(Avis Lecture) Love and… Tome 1 : Chaos de Lil Evans

Chaos de Lil Evans a été une vraie, une grande, une excellente surprise. Je craignais de retomber dans un univers de motards version Jaci Burton. Les bikers ici possèdent un charme originale, étonnant. La plume se détache des autres, elle réussit à créer un univers riche, séduisant, brute, violent. Le touche personnelle de Lil Evans parvient à former un monde en deux parties. Une histoire pleine de romance, pleine de chaleur qui prend aux tripes, emporte et donne vie à une multitudes d’émotions. Le résumé ne m’avait pas préparé à cette découverte. Pas du tout, du tout.

love-and...-tome-1-chaos-lil evans

Synopsis:
Ebony voit sa vie chamboulée lorsque ses nouveaux voisins emménagent dans la maison d’à côté. En plus du bruit à des heures indues, il y a désormais des hommes plus que louches qui traînent devant chez elle, et bien sûr, il y a Ax.
Ax est le petit nouveau dans le quartier et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a un ego de la taille de l’univers. Mais surtout, un côté bad boy craquant qui vous fait rêver.
Mais même si Ax est dangereux, même si les hommes qu’il ramène chez lui font partie des pires criminels, le danger n’est pas forcément là où on s’y attend et Ebony va le découvrir à ses dépens.

Mon avis:

Ce premier tome m’a totalement séduite. Dans son intégralité même sur la fin plus douce, peut-être rapide dans un sens… Le récit se pare de deux versions : une plus douce installant tous les protagonistes et l’autre plus violente, glauque, sombre et cruelle. Attention, ici, la romance MC choque, remue et percute les neurones et les sens. Suivre Ebony, Ax(Aksel) et les bikers n’est pas de tout repos. Loin de là. Les événements surprennent. Une partie de moi avait senti le vent venir. Je n’arrivais pas à coller pourquoi un des personnages me dérangeait. Par la suite, j’ai saisi pourquoi. J’ai été retournée comme une crêpe devant la profondeur des actes, par la portée, par le choix des thèmes de l’auteure. La tournure de la trame a un côté addictif. Très. J’ai eu un mal fou à arrêter ma lecture avant la dernière page.

Direction un quartier sans histoire, un semblant de Wisteria Lane, calme, le nouvel arrivant chef de gang modifie toute la donne dans la vie de l’héroïne Ebony. Apportant dans son sillage, motards, affaires d’armes, de conflits, de bouffées de chaleurs, de tendresse, d’amitié et d’amour mais aussi des moments cruels, brutaux et violents. J’ai souri en pensant à Desperate Housewives avec les charmantes créatures bien-pensantes. Ax et sa clique m’ont fait vibrer tel Sons of Anarchy. (un des meilleurs compliments à mes yeux, vu l’amour que je porte à cette série).

Mon cœur a fait boum. De nombreuses fois, il a battu intensément. Très très fort. Il a souri, pleuré, hurlé. Il est tombé amoureux de Ebony, Ax, Indiana… Le résumé a réussi à me bluffer. Sur le coup, j’ai presque manqué de reposer le livre en voyant les incursions d’un amour triangulaire. Je n’arrive pas à accrocher à des romances à plusieurs. Mon âme a un blocage. J’ai continué car j’étais curieuse de voir l’évolution de Ax. Et je dois avouer que la savoureuse Ebony a eu le don de faire craquer toutes mes barrières. Entre ses réparties, son courage, ses formes (pour une fois nulle jeune femme svelte sans seins ni fesses… non des rondeurs bien placées… pas de taille 36 mannequin, ça change et ça fait du bien). Puis le meilleur ami d’Aksel, Indi me tentait. (J’ai retenu un fou rire en pensant au chien et à Indiana Jones… puis j’ai songé à mon équipe de baseball favorite les Indians…)

Lil Evans est parvenue à de nombreuses reprises à me surprendre. Elle conduit dans des routes variées pleines d’humour, de sentiments. Alors, non, pas de triangle amoureux. Il y a bien un troisième homme. Seulement les relations évoluent d’une manière fascinante. Ebony est la lumière dans le monde dur des bikers. Elle leur tient tête, osant même traiter les motos de scooters. Les fous rires se succèdent. La jeune femme est une tentation, une douceur, un soleil. L’héroïne attachante qui assume son côté franc, sincère. Une amie comme on aimerait tous en avoir une. Au delà des apparences, au delà des idées préconçues, Eb porte son regard doux, chaleureux. Et là…

Ax, devrais-je vous dire que ce héros a réussi à gagner sa place dans mon top des bads boys ? Chef de gang, il annonce la couleur dès le début du roman, il a tué, trafique, se drogue, boit, utilise des prostituées. Sexy en diable, mexicain, sourire ravageur, tatouages japonais, il a suivi un destin contre son gré. Au fil des découvertes, le cœur succombe. Sous la surface noire, violente, se cache un être qui rêve d’être aimé. Déménager à côté d’Ebony est l’une des meilleures choses de sa vie. Ses liens avec elle le dérange, le pousse à réfléchir, à ressentir des émotions dont il ignorait l’existence. Le rôle d’Indiana accentue cette sensation.

Ebony au milieu, est une délicieuse héroïne. Elle donne sa confiance sans retour, intégralement, entièrement. Pour la jeune femme tout le monde est bon. Le drame qui couve la projette dans ses retranchements nous brisant autant qu’elle. L’envie de l’aimer encore plus, de la serrer, de rentrer dans le livre pour la soutenir devient de plus en plus forte. Elle capture définitivement notre cœur comme celui des motards. Elle percute, chamboule notre univers. Elle marque irrémédiablement.

La seconde partie dévoile un tournant dans la romance. Brute. Destructrice. Atroce. Le style de Lil Evans entraîne dans un sillage glauque, sombre, horrible, dans les tréfonds de la noirceur humaine. Les apparences se retournent. Ceux sur qui Ebony peut compter s’avèrent êtres surprenants. Manquant de briser notre héroïne. Manquant de frapper à jamais notre coeur. Ebony est la bouffée d’oxygène des motards. Ax, Spider, Bear, Indy feront tout pour elle. Sa joie de vivre, son caractère, son acceptation, son soutien ont fait fondre comme neige au soleil les gros durs. Indiana, je ne vous en dirais pas trop. Ni qui Ebony choisit. C’est le bad boy par excellence, décalé, moins brutal que les autres, plus en retrait, dans le gang de Aksel par contrat. Un cœur en or. Un personnage captivant comme les deux autres principaux.

Là où Lil Evans se détache et a mis un cran au-dessus de Jaci Burton par exemple c’est sur l’intrigue qui se greffe sur la romance. Une plume moderne, dynamique, teinté de pointes d’humour, de dialogues ravageurs, de descriptions sensuelles. La tension et l’alchimie montent doucement. L’angoisse, les cauchemars, les monstres dans le placard, les horreurs se décrivent avec force. Le mystère s’installe petit à petit pour atteindre une apothéose bouleversante. Une très belle réussite pour ma part. La romance n’est pas rose. Rien de simple. Tout se complexifie. Les indices se posent. Quand le voile se lève toutes les pièces s’imbriquent à la perfection.- Petite précision, les thèmes abordés parlent d’abus physiques et psychologiques, de traffic d’armes, de drogues… Vous n’êtes pas chez les enfants de choeur, attention aux âmes sensibles. (Surtout dans la deuxième partie).

J’ai tremblé, j’ai hurlé, j’ai frissonné. J’ai adoré Ebony, Ax et Indiana. J’ai refermé le livre avec des palpitations, des papillons dans la colonne. Je regrette de ne pas en savoir plus sur …. Rhaa je ne vous cache pas que je suis curieuse de lire la suite. Chaos est à la fois lumineux et obscure. Un mélange étonnant, percutant, attachant, émouvant. Le twist apporte une nouvelle tournure… Laissez vous tenter. Laissez vous séduire et succomber aux bikers d’Ax.

Pourquoi j’ai opté pour ce titre? Pour sa couverture chaude puis pour son thème une romance chez les Bikers.

Ma note:
10+/10
Coup de coeur

Informations:
Auteure: Lil Evans
Editions: Sidh Press
collection: Hétéros
Thèmes: New adult, Romance, Romance Contemporaine, Tranche de vie, Bad boy
Prix: 5,99 euros en numérique, 15 euros en version papier.

1 commentaire sur “(Avis Lecture) Love and… Tome 1 : Chaos de Lil Evans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *