[Avis] Le Géant de Fer de Brad Bird

★Synopsis:★

Quelque chose de gigantesque se profile à l’horizon. Hogarth Hugues vient tout juste de sauver un énorme robot tombé du ciel. Le jeune Hogarth a désormais un très grand ami et un problème encore plus grand : Comment garder secrète l’existence d’un géant de 15m, mangeur d’acier (avec un penchant pour les voitures de la décharge qui sont délicieuses) ? Cette mission se complique encore plus lorsqu’un agent du gouvernement un peu trop curieux arrive en ville pour chasser « l’envahisseur alien » et que les forces terrestres, maritimes et aériennes des militaires américains sont envoyées pour démolir le géant. Résultat : une incroyable aventure faite de métal, de magie, mais surtout pleine de cœur.
le-geant-de-fer
★Mon avis:★

Le Géant de Fer est une PEPITE. Un petit joyau de l’animation avec un grand A. Un bonheur sur pellicule à partager. Brad Bird signe une adaptation SUBLIME, FANTASTIQUE et MAGIQUE de l’oeuvre The Iron Man de Ted Hughes. Dès les premières images, une vague saisit le coeur, entre modernité et rétro, les yeux s’éveillent et touchent un rêve. Les dessins se parent d’un écrin juste incroyablement merveilleux. Puis vient le fond, le charme augmente au fil des découvertes.

Un robot peut-il avoir une âme? J’ai adoré le design de la machine, de cet être de fer, de ce géant de plus de 15m, qui m’a remis en tête, ceux des créatures du Château dans le Ciel. Le regard se voile d’une nuance entre celui d’un enfant Hogarth et celui des adultes. Le jeune héros voit le Géant de fer comme un innocent. Les adultes n’y voient que le mal. Sous fond d’apocalypse nucléaire, de peurs, l’histoire s’installe. Le robot semble devenir un envahisseur pour tout le monde sauf pour son jeune ami. Il prend le visage du communiste, de son danger. La menace de la Guerre Froide plane dans l’ombre, étouffant et égratignant au passage les idées préconçues ou déposées via les propagandes de défense (très bien soulignées par le biais d’un film documentaire projeté en classe pendant le film).

Hogarth incarne l’espoir, la bienveillance, la naïveté et le charme de l’enfance. A travers lui, le Géant s’affiche, se découvre, s’exprime, découvre le monde. La gentillesse, le grand coeur et la magie de l’enfance opèrent. Confrontés à la vision du monde des adultes, plus brutale, plus sombre, moins agréable, plus méfiante, le coeur se serre. Au départ armé, le jeune héros part à la rencontre de ce mastodonte de fer qui bouleversera son monde. Un ête inoffensif, adorable, terrifiant aux premiers abords mais terrifié par ce qu’il voit.

Les deux personnages s’adaptent, apprennent l’un de l’autre. Ils ont une joie de vivre communicative et plaisante. Leurs jeux, leurs péripéties emportent dans leur sillage d’autres personnes dont un ferrailleur qui cache une âme d’artiste. Les rôles s’inversent Hogarth devient un parent pour ce robot. Et le robot devient enfant. Les pas sont complexes, timides, hasardeux, le coeur lui est bon. Sous ses boulons, une arme destructrice est enfermée. L’homme a le don de l’éveiller. Le pire peut arriver. Le film le démontre avec des scènes grandioses. Les émotions sont omniprésentes. Les larmes coulent, les yeux observent et contemplent, réfléchissent aux idées posées. Le lien étroit entre la vie et la mort se touchent du doigt. Le robot semble vouloir mettre en garde l’humanité. Sa maladresse, sa voix, sa gestuelle le rendent attachant et attendrissant. Son regard est expressif, plus que certains des hommes croisés.

L’enquêteur donne un aperçu de l’esprit étroit, fermé, et de l’opacité des pensées de certains adultes. Tout étranger est obligatoirement signe de destruction, de conflits. Eliminer avant de l’être. Hogarth s’oppose avec sa candeur, sa force, ses qualités et son amitié peu ordinaire. Un robot peut lui aussi apprendre à aimer à se lier. Il suffit d’ouvrir son coeur. Le Géant de Fer s’avère être un somptueux film d’animation avec un fond riche, à redécouvrir ou découvrir en décembre dans une restauration à couper le souffle.

PS: mon avis de maman, quelques scènes sont un peu effrayantes, un peu hors du temps pour les moins de 6 ans, dans une grande salle, les tensions s’accentuent. A voir pour les plus grands, même si les relations entre Hogarth et le Géant sont superbes, les plus petits risquent d’être un peu apeurés.

★ Merci à Warner Bros France pour cette découverte ★

★Ma note:★
★ 10/10 ★
Coup de coeur
affiche-le-geant-de-fer
★Informations:★
Titre original The Iron Giant
Distributeur Warner Bros. France
Date de reprise 7 décembre 2016 – Version restaurée
Date de sortie 8 décembre 1999 (1h 25min)
De Brad Bird
Avec Jennifer Aniston, Harry Connick Jr, Vin Diesel plus
Genres Animation, Action, Aventure, Science fiction
Nationalité Américain

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *