[Avis] Kung Fu Panda 2, le retour de Po

Ce deuxième opus s’avère plus mâture. La fin laisse penser qu’un troisième verra le jour. En espérant que Po ne suive pas le chemin de Shrek avec ses hauts et ses bas. Plongeons dans la philosophie du Kung Fu, dans les valeurs sûres comme l’amitié pour combattre un dangereux Paon.

Les grands et les petits devraient apprécier l’histoire. Les valeurs prônées comme l’entraide, dépassement de soi, sagesse, pondération, tolérance parleront plus ou moins à chacun des nous. Po et les cyclones, mention spéciale pour Tigresse, qui dévoile une part d’elle qui chamboule doucement les idées. Kung Fu Panda 2 se concentre son personnage principal et sa recherche d’identité. Nous avons tous besoin de savoir d’où nous venons pour aller quelque part.

La différence de graphisme entre les souvenirs et le présent m’a agréablement surprise. L’animation s’avère sublime. J’en ai eu les yeux pétillants. Et encore plus mes moopys. Visuellement Po et ses compagnons sont merveilleusement mis en scène, les traits sont superbes. La 3D accentue les effets du pelage des personnages. Un peu comme Sullivan à l’époque de Monstre &Cie, Po a un air de gros nounours maladroit, dodu et pourtant plein de forces. Le héros complètement à l’ouest qui est une plaie, néanmoins il attire le regard et la tendresse. Dreamworks a réussi à la rendre encore plus attachant en se penchant sur son passé. Un voile de nostalgie s’empare du spectateur. Po découvre que son père n’est pas son père, il cherche la vérité. Comme m’a sorti mon Prem « un Panda ça ne sort pas d’un oeuf. Po se pose la question maintenant que son père peut pas être une oie? Mais un Papa c’est une personne qui nous aime peu importe son apparence ».

Le côté gamin fou fou m’a plu, le fan qui a ses jouets à l’effigie des guerriers notamment la Tigresse. Des moments d’actions, des scènes qui m’ont redonné envie de revoir les épisodes de Kung Fu avec David Caradine, histoire de reprendre du petit scarabée. Po conserve son aspect balourd, éléphant dans un magasin de porcelaine pour le plus grand plaisir des adultes ayant encore une âme d’enfant. La Chine est à l’honneur. Les enfants tombent dans le panneau de la quête de Po, ils vibrent avec lui, pleurent et frissonnent, pour finir par avoir le sourire devant sa volonté. L’humour et la dérision permettent de dédramatiser les découvertes et les situations. A mes yeux, la scène entre Po et son père est réalisée avec finesse, tendresse. Elle donne des papillons dans le coeur et dans les yeux.

3 Moop raisons de voir Kung Fu Panda 2

  • Le graphisme séduisant qui évolue selon le passé ou le présent du héros
  • L’humour
  • Pas besoin de l’excuse d’avoir des enfants pour succomber aux charmes de Po et des guerriers Kung Fu.

3 Moop raisons de fuir Kung Fu Panda 2

  • Scénario zen parfois un tantinet enfantin (personnellement ça m’a pas du tout gênée)
  • La fin trop ouverte et prévisible
  • Les cyclones sont pas assez présents, trop de Po tue le Po.

Note: 8/10


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *