[Avis] American Pie 4 (American Reunion)

Comme le temps passe…Souvenez-vous de cette année 1999 où quatre lycéens d’une petite ville du Michigan décidèrent d’en finir avec… leur virginité. Quête héroïque, burlesque, inoubliable… Une décennie plus tard, Jim (Jason Biggs) et Michelle (Alyson Hannigan) sont mariés, Kevin (Thomas Ian Nicholson) et Vicky (Tara Reid) sont séparés, Oz (Chris Klein) et Heather (Mena Suvari) se sont éloignés à contrecœur, tandis que Finch (Eddie Kaye Thomas) soupire encore après… l’extravagante mère de Stifler (Jennifer Coolidge). Quant à Stifler (Seann William Scott), rien ne le changera jamais. Amis d’hier, amis de toujours, ces jeunes hommes attendaient depuis longtemps de pouvoir se réunir le temps d’un week-end pour se remémorer leurs exploits d’antan et y puiser de nouvelles inspirations. Que la fête commence, l’heure du checkup hormonal a sonné…

13 ans ont passé depuis le premier volet d’American Pie, les protagonistes principaux ont vieilli et le public de la première aussi. Les retrouvailles se réalisent des deux côtés. Les héros Jim, Kevin, Oz, Finch et Stifler se revoient après de longues années sans se voir. Les années ont passé mais pas le désir de sexe. Les 5 amis sont toujours aussi obsédés par leur braguette. Certains se sont casés, d’autres restent célibataires. Les horizons ont changé tout en conservant une petite pointe ressemblante avec les 18 ans des garçons. Jim couche autant qu’à sa rencontre avec Michelle. La vie de parents et de couple marié a quelque peu modifié les émois des premiers mois.

American Pie 4 offre les retrouvailles de trentenaires avec leurs soucis, leurs penchant, les dangers de l’adultère… Le côté nostalgique opère malgré l’abondance d’humour graveleux, de strings et de postérieurs rebondis, sans parler des seins à foison. Le ton est vulgaire, parfois drôle, lourd, il détend. J’ai souri bêtement. Pour ma part, la réunion des copains se termine comme elle a commencé sous la ceinture, soit vous accrochez soit vous détestez. Les points cultes de la trilogie sont repris: clins d’oeil et rappels aux volets précédents, blagues grasses, situations cocasses improbables, du délire, du cucul… Chaque personnage a un côté attachant, c’est comme revoir de vieux copains, avec leurs qualités et leurs défauts. Un petit retour aux sources pour les fans qui m’a séduite, un peu comme dans la chanson de Patrick Bruel « Rendez-vous dans 10 ans » le constat que les années ont aussi leur mot à dire sur les teen-movie de notre adolescence. Punaise parfois, faut pas chercher, un peu de détente, de rire, hop les soucis s’envolent. C’est pipi-caca, cru et ras les pâquerettes, ça vole pas haut, ça pousse  sourire et point barre. J’aime Jim, Finch, Michelle (ah Willow de Buffy et Lilly de How I Met your Mother) et tous les autres même cet andouille de tête à claques de Stifler pour de multiples raisons, ils sont frais, bêtement humain et ils rappellent les prémices de tensions sexuelles, la découverte des corps…

Note: 8/10

Sorti le 2 mai 2012

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *