[Avis] Elle s’appelle Ruby (Ruby Sparks)

Mon petit coup de coeur sort demain sur les écrans. J’étais curieuse de découvrir le nouveau bébé des réalisateurs de Little Miss Sunshine: Elle s’appelle Ruby me séduisait pour son côté rêveur et amour impossible. L’histoire est décalée avec cette touche déjantée que j’aime. Un petit film qui ne paie pas de mine diront certains âmes, loin des gros titres et des blockbusters. Il repose sur deux acteurs qui m’ont littéralement subjuguée par leurs talents: Paul Dano et Zoé Kazan. Pour le premier, je me remets de For Ellen et de Monsieur Flynn. Un des comédiens de la génération moderne, que je surveillerai, je suis curieuse de voir ce que Dano deviendra dans les prochaines années. Zoé Kazan possède quant à elle une fascinante image douce, tendre et un peu à la Phoebe irréaliste.

Paul Dano campe un jeune écrivain coincé par la page blanche. Plus rien ne sort de sa machine à écrire depuis son premier roman qui a été un best-seller. Il finit par rêver d’un personnage fort, romantique, lumineux, une muse qui lui permettra de se décoincer. Les pages se suivront durant des heures. Le jeune homme tape sur son clavier frénétiquement. Il en perd la notion du temps. Il ne vit que pour son héroïne Ruby. Il l’imagine comme l’être parfait. Il l’idôlatre et la dessine à sa manière. Le hic, au fil des jours, l’amour lui tombe dessus. Mais voilà, comment peut-on aimer sa création? Une version magique qui n’existe pas réellement dans notre réalité? Est-ce un tour de son cerveau? une vraie perle? Ne tombons nous pas tous amoureux fous de notre oeuvre?
La rencontre entre Ruby et Calvin possède un côté surréaliste. Elle est mise en scène avec talent.


Face à Calvin, Zoé Kazan interprète Ruby. Etincellante, merveilleuse, jolie comme un coeur, elle tient Paul Dano en son pouvoir. Du moins, c’est l’impression. Mais les rôles ne sont-ils pas inversés? Une muse se comporte comme son auteur le souhaite. Sa prestation pleine de peps, de vie, de pétillants moments, m’ont donné envie de la serrer dans mes bras. Les mots en français ont un charme fou. J’ai eu mal de la voir torturer, mise en ligne et dépendre des mots frappés par Calvin sur sa machine à écrire. Elle plie, elle se courbe, elle existe avec un côté désuet, ravissant tout en ayant un potentiel ravageur dingue.

Pour le reste du casting, j’ai eu plaisir à revoir Elliott Gould le père de Monica et Ross Geller (Friends) dans la peau du psy. J’ai adoré le comportement de Harry le frère de Calvin joué par Chris Messina. Harry dépeint une réalité du couple avec tendresse. Il montre que tout n’est pas rose. L’amour s’est un jeu de concession, d’apprentissage. Les étincelles  ne durent pas. Elles s’entretiennent. Elles se transforment. De plus, son humour, sur la possibilité d’inventer la femme de ses rêves m’a fait penser à la série Code Lisa. La petite pépite en plus est la présence d’Annette Bening et Antonio Banderas, des parents totalement décontractés, des babas cools hors catégories, très Mon beau père et moi dans l’inspiration.

Quant à Calvin, j’ai tour à tour envie d’être à sa place, l’enviant, puis j’ai eu une immense tristesse, un petit coup de chagrin en pensant qu’en vrai, il est un peu égoïste de rêver à la créature idéale. La perfection n’existe pas. La réalité est tellement différente au quotidien. Son accès de paranoia le rend attachant. Le spectateur cherche et devine en même temps les ficelles et les rouages de l’aventure. Difficile de ne pas cèder à la tentation, avoir la vie d’un être entre les mains, avoir tout pouvoir sur lui, Dano joue son rôle à la perfection devenant à la limite effrayant dans la dernière partie du film. La part machiavèle que nous possédons tous en nous, s’exprime avec une fascinante mise en scène. Pour ma part, il en ressort, une incroyable capacité à se livrer à autrui, à concéder le pouvoir que nous avons sur la personne que nous aimons, et à notre incapacité par moments de livrer nos sentiments. Se mettre à nu, pardonner, aimer n’est pas chose aisé.

 

Le ton léger, dur, le regard sur la vie, pousse à un panel d’émotion assez éclectiques. Le rire se présente parfois, mais le coeur vibre de l’histoire d’amour peu commune entre son créateur et sa muse. Pour ne rien gâcher, la bande originale est somptueuse. Les morceaux musicaux mêlent des titres français comme Plastic Bertrand à des pop-rocks anglais. Je suis tombée sous le charme de l’ambiance, des personnages, des images aux teintes qui m’ont rappelés Another Earth.

Je n’avais pas fait le rapprochement dans le thème avec le roman de Musso, la fille de papier, merci à Brooklynnoa une jolie discussion sur l’inspiration a suivi.

Une histoire d’amour tellement impossible… qu’elle devient vraie

Note: 9/10

 

3 Moop raisons de voir Elle s’appelle Ruby:

  • Le couple Paul Dano et Zoé Kazan attachants, bouleversants, ravissants
  • L’amour de l’être parfait existe-t-il?
  • La musique, les touches françaises, les images poétiques et la fin.

Un commentaire sur “[Avis] Elle s’appelle Ruby (Ruby Sparks)

  1. Personnellement le plus beau film que j’ai vu depuis 7 vies avec Will Smith. Zoe Kazan que je ne connaissais pas m’a beaucoup surpris, elle est formidable autant dans son jeu d’actrice que par son donc d’écrivain :)
    Personnellement ce film me touche car on rêve tous d’un amour parfait mais c’est impossible, même si on pouvait avoir le don que modifier certaines choses, l’homme a des humeurs , des évolutions dans le temps qui font que rien ne peut rester statique sous peine de se lasser de ce qu’on aime le plus. Malheureusement il faut faire avec…
    ma seule déception dans ce film plus que parfait, vient du fait qu’il ne soit justement pas à la portée de tous à cause de la VO ( qui fait son charme) et surtout qu’il ne soit pas distribuer à grande échelle car pour moi il mérite un succès planétaire !!!
    Merci Zoé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *