[Avis Film] Deadpool de Tim Miller.

Que vous dire du nouveau film de Deadpool? J’ai adoré. Littéralement. Du pur délire en barre. Deadpool est parti très loin. Dès le générique, il pose les galons de son côté déjanté, décalé, loufoque et tordu. Cette pointe qui fait quasiment tout son charme à mes yeux. Le meilleur étalage de crédits que j’ai pu voir de ma vie. Le long métrage de Tim Miller est un pur régal. Il colle à la perfection à l’image que j’ai du héros anti-héros après avoir dévoré ses comics depuis des années. Une version non édulcorée d’un des personnages de comics les plus barrés. La présentation des origines de Wade est brillamment posée. L’incessant babillage de Wilson est respecté. Il a effacé d’un trait majestueux le traitement donné dans X-Men Origins. Du petit bonheur en barre pour grands enfants. Vous aviez rêvé d’avoir une version non censuré du mercenaire? Vous l’avez!!! J’ai eu les yeux brillants, émerveillés tout le long.
Deadpool - Photo promotionnelle Ryan Reynolds
Entre le mélange humour, action, romance, tout est savamment dosé. Deadpool en voit des vertes et des pas mûres, il est malmené, mais conserve son mordant. Mutilé, horriblement moche, il se relève toujours. Sa force est incroyable. L’auto-dérision, les clins d’oeil (le coup de Liam Neeson, j’en rigole encore) forment un assemblage de répliques savoureuses. Le mercenaire sarcastique, drôle, violent qu’est Deadpool prend son envol dans un long métrage qui marque des points à chaque scène. (J’en ai presque oublié les erreurs de petits raccords costumes avec les tâches de sang). Le charme opère emportant toutes les craintes dans son sillage, les broyant, les écrasant.
Deadpool Affiche Tim Miller Movie
Et que dire des X-Men? J’étais partagée entre étonnement et gros sourire. Colossus (Andre Tricoteux) est un de mes favoris, son accent russe respecté, son côté j’ai des convictions est habilement mis en image. (J’ai cru retrouver mon vieil ami, celui qui m’avait accompagné pendant mon apprentissage de la lecture). Sa coéquipière m’a fait penser au lien Jubilée/Wolverine. Du très bon, délicat, un peu en retrait, cependant, superbe. Les pendants totalement gentils de Wilson. Comme la morale que les super-héros ne sont pas en CDI que seul 4/5 actions suffisent pour être un héros. Le côté interrogatif sur peut-on se défendre si en face c’est une femme a un aspect qui colle avec les idées des protagonistes aussi bien Deadpool que les X-Men. Petit décalage encore plus avec les vilains qui eux s’en moquent comme de leurs premières chaussettes.

Deadpool : Photo Morena Baccarin, Ryan Reynolds

Que dire des interprétations? Ryan Reynolds est magique. Tout simplement. Parfait! Piquant, incisif, brutal, déjanté, il campe une version de Deadpool somptueuse. Ed Skrein est un Francis méchant, affreusement captivant. Gina Carano campe une Angel Dust qui tient la dragée haute à Piotr Raspoutine. Le casting se complète à la perfection. J’ai jubilée du début à la fin. Je ne peux que vous conseiller cette version de Deadpool et souhaiter très fort un retour (si Cable et X-Force sont de la partie, je signe direct deux fois).

Tim Miller a réalisé un Deadpool qui fait mouche. En clair, j’ai des étoiles dans les yeux. J’ai retrouvé le Deadpool tordu, violent, sombre, adorable que j’adore. J’ai pris autant de plaisir devant le film que devant mes comics. Merci.

PS: A réserver aux plus grands, évitez d’emmener les petits, ce n’est pas un Avengers, un Captain America, un truc doux, mignon et pleins de chatons ou de licornes.

Ma note:
9,5/10
Coup de coeur

Happy De Niro

Informations:
Date de sortie 10 février 2016
Durée: 1h 49min
De Tim Miller
Avec Ryan Reynolds, Morena Baccarin, Ed Skrein, Jed Rees, Gina Carano.
Genres Action, Aventure, Comédie
Nationalités Américain, Canadien

°°°°°

2 commentaires sur “[Avis Film] Deadpool de Tim Miller.

  1. Super article !
    Oui, Deadpool est un des meilleurs personnages de l’univers Marvel et il a ENFIN un film digne de lui. J’ai tellement rit, je n’en pouvais plus !
    Malheureusement, je suis un peu tristes d’avoir vu si peu de femmes dans la salle… Nous sommes un peu une sous-catégorie et c’est dommage car les femmes ont elles-aussi besoin de lâcher prise.
    Je te rejoins entièrement sur cette article, j’ai moi aussi eu l’impression de retrouver des vieux amis, et Dieu que c’est bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *