[Avis Film #Adaptation] Le Petit Prince de Mark Osborne

Le Petit Prince a marqué de nombreux esprits. Positivement ou négativement, la découverte de l’univers de Saint-Exupéry laisse des traces. Je n’ai jamais été une grande fan de son récit. Au risque parfois de passer pour un être sans coeur, sans magie. Je n’ai jamais vraiment eu cette étincelle face à ce petit héros et ses aventures. J’ai redécouvert le Petit Prince en 2015. A travers les yeux de mon dix ans et ceux de Mark Osborne. A travers une autre vision, un autre regard qui m’a bouleversée.

Le Petit Prince - Affiche

Synopsis:
C’est l’histoire d’une histoire.
C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes.
C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.
C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

Mon avis:

Mark Osborne mélange les mondes, les transcende et les modifie tout en gardant le ton de Saint-Exupéry. Il a su ouvrir une porte. Une étincelle que je ne pensais pas rencontrer. L’amitié entre la petite fille et l’aviateur m’a séduite. Littéralement. Incroyablement. Deux solitudes, deux coeurs qui se trouvent, se lient et grandissent. A travers les yeux de la petite héroïne débrouillarde, intelligente, craquante se pare plusieurs visions celle de l’enfance et de la vie d’adulte. Les choix que nous croisons au fil des années pour avancer. Poussée par sa mère, du haut de ses 9 ans, la puce tente de mener à bien sa future entrée dans une école prestigieuse. Le monde apparaît dur, aseptisé, réglementé. L’aviateur désorganise tout. Il lui offre une autre porte, une autre voie.

Des petits défauts, des longueurs ponctuent par ci par là, la trame, seulement, elles s’oublient vite transporter par la magie du moment et des images. Les émotions se teintent de couleurs digne d’un soleil. Les nuances varient selon les sentiments de la petite héroïne. Même dans les instants sombres, le côté doux orangé subsiste. Comme une étincelle d’espoir. L’imaginaire est merveilleux. Le petit Renard a complètement fait craquer mon coeur comme son petit camarade. Les mots et les dessins apprivoisent les yeux, l’âme. Les voix d’André Dussollier, Florence Foresti, Vincent Cassel, Guillaume Gallienne, Vincent Lindon, Marion Cotillard parviennent à poser des palettes impressionnantes au tournant de l’histoire.

L’oeuvre séduit doucement, elle prend par la main, chamboule et transporte. L’esthétisme visuel est captivant. Le mélange des genres offre un spectacle vibrant avec des pointes de poésies et des airs de Miyazaki. Une magnifique plongée pour rencontrer Le Petit Prince et ses acolytes le Renard, la Rose, le Businessman, le Vaniteux ou le Serpent. Autant de visages qui laissent remarquer que le plus important est au-delà du visibile. Des mots comme « on ne voit bien qu’avec le cœur » et « L’essentiel est invisible pour les yeux » gagnent en puissance.

Le Petit Prince de Mark Osborne possède ce petit charme nostalgique, qui donne envie de retomber en enfance, de foncer des ses souvenirs de l’âge tendre, cet imaginaire de tous les possibles, de croquer la vie et d’aimer. Je suis ressortie de la salle avec des étoiles dans les yeux, un coeur gonflé et l’impression d’avoir vu une petite madeleine de Proust.

Film lors de la Grande Journée des Enfants au Gaumont Pathé Disney.

Ma note:
8/10

(Prem a préféré l’oeuvre originale comme quoi… tout est sujet à interprétation).

Informations:
Date de sortie 29 juillet 2015
Durée: 1h48min
Réalisateur: Mark Osborne
Distributeur: Paramount Pictures France
Avec: André Dussollier, Florence Foresti, Vincent Cassel, Guillaume Gallienne, Vincent Lindon, Marion Cotillard.
Genre: Animation
Nationalité: Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *