[Avis Adaptation #DisneySocialClub] Cendrillon de Kenneth Branagh

Petite et moins petite, je dévorais les contes de fées. J’ai une préférence pour les versions plus sombres des Grimm, toutefois j’avoue sans peine que j’aime aussi les versions de Disney ou Perrault. Cendrillon est un des premiers longs métrages animés que j’ai visionné avec les Aristochats. Le conte revisité par Kenneth Branagh m’intriguait. Les images dévoilées lors du showeb avait su appuyer sur une étincelle.

Synopsis:
Dans cette histoire, le père de la jeune Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père, Ella accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère, Lady Tremaine, et ses filles Anastasia et Drisella. Mais lorsque le père d’Ella disparaît à son tour d’une manière aussi soudaine qu’inattendue, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon parce qu’elle est toujours couverte de cendres. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Ella est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir : elle sera courageuse et bonne. Elle ne se laissera aller ni au désespoir, ni au mépris envers ceux qui la maltraitent. Un jour, Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, elle le croit employé au palais. Ella a le sentiment d’avoir trouvé l’âme sœur. Une lueur d’espoir brûle dans son cœur, car le Palais a invité toutes les jeunes filles du pays à assister à un bal. Espérant y rencontrer à nouveau le charmant « Kit », Ella attend avec impatience de se rendre à la fête. Hélas, sa belle-mère lui défend d’y assister et réduit sa robe en pièces… Heureusement, comme dans tout bon conte de fées, la chance finira par lui sourire : une vieille mendiante fait son apparition, et à l’aide d’une citrouille et de quelques souris, elle va changer le destin de la jeune fille…

Mon avis:
Cendrillon de Kenneth Branagh est à mes yeux une très très belle surprise. J’avais des doutes et j’étais sceptique sur le rendu live du conte. Mon coeur se serrait à l’idée de voir Gus et les autres souris habillées comme des poupées remplacées par des souris plus réalistes. J’ai été d’étonnement en étonnement. Le ton moderne, les ajouts, le casting, tout est habilement mis en scène. C’est merveilleux. Ca donne envie de rêver, de se replonger dans les contes de fées.

Le jeune héroïne Ella incarnée par Lily James s’avère magnifique Ella, douce, pleine de candeur forte, loyale. Elle ne tombe pas dans la mièvrerie. Le personnage a son caractère, attachant, délicate, attendrissante, pas idiote (elle se cultive, elle lit, elle parle Français avec un accent trop adorable) avec un coeur en or. Cate Blanchett est superbe radicalement, monstrueuse en marâtre. Sa performance attire les regards, sa première apparition lumineuse pose littéralement son rôle de méchante, elle transpire les mauvais sentiments. Elle est divine. Helena Bonham Carter en Fée Marraine apporte une touche décalée, sans sombrer dans le ridicule. Son costume coupe le souffle.

Le prince charmant joué par Richard Madden est à croquer, à la fois séduisant et intelligent. La tension entre les deux héros Cendrillon et Kit s’avère prenante. Drôle, émouvante, pétillante et fleur bleue tout en étant bien encrée dans le conte. Le choix du coeur, les deux orphelins qui se trouvent et tombent amoureux, les animaux, rhhaaa, tout est mignon comme tout. Il m’a manquée une pointe de magie en plus pour totalement avoir un gros gros coup de coeur, mais ce n’est pas loin du tout. Les costumes, les paysages, c’est bluffant. La folie de la photographie emporte dans le pays de Cendrillon dans son histoire. Les sentiments réussissent à s’installer dans un mélange subtil de kitsch, de modernité. L’ensemble offre un conte merveilleux. Laissez vous porter, laissez vous à rêver, sans vous prendre la tête. Laissez votre âme d’enfant revenir et abandonner la grisaille de l’adulte en vous. Pour ma part, j’ai eu un sourire et des étoiles dans les yeux tout le long. Et j’ai hâte de le voir avec ma mini de 6 ans.

Cendrillon de Kenneth Branagh est une douceur sucrée, un joli cadeau acidulée, flamboyant, dans l’esprit des contes de fées. Il ne réinvente pas le récit, toutefois, la version 2015 lui apporte une pointe de magie, de charme et de plaisir qui donnent un superbe spectacle sur pellicule. Le rendu séduira petits et grands enfants. Les petites filles rêveront d’avoir des robes papillons et de connaitre mille péripéties. (sans la tristesse de la perte de ses parents).

Ma note:
8/10

3 Moop raisons de voir Cendrillon:

Pour Lily James sublime Cendrillon douce, forte, intelligente.

Pour Cate Blanchett horrible marâtre

Pour les images de contes de fées.

Informations:

  • Date de sortie: 25 mars 2015
  • Durée: 1h45min
  • Réalisateur: Kenneth Branagh
  • Avec Lily James, Cate Blanchett, Richard Madden…
  • Genre Fantastique , Romance , Famille
  • Nationalité: Américain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *