Autoboyographie – Christina Lauren

Critique roman: Autoboyographie de Christina Lauren

Tout d’abord, je dois vous avouer, j’ai eu du mal à rentrer dans le roman. La santé en dent de scie, j’avais la tête ailleurs. Je pensais que le roman avait besoin de plus d’attention. De toute mon attention. Car, j’attendais avec une certaine impatience et envie le petit nouveau de Christina Lauren. Voir un de mes duos d’auteurs favoris dans un registre young adult, M/M qui plus est, me tentait énormément. J’ai mis de côté Autoboyographie. Et une fois bien rentrée dedans, je n’ai pas regretté ma plongée.

☙Synopsis:☙

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible). C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée… Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…


☙Mon avis:☙

Le ton diffère des Beautiful et des Wild Season. Plus intime, plus doux, plus encré dans le quotidien, les mots se détachent et donnent vie à un récit captivant. Autoboyographie mérite que le lecteur s’arrête, lui accorde du temps. Il mérite d’avoir un moment devant soi pour rester aux côtés de Tanner. Il mérite de craquer et céder à la tentation.

Tanner est bisexuel. Il est libre. Il vit comme il l’entend. Il quitte la Californie pour un petit bled perdu. Sa famille le soutient. Tout le monde sait son orientation sexuelle. Le héros n’en a pas honte. Il ne la cache pas. Sa meilleure amie Automn le soutient. Peu importe ses choix, il peut compter sur l’amour de ses proches. Sa rencontre avec Sebastian bouleverse son univers. Elle le plonge dans le monde des Mormons. Une plongée qui ne sera pas sans conséquence.

Suite à un pari, Tanner participe à un challenge d’écriture. Son tuteur Sebastian est différent à ses yeux. L’alchimie est immédiate. Mais le héros qui était si libre, se renferme dans un placard, cache sa sexualité. Il ne veut pas faire de vagues. Christina Lauren décrit doucement mais sûrement les liens qui se tissent. Les peurs de s’exposer se dévoilent au gré des lignes. Aucun jugement ne se dégage, juste des faits. J’ai aimé l’évolution de l’amour qui unit Tanner et Sebastian. Pas après pas, épreuves après épreuves, le couple parvient à lever les barrières, à s’aimer. La route pour y arriver est teinté d’embûches, de doutes. 

Sébastian est hétérosexuel. Sa famille contrairement à celle de Tanner est loin de soutenir son choix de vivre une histoire avec ce dernier. Le fils du pasteur ne peut pas aimer un homme. J’ai eu mal en lisant les réactions. J’ai eu du mal avec le poids de la religion. Je ne compte plus le nombre de fois que les Mormons sont cités.

J’ai eu le coeur brisé pour ce jeune homme perdu entre sa sexualité et son éducation. J’ai eu envie de le serrer dans mes bras. J’ai eu envie de l’aimer encore plus. Son personnage est complexe. Il fascine. J’ai compris pourquoi Tanner l’aimait. L’un et l’autre apprennent au contact de l’autre à s’accepter, à accepter son identité, à aimer et à lâcher prise.

Christina Lauren parviennent à poser des mots sur le traitement de l’homosexualité. Elles signent un roman brillant. Mais le fond ne m’a pas toujours convaincu. Lourd au niveau de la religion, je crois que ça m’a rongée quelque part. Au fil de ma lecture, je me suis demandée comment un parent pouvait agir ainsi avec son enfant. Peu importe si son amour est un homme ou une femme si il est heureux. Du moins pour moi. Mais le chemin est encore long pour que beaucoup voit au delà des choix bi/hétéro/homo/pan sexuel. La vie est déjà bien assez compliqué comme ça. S’aimer et s’accepter s’avèrent déjà bien assez difficile. Alors si en plus, notre famille ne nous soutient pas…

En bref, une histoire d’amour émouvante se dessine page après page. Christina Lauren est un duo qui réussit à toucher par sa manière d’aborder l’homosexualité et la religion. Tanner emporte dans son sillage. Il m’a émue par son parcours. J’ai détesté la manière dont réagisse ses parents. J’ai eu le coeur brisé pour lui. J’ai été partagée entre ses désillusions et des joies. Autoboyographie est un roman tout en délicatesse, troublant, imparfait comme la vie. Il colle magnifiquement à son héros et marque l’esprit. Laissez-vous tenter. A travers Tanner, vous apprendrez à vous accepter comme vous êtes. Et sur votre route, vous croiserez des personnages attachants. Foncez!!!

Autre avis:
Lectrice Lambda 20/20

☙Ma note:☙

🌟8/10🌟

☙Informations:☙

Titre original : Autoboyography
Auteures: Christina Lauren
360 pages
Editions Hugo roman
Collection New Way
Date de parution le 12 avril 2018
Prix papier : 17€
Prix numérique : 9,99€
Retrouvez « Autoboyographie de Christina Lauren » sur Fnac.com ou Amazon ou chez votre libraire !
☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

1 commentaire sur “Autoboyographie – Christina Lauren

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *