[Avis] Ablations de Arnold de Parscau, avec Benoît Delépine

Ablations est le premier long-métrage d’Arnold de Parscau, avec Benoît Delépine au scénario. 

Synopsis:

Un homme se réveille dans un terrain vague, sans aucun souvenir de la veille, une cicatrice au bas du dos. Une ancienne maîtresse, chirurgienne, lui apprend qu’on lui a volé un rein.

Obnubilé par ce vol, il va tout sacrifier pour le retrouver : sa famille, son travail… jusqu’à sombrer dans la folie.

Ablations - Affiche

Mon avis:

Ablations est une surprise. A la fin de la projection, impossible de se situer parfaitement dans un sentiment pour ma part. J’ai eu de bons moments et d’autres j’ai eu comme un sentiment de flou. Un peu comme le héros à son réveil. Comme une gueule de bois sans savoir pourquoi. Etrange. La découverte de son rein en moins de Pastor laisse un petit goût de Urban Legend. (j’ai cherché la baignoire et les glaçons en vain…)

Le récit est captivant. Mention spéciale pour la musique qui appuie sur le côté flippant de la descente folle de Pastor. Le trip s’avère déstabilisant. Du visuel au personnage principal, le réalisateur semble offrir une aventure originale, effrayante. L’atmosphère malsaine, sombre, étrange qui se dégage de chaque plan même dans la famille a un côté décalé qui attire. Je ne m’attendais pas à cette fin et pourtant elle est logique quand on y réfléchit. J’étais persuadée de voir un récit plus dur, plus sombre, plus violent. Emotionnellement, Ablations a une dragée haute. Beaucoup de suggestions, beaucoup de labyrinthe et d’aperçus. Dommage qu’à des moments, le scénario et les dialogues souffrent d’un je ne sais quoi qui posent à s’interroger. Le pourquoi du comment, du qui de la malheureuse aventure du héros tourmente les neurones.

Des doutes s’installent sur certains personnages, comme le docteur Wortz, le pourquoi du comment de son but, et la difficulté de le cerner dans ses actions. La plus terrifiante dans tout le film s’avère être Florence Thomassin en femme amoureuse elle est purement divine, elle accompagne Pastor dans sa folie avec brio. Face à elle, la femme trompée, la mère Virginie Ledoyensemble perdue. Bravo à Denis Ménochet, il est parfait dans son rôle. La psychologie des protagonistes est savoureuse.

Ablations ne plaira pas à tout le monde. Il offre une vision particulière d’un acte et tout ce qui en découle. Arnold de Parscau et Benoît Delépine proposent un récit dérangeant, loin d’être gore, et amènent à réfléchir. Imparfait, tout en étant plaisant. 

Ma note:

6/10

Informations:

Sortie: 16 juillet 2014

Distributeur: Ad Vitam

Genre: Thriller

Casting: Denis Ménochet, Virginie Ledoyen, Yolande Moreau,
Florence Thomassin, Philippe Nahon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *