[Avis Film] Anina de Alfredo Soderguit

Anina de Alfredo Soderguit est l’adaptation d’un roman du même nom de l’illustrateur et auteur uruguayen Sergio López Suárez. J’ai eu un énorme coup de coeur pour le film d’animation. Un gros un immense.

Synopsis:
Anina Yatay Salas est une petite fille qui n’aime pas son nom car c’est un palindrome – on peut le lire à l’envers comme à l’endroit – et fait d’elle la risée de ses camarades. Un jour, suite à une bagarre dans la cour d’école, Anina et son ennemie Gisèle sont convoquées par la directrice qui leur remet comme étrange punition, une enveloppe scellée qu’elles ne devront pas ouvrir avant sept jours. Anina avec son imagination débordante, fera tout pour deviner le contenu de l’enveloppe mystérieuse…
Anina - Affiche

Mon avis:
Sous ses airs doux, tendres, son graphisme plaisant, Anina cache une très jolie histoire. Celle d’une petite fille de 10 ans qui sera confronté à des événements peu ordinaires… Les apparences sont trompeuses. Le ton mélange drame et humour. Les adultes seront autant touchés que les adultes. Anina Yatay Salas détonne. Je regrette juste le manque d’explications avec des exemples pour le palindrome. Parfois de mots sont plus concrets pour le jeune public (même le plus grand remarquez… je me suis retrouvée à expliquer avec trois mots ce qu’était un palindrome: kayak, gag et rêver.) En clair, un mot qui peut se lire dans les deux sens.

L’intrigue est assez simple pour toucher un enfant dès 6 ans. Il pose avec des mots sans fioritures, sans complication une situation plus complexe qu’elle ne semble être au premier regard. Le point de départ peut parler à tous les écoliers: une dispute dans la cour de récréation qui dérape, une punition qui en découle. Ana se bagarre avec Ysel. Les deux petites filles sont à l’opposé l’une de l’autre. Elles se détestent. Le destin a décidé de changer leur relation…

La punition de la directrice est étrange. Pourquoi une enveloppe? Pourquoi la sceller? Que contient-elle? L’enveloppe sert de point de départ pour Anina, moqué par ses camarades et affublé du surnom de Palinbête. Difficile d’avoir un palindrome vivant à 10 ans. Difficile de garder le sourire et de comprendre la portée du choix de ses parents…

Pourquoi j’ai craqué pour Anina? Pourquoi j’ai fondu? Pour la délicatesse et la simplicité des sujets abordés. Pour le timbre subtil qui parle aussi bien aux petits qu’aux grands. Le harcèlement scolaire et la séparation parentale sont amenés avec tact. Les mots seront peut-être trop simple, direct pour certains. Je trouve au contraire qu’ils sont parfaits pour les 6 ans et plus. Ni trop dur, ni trop brutal, réaliste tout en conservant cette magie de l’espoir de l’enfance. Tout comme le côté je me mêle de tout des voisins, des proches qui ont toujours un mot à dire sur l’éducation des enfants sans voir au delà des rumeurs et des faits…

Anina n’est pas parfaite. Elle réfléchit, elle cherche, elle s’interroge. La petite fille souffre de son rapport avec Ysel, la dénigrant à un moment. Puis au fil des scènes, un lien se forme. Un peu aidé par leur entourage… Mais parfois un petit coup de main est nécessaire pour ôter ses œillères. J’ai aimé les divagations, les révélations, les aides en silence… Poétique, sombre et coloré à la fois, Anina est une petit pépite à découvrir, à déguster, à aimer. Les générations traumatisés par « coupez leur la tête » de la reine de coeur dans Alice au pays des merveilles trouveront écho dans les cauchemars de l’héroïne. Les thèmes posés à l’écran sont variés. Ils touchent et marquent des points. Je suis sortie de la salle en ayant très envie de découvrir le roman illustré.

L’enveloppe pourra en décevoir. Elle prouve simplement que l’important n’est pas toujours le point d’arrivé mais le voyage. Les rebondissements surprennent, ouvrent des perspectives et permettent de comprendre des actions… La lumière, l’atmosphère, les personnages, l’ensemble forme un film d’animation ravissant, captivant et bluffant.

Anina est un film beau, simple, envoûtant, percutant. Il m’a pris aux tripes. Il m’a séduite. Complètement et irrémédiablement. Entre son héroïne et les personnages secondaires, le charme s’étend petit à petit. Le mystère se lève et le coeur se laisse prendre au jeu. Laissez vous séduire, laissez vous tenter! Un film étonnant à ne pas rater.

Ma note:
9/10
Coup de coeur

Informations:
Date de sortie: 30 septembre 2015
Durée: 1h20min
Distributeur: Septième Factory
A partir de 6 ans.
Réalisateur: Alfredo Soderguit
Avec Federica Lacaño, Guillermina Pardo, Lucía Parrilla plus
Genre Animation , Aventure , Famille
Nationalité Uruguayen , colombien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *