[Avis] Arrietty le petit monde des chapardeurs

Ghibli, pour moi c’est synonyme d’émotions à chacun des nouveaux dessins animés mon coeur palpite. Le premier que j’ai découvert est Mon Voisin Totoro. Je cherchais comment réussir à écrire toutes les émotions que j’ai ressenti devant Arrietty le petit monde des chapardeurs, émerveillée avec une petit pointe de déception. Ce dernier n’est pas signé Hayao Myazaki, Hiromasa Yonebayashi reprend les traces du maître.

Personne ne se moque, dès les premières images là où plusieurs ont vu le petit monde des Borrowers, moi j’ai pensé au Minipouss. La jeune Arrietty nous ouvre une porte vers un monde miniature, un monde peuplé d’êtres vivants dans notre ombre. Ils profitent de nos ressources, ou plutôt les chapardent. L’adaptation du roman de Mary Norton se pose avec une magie et un charme indéniable. Les deux univers sont mis en parallèle humains et chapardeurs, l’un l’autre vivent chacun à leur manière. Les deux mondes ont leur force et leur faiblesse. Hiromasa Yonebayashi les met en scène avec talent.

Les deux personnages principaux représentent ses deux pans visible et invisible. Sho a des paroles durs, ses mots mettent en tête le dur soucis des espèces en voie d’extinction, des dommages causés aux autres dans la surexploitation de la planète et les conséquences de nos actes sur les autres vies. Cette séquence teintée de morale, d’écologie est touchante. L’histoire d’amour naissante entre Sho et Arrietty malgré son côté irréaliste attendrit. Le scénario aura son impeccable sur toutes les générations, simple et direct. Un peu plus de complexité, de peps, un peu moins cette fin prévisible m’aurait davantage séduite.

Arrietty reste dans son âme un produit des studios Ghibli, un petit bonheur à découvrir en salle. Une musique excellente qui doit quasiment toute son intensité à Cécile Corbel, des images splendides avec des touches des autres titres de Miyazaki, cependant l’intensité du Tombeau des Lucioles, de Princesse Mononoké ou Nausicäa n’a pas été remise au goût du jour. Il n’en reste pas moins que Hiromasa Yonebayashi a réalisé un très beau dessin animé qui ravira petits et grands. La magie est au fond de nos coeurs, de notre imaginaire, Ghibli la transpose juste avec des images.

Note: 8/10

Date de sortie cinéma : 12 janvier 2011

Réalisé par Hiromasa Yonebayashi
Avec Mirai Shida, Ryunosuke Kamiki, Kirin Kiki

Titre original : Karigurashi no Arrietty
Long-métrage japonais . Genre : Animation , Fantastique
Durée : 01h34min Année de production : 2010
Distributeur : The Walt Disney Company France

Synopsis : Dans la banlieue de Tokyo, sous le plancher d’une vieille maison perdue au cœur d’un immense jardin, la minuscule Arrietty vit en secret avec sa famille. Ce sont des Chapardeurs.
Arrietty connaît les règles : on n’emprunte que ce dont on a besoin, en tellement petite quantité que les habitants de la maison ne s’en aperçoivent pas. Plus important encore, on se méfie du chat, des rats, et interdiction absolue d’être vus par les humains sous peine d’être obligés de déménager et de perdre cet univers miniature fascinant fait d’objets détournés.
Arrietty sait tout cela. Pourtant, lorsqu’un jeune garçon, Sho, arrive à la maison pour se reposer avant une grave opération, elle sent que tout sera différent. Entre la jeune fille et celui qu’elle voit comme un géant, commence une aventure et une amitié que personne ne pourra oublier…
Arrietty sait tout cela. Pourtant, lorsqu’un jeune garçon, Sho, arrive à la maison pour se reposer avant une grave opération, elle sent que tout sera différent. Entre la jeune fille et celui qu’elle voit comme un géant, commence une aventure et une amitié que personne ne pourra oublier…

3 commentaires sur “[Avis] Arrietty le petit monde des chapardeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *