[Avis] Hasta la Vista de Geoffrey Enthoven

Lars, Philip et Jozef partent à l'aventure

Hasta la Vista est un petit bijou bourré d’humour. Les préjugés en prennent un sérieux coup dans l’aile. Les 3 héros possèdent tous les 3 des handicaps différents. Le film est osé, il traite un sujet délicat avec une pointe agréable de blagues et un regard assez décalé. Je suis partagée, je vais vous expliquer pourquoi. Je suis partagée car j’ai aimé le film. J’ai souri, j’ai rigolé, j’ai pleuré. J’ai apprécié les personnages au delà des apparences. J’ai trouvé Lars, Philip et Jozef touchants, bouleversants et enfermés dans une coquille. Au delà de l’handicap physique, leur esprit aussi en possède un à sa façon. Claude pas très gâtée par la nature si vous penchez pour les critères de la beauté version mannequin (et les remarques des 3 jeunes) les rejoint sur le second plan. Elle les accompagnera dans leur périple. Le voyage permet de montrer que chacun a son lot de faiblesses. Un périple qui modifie les perceptions de chacun.

Les rires et les larmes se sont enchainés. La chanson « et si tu n’existais pas » accompagne l’histoire pour n’en faire qu’une. Elle est entêtante, émouvante et pousse à aller de l’avant, à se surpasser. La tournure de se moquer de soi-même, de ses limites apporte une touche qui dédramatise la situation. L’ambiance devient moins dure. J’ai retenu le grand cri d’envie d’aimer. Le regard des autres sur l’handicap sert le coeur, fait mal aux tripes et montre l’ânerie de l’homme. La norme est un point de vue. Dépasser les apparences, voir derrière la facade. Je suis gênée car j’ai vu autre chose que les corps handicapés: l’aveugle, le paralysé et le tétraplégique. J’ai vu trois être humains, trois jeunes souffrant de solitude, désirant être aimé. J’ai vu 3 personnes dépendantes qui souffrent d’être en autonomie limitée. Les familles jouent un rôle important. Les 3 dépendent des autres. Ils veulent souffler loin de leur parents. Sans l’handicap, un simple claquement de porte, permet de s’enfuir loin de cette attention étouffante au quotidien. A ses actes remplis d’amour mais qui pèsent. Pour moi, tout le monde possède un handicap à son échelle pour communiquer. Les relations avec autrui sont difficiles. Tout se passe en majeur partie par le physique. Le premier regard et les idées de normalité de la société ponctuent nos attitudes en fonction d’un tas de règles. Certains s’enferment dans leur cocoon, ils se coupent pour se protéger. Loin du graveleux, l’histoire mise en image est étonnante par sa forme. J’ai succombé à l’ensemble: acteurs et récit initiatique bourré d’amitié.

Les blagues sont simplement un moyen de s’exprimer. Dans Hasta la Vista, l’humour offre la possibilité de poser le droit à la sexualité pour tous. Les relations physiques et les difficultés rencontrées pour trouver une moitié pour une per

sonne handicapée se pose d’une manière juste. J’avoue que malgré la fin prévisible et larmoyante, j’étais les larmes aux yeux devant le sentiment intense qui a été mis à jour dans mon petit coeur. Hasta la Vista est dingue, drôle, tendre et émouvant. L’handicap des personnages s’oublient, leurs caractères les transcendent. Une belle ode au droit d’aimer.

3 mots: Voyage, amitié et handicap.

3 Moop raisons de voir Hasta la Vista:

Un jolie comédie humaine sur l’amité au delà des handicaps
Un droit à la sexualité posé avec humour
Un voyage drôle, attachant et bigrement émouvant

Note: :XO: 9/10

© Les Films 13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *