[Avis] ☙ Mrs. Hemingway☙ par Naomi Wood

☙Synopsis:☙
C’est un fait : Hemingway était un homme à femmes. Seulement l’auteur du Vieil homme et la mer ne se contentait pas d’enchaîner les histoires d’amour. Il a voulu épouser ses maîtresses. L’une après l’autre, à l’issue d’un scénario qui ne variait que de quelques lignes, il en a fait des Mrs. Hemingway : la passion initiale, les fêtes, l’orgueil de hisser son couple sur le devant d’une scène – la Côte d’Azur, le Paris bohème, la Floride assoiffée, Cuba, l’Espagne bombardée… – puis l’alcool, les démons, les noires pensées dont chacune de ses femmes espérait le sauver. Naomi Wood se penche sur la figure d’un colosse aux pieds d’argile, et redonne la voix à celles qui ont sacrifié un peu d’elles-mêmes pour en ériger le mythe. « Derrière la légende hyper-masculine se trouvait un homme dont quatre femmes, sur quatre décennies, étaient tombées follement amoureuses. Toute sa vie, il a entretenu avec elles des relations qui donnent à voir une part de sa personnalité laissée de côté par les biographies classiques de l’écrivain. Mrs. Hemingway tente de raconter l’histoire de ces quatre femmes, qui se sont toutes retrouvées à la fois dans le rayonnement et dans l’ombre du grand homme », Naomi Wood.

☙Mon avis:☙
Naomi Wood signe une oeuvre fictionnelle sur la vie privée d’Ernest Hemingway. Elle emporte le lecteur dans ses vies maritales et ses maîtresses. Mrs. Hemingway raconte le destin de Hadley, Fife, Martha et Mary. Quatre femmes différentes, quatre personnalités qui permettent de découvrir une partie de l’homme qui se cachait derrière l’écrivain.

Le roman se divise en quatre parties. Chacune propose de lever le voile sur des morceaux de vie en suivant quasiment toujours le même cycle, rencontre et fin d’une relation. Quatre femmes amoureuses, quatre coeurs qui ont toutes en commun d’avoir aimé un homme qui est rentré dans la légende pour ses écrits. L’auteure alterne avec des flash-backs ses mots. Parfois ça déstabilise un peu et enlève un rythme à la lecture. J’ai trouvé ça dommage. Il est regrettable de perdre le dynamisme, l’attrait qui était posé et développé. Le portrait d’un homme insaisissable se pose. Peu à peu, chacune des épouses désirent le garder alors qu’il s’envole au bout d’un cycle de presque une décennie vers d’autres cieux. Chacune est lucide sur la finalité de sa relation. Chacune voit une vision de l’auteur devenu célèbre.

L’histoire se pare d’un ton lourd, pesant, à certains moments répétitifs. L’impression de se fondre dans une boucle s’installe. Ernest Hemingway décrit toujours le même schéma dans ses liens avec Hadley, Fife, Martha ou Mary. Comme si il se sentait étouffait ou ne pouvait pas aimer une seule personne à la fois. Comme si un ennui s’emparait de lui. L’ambiance accentue ce ressenti. Les lieux, les décors, les personnages, tout appuie sur ce sentiment. Je me suis sentie un peu mise à l’écart, déroutée. Et j’avoue avoir eu comme un pincement, comme si j’étais sorti du sentier et m’étais perdue pour ne plus vraiment le reprendre. 

Quelque part, je m’attendais à connaître davantage les Mrs. Hemingway. Je n’ai pas réussi une seule fois à m’émouvoir de leurs situations, de leur lourd tribu, de ce titre qui les ronge. Chacune partage un statut de femmes, de maîtresses. Même dans sa présentation, Naomi Wood laisse un écart, un retrait qui m’a empêché de m’attacher avec son emploi de elle. Jamais un seul je.

Les épouses ont tous un visage différent. Certaines sont plus agréables à suivre que d’autres. J’ai continué ma lecture pour savoir où tout nous mènera. Je savais dans les grandes lignes la finalité, le suicide d’Ernest. L’écrivain m’est apparu froid, calculateur, perdu… il semble ne pas avoir trouvé chaussures à son pieds tout le long de sa vie. En quête perpétuelle de la prochaine conquête, Hemingway dépeint sous le plume de Naomi Wood m’a laissé un petit goût amer face à ce mélange de biographie et de fiction.

Il est dommage que mon ressenti reste mitigé, car le style de Naomi Wood est plaisant à suivre, captivant même par moments, fluide et addictif. Elle apporte sa touche personnelle et des ajouts qui titille la curiosité, même s’ils ne sont pas toujours tous aboutis. Pourtant, il se dégage du texte une beauté étrange, presque envoûtante, sombre et lumineuse à la fois.

☙Ma note:☙
☙ 6+/10 ☙

☙Informations:☙

Auteure: Naomi Wood.
288 pages
Editions Quai Voltaire
Date de parution: 11 mai 2017
Collection : Quai Voltaire
☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *