[Avis Film] Fast & Furious 7 (Fast 7) de James Wan

Fast & Furious revient avec un nouveau volet. C’est l’une des sages cinématographiques dont j’avoue avoir un infini plaisir à regarder sur grand ou petit écran. Typiquement, le genre de films qui se classe dans mes plaisirs coupables, qui à chaque visionnage marque des points.

Fast and Furious 7 la vengeance approche

Synopsis:
Dominic Toretto et sa « famille » doivent faire face à Deckard Shaw, bien décidé à se venger de la mort de son frère.

Mon avis:

Dès les premières images, l’ambiance est posée, la destruction sera au programme sans ménager qui que ce soit sur son chemin. La présentation du nouveau méchant Deckard Shaw joué par Jason Statham marque le ton: la vengeance ne sera pas sans heurts. Peu importe les pots cassés, elle sera teintée d’action et de combats décapants. L’acteur impose son charisme et son air de détestable personnage qui pourtant arrive à retenir l’attention et à séduire.

Fast&Furious 7 offre un spectacle qui séduira les fans de la première heure. Les combats se savourent aussi bien visuellement que par les paroles échangés par les divers protagonistes. James Wan plonge le spectateur dans l’action et le colle à la première place pour observer les retombées. Les yeux en prennent plein la vue.

L’occasion de suivre la bande de Dominic de Los Angeles à Abu Dhabi (le gros fou rire lors de la fin du générique avec visit to Abu Dhabi) s’installe dans une atmosphère chargée d’émotions. Les cascades mettent les personnages dans des situations abracadrabrantes, à la limite du délire pur et dur. Certaines répliques marquent profondément, notamment celles de Dwayne Johnson et ses idées. Mais Vin Diesel et les autres ne sont pas en reste. Les voitures s’admirent sous la main des conducteur, elles deviennent des jouets incroyables. Les explosions, les balles, les courses se mêlent pour donner naissance à une histoire plaisante. L’histoire est servi par un casting brillant: Jason Statham, Dwayne Johnson, Paul Walker, Elsa Pataky, Jordana Brewster, Lucas Black, Michelle Rodriguez, Ronda Rousey, Vin Diesel. La petite note moderne avec les hackings, les idées de Big Brother via un nouveau personnage fait mouche tout en apportant une fraîcheur.

Le regard se teinte d’un voile à chaque apparition de Paul Walker. La gorge se noue sous l’émotion. Et pour augmenter cette sensation, la tournure des événements, les mots et la musique se lient. Les dialogues, les actes, les scènes ont su faire tomber mes réticences.

Fast & Furious 7 : Photo Kurt Russell, Paul Walker, Vin Diesel

Fast&Furious 7 ne dispose d’aucun temps mort. Le rythme maintient le spectateur dans son siège, curieux de connaître la fin. Je me suis retrouvée scotcher à mon fauteuil le coeur battant. J’avais peur de ressentir une lassitude sur la durée du film, loin de là, les rebondissements réussissent à captiver totalement l’esprit. Du moins, le mien. Les jeunes femmes sont toujours aussi peu vêtues. (La mise en valeur des tatouages serait pas aussi sympathique avec plus de vêtements sur la peau? Je demande… Je m’intéresse plus aux cylindrées des voitures qu’aux courbes dénudées des demoiselles des circuits…)

La saveur qui découle du septième opus de Fast&Furious a un petit je ne sais quoi d’étrange, de décalé, de coeur à fleur de peau, de grosses boules d’émotions, comme une bande de copains que l’on aime retrouver tout en sachant que plus rien ne sera jamais pareil. Les notes de musique de la bande originale signée par Bryan Tyler appuie sur cette impression.

Attention, je préviens, j’ai eu des poussières dans les yeux à la fin avec l’hommage à Paul Walker. Mes larmes ont coulé le combo entre le plan, Vin Diesel, les regards, les notes tout est mis en scène de telle façon qu’impossible d’éviter la boule au ventre.

Fast&Furious 7 signe une magnifique conclusion à la saga avec Paul Walker, tout en offrant la possibilité future de voir d’autres aventures. Entre les scènes d’action, son méchant et son très beau clin d’oeil à l’amitié, l’oeuvre de James Wan claque la rétine et l’âme dans un divertissement quasiment parfait. (si vous aimez un tant soit peu la saga au départ, le coup de coeur est très très proche de la surface).

Ma note:
9/10
*coup de coeur*

Informations:

  • Date de sortie: 1 avril 2015
  • Durée: 2h20min
  • Distributeur: Universal Pictures International France
  • Réalisateur: James Wan
  • Avec: Vin Diesel, Paul Walker, Jason Statham
  • Genre: Action
  • Nationalité Américain

2 commentaires sur “[Avis Film] Fast & Furious 7 (Fast 7) de James Wan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *