[Avis] ☙ La Dame de Wildfell Hall ☙ par Mike Barker

☙Synopsis:☙
L’arrivée au manoir de Wildfell d’Helen Graham alimente les rumeurs de tout le village : Qui est-elle ? Pourquoi vit-elle recluse avec son jeune fils ? Quel secret peut-elle cacher ? Le séduisant fermier Gilbert Markham s’éprend de l’inconnue.

À la suite événements tragiques, il se met également à douter…la-dame-de-wildfell-hall-dvd-serie

☙Mon avis:☙
Anne Brontë a écrit La Recluse de Wildfell Hall dont s’inspire la série La dame de Wildfell Hall. Une belle plongée dans l’ère victorienne qui réserve aux amateurs de récits d’époque son lot d’émotions. Si vous aimez les univers des histoires contées dans Nord et Sud, Lost in Austen ou Orgueils et préjugés, pour ne citer que ces trois là, vous devriez fondre devant cette adaptation.

Attention, je vous préviens d’emblée, la série n’est disponible qu’en VOSTFR, elle n’a jamais été diffusée en France. Dommage, j’en conviens, elle mériterait d’avoir son créneau horaire sur une chaîne et d’être découverte par un plus grand nombre de spectateurs. Elle renferme tellement de beaux moments. Un petit bijou de roman féministe porté à l’écran avec talent et porté par des comédiens qui donnent l’impression de remonter le temps pour assister à leurs échanges. Une multitude de raisons m’ont poussé à succomber au charme de Wildfell Hall et ses personnages. Tara Fitzgerald campe à merveille Helen Graham, l’aura de mystère qui brille autour d’elle s’avère vraiment fascinant. Son visage me disait quelque chose, jusqu’à ce que je me rappelle l’avoir vu dans Games Of Thrones sous les traits de Selyse Baratheon.la-dame-de-w-hall-et-son-fils Son installation avec son fils au manoir de Wildfell entraîne tout un bouleversement petit à petit sur son entourage et ses voisins. Notamment le très séduisant Cherchant fermier Gilbert Markham interprété par Toby Stephens. Il tombe amoureux de cette femme secrète sans se douter de ce qu’elle lui réserve comme surprises. Le second héros masculin est joué par Rupert Graves ( un de mes Lestrade favoris. Vous l’avez vu dans Sherlock).

La série est assez courte. Elle comprend 3 épisodes avec une image un peu désuète qui accentue sur le côté passé, assez étrangement, au lieu de déstabiliser ou de ruiner les plans, la photographie apporte une touche décalée, parfaite pour imager être dans un autre lieu, une autre ère. Le voyage se place délicatement par petites pointes, par plans, par des sensations de lenteurs qui marquent. 1996 se ressent un peu dans l’ensemble de la réalisation, de la composition aux présentations des faits, malgré les années, le charme, la séduction opèrent. Ne passez pas à côté pour une question d’âges, ça serait regrettable de ne pas se pencher dessus. Sincèrement, c’est une très belle surprise à voir.

L’ambiance sombre, mystérieuse, dramatique s’installe dans un petit village. Par moments, j’ai eu comme des petits sourires en songeant à Jane Eyre pour l’atmosphère. J’ai fondu comme neige au soleil face à la vie relatée de cette femme qui recherche l’isolation pour cacher un secret. Sa situation se dévoile doucement. C’est un délice de la suivre dans ses aventures. L’actrice Tara Fitzgerald parvient à donner vie à une mère méfiante, superbement brillante, sur ses gardes, très fusionnelle avec Arthur. Par contre, son jeu m’a un peu laissée perplexe. Je n’ai pas réussi à totalement m’attacher à son personnage, ni à comprendre tous ses désirs et aboutissants. La partition manque d’informations pour toucher totalement mon coeur. Je le regrette. Les flash-backs aident à mieux la cerner, à mieux capter ses raisons de fuir et de venir au Manoir. Gilbert Markham contrebalance à merveille l’austérité qui transpire d’Helen. Il est un phare dans la pénombre, il offre une vision différente de l’héroïne. Cette dernière semble éclore à son contact. A travers ses lectures du journal d’Helen, nous découvrons le passé et les pourquoi du comment des actes et de l’installation à Wildfell Hall.

La dame de Wildfell Hall capte l’attention. La retient et la maintient à travers des indices, des voiles qui se lèvent pour apprendre comment Helen est arrivée à se perdre loin de tout. Son mari intervient par le biais de Rupert Graves (pas dans sa meilleure interprétation par instants, trop tout, trop poussif à mes yeux…) Pourtant, j’ai été captivée, passionnée par la trame, par toutes les routes suivies. La relation abusive subit prend son envol. Elle se déploie et sert le coeur. Infiniment, faisant naître des pincements et des sentiments qui ouvrent les yeux sur le caractère que laisse transparaître les personnages.

La série cache un fond brut, dramatique, fort et intense sous ses allures un peu vieillottes. Elle est une pépite qui dépeint un récit sordide avec parfois des propos virulents, des secrets liées à une femme dans la bonne société victorienne. Le regard reste fasciné du début à la fin. Helen démontre les limites de son statut d’épouse, de mère, de femme à son époque. Une artiste au caractère bien trempée qui avait des rêves et doit faire face à la réalité de la vie.

la-dame-de-wildfell-hallAu final, La dame de Wildfell Hall est une adaptation pleine de charme, de force et qualités avec des petites maladresses qui s’oublie pour mieux craquer. Une belle plongée dans un récit captivant portée par une héroïne intéressante de bout en bout.

A noter, pour tous les fans de l’époque victorienne, La dame de Wildfell Hall sera disponible en DVD chez Koba Films à partir du 2 janvier 2017. Un concours arrive pour marquer l’événement, restez connecter.

☙ Merci à Koba Films pour cette découverte ☙

☙Ma note:☙
☙ 8+/10 ☙

☙Informations:☙
Acteurs : Toby Stephens, Tara Fitzgerald, Rupert Graves, James Purefoy
Réalisateurs : Mike Barker
Format : Couleur, PAL
Audio : Anglais (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : Français
Rapport de forme : 1.77:1
Nombre de disques : 1
Studio : Koba Films
Date de sortie du DVD : 2 janvier 2017
Durée : 156 minutes

☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙+

Un commentaire sur “[Avis] ☙ La Dame de Wildfell Hall ☙ par Mike Barker

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *