et un peu doux-amer. C’est un délice. Une petite douceur comme j’aimerai en avoir plus souvent.

Vous rêvez de suivre des héroïnes maladroites, humaines, passionnantes? Julia en est une. Mais elle n’est pas l’unique raison qui pousse à poursuivre le récit, à plonger sans s’en rendre compte dans les dédales de la maison de retraites, de se pencher dans cet univers un peu particulier. L’ensemble des personnages forme un magnifique pan de caractères truculents, captivants, de Marine, Greg, au gang des mamies Maryline, Louise, Elisabeth, ou encore Gustave ou même Léon. Chacun gagne le coeur, le séduit, ils démontrent à leur manière que les apparences sont trompeuses. Ils offrent un sompteux voyage à travers des thèmes qui pourraient rebuter mais sont si bien amenés, si bien tournés, si bien posés que le charme agit. Virginie Grimaldi réussit à traiter de la mort, de la vieillesse, de la solitude, des peines de coeur, de l’amour et de l’amitié avec un style fluide, frais, qui frappe en plein direct du droit dans le coeur. Les papillons s’installent, doucement mais sûrement.

Au fil des pages, Julia sort de sa torpeur, elle reprend du poil de la bête. L’héroïne semble s’ouvrir, apprendre à aimer de nouveau, à découvrir le monde. C’est comme si au contact des habitants de Tamaris, elle partait vers une nouvelle vie différent. Elle partait pour fuir la réalité et se retrouve confronter à un monde qui lui apporte bien des sourires, des amitiés et un tournant salutaire. L’ambiance se pare d’un voile léger, rempli d’humour, de ce je ne sais quoi qui la rend diablement séduisante. Pas seulement pour son personnage central, mais aussi pour cet assemblage de pièces, de héros autour d’elle.

Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi s’avère un roman possédant son lot de surprises, d’émotions du rire aux larmes. Tout est mis en place avec talent, douceur, une pointe de légèreté pour digérer les douleurs, les plaies sur la routes et panser les cabosses du coeur. Sous ses allures de ne pas en jeter, le roman emporte sa petite claque, profonde, douce, tendre, attachante. A la fin, une envie d’aimer, de prendre la vie comme elle vient, de profiter nait et ne nous quitte plus. Elle envahit l’âme avec un sentiment plaisant.

★ Merci aux éditions Fayard et à Babelio pour ce SP ★

Ma note:
★ 10/10 ★
Coup de coeur

Informations:
512 pages
Editeur : Fayard
Date de parution: 4 mai 2016
Collection : Littérature Française
Prix: 19,90 euros
Disponible en numérique: Oui

Biographie de l’auteure:
Virginie Grimaldi passe son temps à écrire : de la liste des courses aux livres, en passant par son blog à succès.
Auteur d’un best-seller irrésistible, Le Premier Jour du reste de ma vie, et lauréate du prix E-crire Aufeminin 2014, elle signe là un magnifique deuxième roman.

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

3 commentaires sur “[Avis Lecture] Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *