[Avis Film] Lili Pom et le voleur d’arbres

Lili Pom et le voleur d’arbres est un ensemble de six courts métrages produits par le studio KANOON – IRAN (Institut pour le Développement Intellectuel des Enfants et des Adolescents) et Les Films Magiques.

Lili Pom et le voleur d'arbres - Affiche

Synopsis:

Six histoires drôles et poétiques pour aborder l’imaginaire des enfants et sensibiliser ces derniers à la protection de l’environnement.

« Songe d’un petit agneau » de Hamid Karimian
Un jeune agneau s’est égaré dans une forêt inquiétante. Seul et perdu, la peur le gagne… quand soudain il entend les douces notes de la flûte d’un berger! Le petit agneau les rejoint gaiement entraîné dans un rêve féerique.
Tout d’un coup, Le bruit du tonnerre le ramène à la réalité ! Ravi de ce voyage magique, il suit allègrement son chien de berger vers le village alors que des gouttelettes de pluie commencent à tomber.

« Le poisson rouge qui voulait voir la mer » de Fabrice de la Rosa et Michaël Journolleau
Un petit poisson rouge s’ennuie dans son bocal. Il rêve de voir la mer.
Un jour, il décide de tenter l’aventure et saute dans la cuvette des toilettes… mais le chemin de la liberté n’est pas sans danger !

« Le pêcheur, les pirates et la sorcière » de Michaël Journolleau
Un pêcheur mène une vie simple et paisible. Un beau jour, il se fait attaquer par des pirates en pleine mer.
Son bateau a coulé ! Par une terrible tempête, il échoue devant un étrange manoir.
Mais qui se cache derrière la porte ?

« Le voleur d’arbres » de Rashin Kheyrieh
Un petit homme vivant dans un atelier de charpentier décide un jour de bâtir sa maison. Il abat les arbres d’une forêt mais une tribu de corbeaux y a élu domicile. Ils assistent impuissants et malheureux à la destruction de leurs nids !
Une nuit, il rêve que la police est à ses trousses pour arrêter le voleur d’arbres. Il est réveillé en sursaut par une tempête qui détruit sa maison. Au petit matin, une maman corbeau et son petit viennent le voir. Pris de remords, il décide de réparer à sa manière la forêt pour qu’elle soit aussi belle qu’avant et, que les oiseaux y nichent à nouveau.

« Lili Pom » de Fabrice de la Rosa et Michaël Journolleau
Lili vit heureuse dans sa maison-pomme. Sa vie bascule quand une fermière vient cueillir des pommes pour en faire une tarte et lui dérobe sa maison. Accompagnée de ses amis, la souris et le corbeau, Lili s’embarque dans une aventure pleine de rebondissements pour retrouver sa maison.

« Si j’avais » de Fabrice de la Rosa, Rodrigue Gbarssin et Michaël Journolleau
Si j’avais de grandes jambes… si j’avais de grands bras… et si j’avais de grandes oreilles !

Mon avis:
Les histoires se mettent à la portée du jeune public. L’écologie se pose avec des images douces, colorées, aux teintes et aux structures variées. Le rendu s’avère inégal. « Songe d’un petit agneau » a un graphisme colorée très enfantin dans ses gammes de de choix, il captive par ses teintes. Le film est l’un des plus mignon dans le recueil. Le second, « Le poisson rouge qui voulait voir la mer » parle d’un poisson rouge dans son bocal, le trait crayonné simple et direct fonctionne.

Le troisième, « Le Pêcheur, les pirates et la sorcière » laisse un peu sur le côté au niveau des personnages, mes yeux ont eu le sentiment d’avoir un Oui Oui rond devant eux. L’un des petits bémols du dessin animé à mon sens repose sur les expressions de ses personnages. Mais les couleurs rattraperaient presque les défauts inexpressifs du pêcheur. Je me suis sentie triste devant « Le voleur d’arbres », avec ses silhouettes noires, il a un côté sombre qui sert le coeur. Par contre, « Lili Pom » a un côté mystérieux pour la compréhension. Mon âme d’adulte est restée à côté de l’aventure de cette petite rouquine qui cherche une graine.

« Lili Pom et le voleur d’arbres » possède des qualités et des défauts. Les six courts séduiront les plus petits dès 4 ans pour des raisons différentes des adultes. Pour ma part, certains m’ont davantage séduite que d’autres. Mon préféré a été « Si j’avais ». Le garçon a une imagination débordante, dynamique, plaisante et qui donne le sourire. Je me suis juste demandée quel rapport avec le thème de l’écologie… Je cherche encore… En même temps, une part de moi qui apprécie les contes a su rester captiver par : « Le Pêcheur, les pirates et la sorcière » ressemble plus à un conte qu’à une fable écologique (sauf si la vision de la pêche offerte a une autre signification que celle que j’ai comprise…). La mention spéciale revient au premier, doux comme un bonbon.

Le format court réussit à maintenir l’attention. Les enfants pourront toucher du doigts de phénomènes naturels comme les orages, les inondations… Ils auront un regard peut-être plus clément, plus doux.

Ma note:
7/10

Informations:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *