[Avis Film] Chorus de François Delisle

Synopsis:
Le jour où leur fils a disparu, un après-midi après l’école, la vie d’Irène et Christophe s’est brisée. Chacun de son côté a survécu à sa façon, lui au Mexique, elle en reprenant sa carrière au sein d’une chorale. Dix ans après, un appel de la police les amène à se retrouver…

Mon avis:
Pour Chorus fait partie de ces oeuvres qui me laissent un avis mitigé. Plusieurs jours après la projection, le moment de réflexion, de digestion passé, je ne sais toujours pas où réellement me situer par rapport à ce film. J’ai d’une part beaucoup aimé et de l’autre, j’ai eu un petit sentiment de malaise. Le réalisateur François Delisle offre une histoire toute en sobriété, assez noire qui se concentre sur le récit difficile et la perte de cet enfant dans des circonstances horribles.

Mon coeur a pleuré. Mon âme de mère a hurlé. J’ai eu de nombreux pincements en découvrant petit à petit le drame d’Irène et de Christophe. Ce couple qui vit à sa manière la perte, les non-dits, l’amour qui se brise mais ne survit pas. Ou du moins qui ne peut plus subsister comme il était avant. Avant ce point, avant ce changement horrible, irrévocable, macabre.

Chorus - Affiche

La pédophilie sous un regard jamais teinté de jugement, ni de pudeur extrême, brut, sombre. J’ai eu la nausée, j’ai pleuré intérieurement, j’ai été retourné. Le duo m’a emmené dans un tournant intense, confus, plein de tensions. Les sentiments les lient toujours, l’amour se devine, il a juste pris un nouvel élan, le drame les a brisé. Comment survivre, se relever après ce qui leur est arrivé? Rien ne peut plus être pareil.

Chacun apporte sa vision. Irène et Christophe on chacun pris un tournant pour surmonter la disparition de leur fils. Chacun semble avoir pris un envol. Leurs blessures se cachent plus ou moins bien sous la façade, sous les sourires, sous leur gestes. Peut-être que quelque part, j’ai été dérangé de voir l’enfant en sous-vêtement, peut-être que cette partie m’a semblé malsaine, dérangeante, surtout près du père nu après un ébat… Ce côté a éteint une partie des étincelles de compassion pour le héros. Christophe m’a donné une impression d’être plus détaché. Tout en étant touché irrémédiablement dans le plus profond de son être. Etrange. Déroutant. Pourtant, sa réaction face à la vidéo des confessions du violeur de son enfant a su me toucher, le rendre humain…

Suivre Irène et Christophe dans la découverte du corps de leur enfant, de l’enterrement, de l’après… est dur. Brutal. Intense. Le choix du noir et blanc accentue sur la tristesse, sur la douleur des parents. Mais aussi sur le soulagement de savoir enfin ce qu’il est advenu de leur fils. La réalisation dévoile petit à petit les indices de la rupture des deux anciens amants. Le pourquoi du comment, leur manière de voir les événements, le choc… L’histoire est loin d’être simple. Complexe, elle prend aux tripes.

Deux mondes, deux parents qui tentent de continuer de vivre dans un monde qui n’est plus le leur. Beau, touchant, émouvant, sans superflu. J’ai du mal à poser toutes les sensations qui ont pu naître en le voyant. Le deuil d’un enfant je n’ose l’imaginer. Je n’ose pas penser à la souffrance que les héros vivent. A cette parcelle d’étincelles éteintes à jamais. Je souhaiterai être optimiste, croire que malgré tout, l’amour d’Irène et de Christophe pourra un jour revenir différemment…
Ma note:
7/10

Informations:
Date de sortie: 20 janvier 2016
Durée: 1h36min
Distribution: UFO Distribution
Réalisateur: François Delisle
Avec: Sébastien Ricard, Fanny Mallette, Geneviève Bujold
Genre: Drame
Nationalité: Canadien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *