[Avis Film] The Revenant de Alejandro González Iñárritu

Synopsis:
Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption.

Mon avis:
A noter, The Revenant est une adaptation du roman de Michael Punke portant sur le trappeur Hugh Glass brutalement attaqué par un ours et laissé pour mort par les membres de sa propre équipe. (La scène est juste monstrueuse dans le film. L’une des plus horriblement fascinante, éblouissante que j’ai pu voir cette année).

The Revenant possède une photographie magnifique qui a su me toucher. Elle offre aux yeux et à l’esprit un décor majestueux, des couleurs sublimes qui marquent. Le spectacle donne au récit un écrin majestueux. Un des très gros atouts charmes du film repose sur cette mise en scène, cet assemblage de paysages, de moments uniques, splendides. L’impression de suivre en direct, de toucher du doigt la beauté des lieux, la neige, les flammes renversent et scotchent au siège.

Je suis tombée totalement amoureuse de cette photographie. Moins du récit. J’avoue, pour moi certains pans sont longs, même si les images parlent d’elle-même en permettant d’admirer la nature sauvage ou celle des hommes.

Alejandro González Iñárrit installe une histoire alternant calme et chaos en un clin d’œil. La violence se dégage sous différents visages, bousculant les cœurs et les âmes. Malmenant tout sur son passage. Emportant dans le sillage du héros Hugh Glass magnifiquement interprété par Léonardo Di Caprio. Somptueux dans son rôle, l’un des meilleurs de sa filmographie pour ma part. (Loin devant le Loup de Wall Street après c’est une question de point de vue). Je me suis retrouvée impressionnée par sa prestance, ses regards, toute cette palette d’émotions qui passaient au-delà des mots. Il m’a subjuguée, totalement du début à la fin. Son rôle est intense, prenant, captivant. Il frôle la perfection. Cet homme qui fait face, se relève et avance dans la tourmente des événements sans jamais se déclarer vaincu m’a bluffée.

 Photo Leonardo DiCaprio
Photo Leonardo DiCaprio

The Revenant pose un univers d’un pan de la conquête de l’Ouest loin d’être tendre, il est brut, sombre, violent, implacable. Personne n’est épargné hommes blancs ou Indiens. La Nature met à mal les deux camps bons ou mauvais, sans distinctions. Les pionniers m’ont plus d’une fois retournée l’estomac, peut-être davantage que les Indiens. Attention, âmes sensibles, ici, vous avez la Nature sans concessions, sans retenues, les animaux sont utilisés pour leur peau et leur viande, le tout dans des photographies qui donneront la nausée si votre estomac a un loupé.

The Revenant : Photo Tom Hardy
The Revenant : Photo Tom Hardy

Au casting, j’avoue que j’ai eu un gros sourire devant le méchant de service joué par Tom Hardy en John Fitzgerald, l’homme mauvais pour mauvais. Rien n’a récupéré, pas une once de gentillesse. Face à Domhnall Gleeson dans le rôle d’Andrew Henry ou encore Will Poulter dans le rôle de Bridger, Tom Hardy m’a pas plus convaincu que ça, son personnage sonne creux, limite sans profondeur, les pistes levées sur lui sont intéressantes mais souffrent d’une absence de développement. Dommage, certains y ont vu sa plus belle prestation, pas moi. (Là les fans vont m’en vouloir).

Deux petits points m’ont empêché d’adhérer et de tomber dans un coup de cœur : les longueurs et l’exploitation de certains personnages. (J’aurai aimé pouvoir me prendre d’affection ou d’empathie pour eux, en dehors de Hugh Glass…) A voir si le roman développe autrement les protagonistes et les faits. Il n’en demeure pas moins que The Revenant a été une surprise, visuellement somptueuse, avec un casting brillant, un Léonardo Di Caprio qui retient l’attention, seulement les pas se retiennent sur la route.

Ma note:
8/10

Informations:
Date de sortie: 24 février 2016
Durée: 2h 36min
De Alejandro González Iñárritu
Distributeur: Twentieth Century Fox France
Avec: Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson
Genres: Western, Aventure
Nationalité Américain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *