(Avis Lecture) Les duchesses – Tome 6 – Le duc de Villiers de Eloisa James

Les duchesses – Tome 6 – Le duc de Villiers de Eloisa James. Le voilà!!! Je n’ai pas tenu très longtemps devant la tentation de le lire.

Synopsis:
Le duc de Villiers a un problème : père de six enfants naturels, il doit trouver une épouse capable de leur donner une éducation et de les imposer dans la haute société. Autrement dit, une fille de duc. Le choix est restreint : il y a lady Eleanor, caustique et piquante, qui s’habille hélas comme un sac, et lady Lisette, fantasque, sans doute un brin écervelée, mais si belle… Il ne lui reste plus qu’à se décider. Villiers fera son choix d’une manière pragmatique, oubliant un peu vite que le mariage est aussi affaire de cœur et le sien risque fort de ne pas sortir intact de cette foire à la duchesse…

Les Duchesses tome 6 Le duc de villiers

Mon avis:
Enfin le mystère De Villiers est levé. Enfin le héros a son tome. Je l’attendais impatiemment. J’ai été récompensé, le Duc Léopolp De Villiers s’avère caustique à souhait. Son aventure a le don d’être savoureuse du début à la fin. Notre cher Léo est aveugle. Il ne se rend pas compte dès le début que son sort est scellé. Dès la première rencontre avec Eleanor, il est ébloui, il refuse juste de l’admettre. Elle est mordante, piquante, a du répondant. L’héroïne cache ses charmes sous des robes peu avenantes, ne cherchant pas à conquérir qui que ce soit, son coeur étant pris par un Duc marié. (Dois-je dire que ce dernier m’a passablement énervé? Limite trop mou… et souvenirs d’un premier amour un peu enjolivé par les émois de l’adolescence, le rêve romantique a du jouer sur l’attachement de la jeune femme). Lisette a un grain. Etonnante, un peu frappa-dingue, par contre c’est une beauté qui sait jouer de ses atours faisant oublier son caractère un brin colérique ou volage. Le choix entre deux femmes, deux opposés auraient pu me refroidir. Si seulement, les étincelles ne se devinaient pas, si l’alchimie parfaite n’existait pas entre de Villiers et Eleanor. Deux fortes têtes, deux êtres qui au fond veulent être aimé.

Le Duc a six enfants illégitimes de quoi rebuter, peu orthodoxe dans les romances, l’idée de leur fournir un foyer entraîne dans la quête de la mère parfaite. Seulement le destin réserve des surprises. Les retrouvailles avec la progéniture ne se dérouleront pas sans heurts. Eleanor jouera même un rôle dedans montrant toute sa force, sa bienveillance, son coeur en or. Digne d’une duchesse, d’un ange même, elle n’hésite pas à tenir tête à ceux qui le mérite. Sous ses allures puritaines, de vierge sans grâce, une sensualité folle est mise en retrait, une intelligence vive, sucrée et pimentée dont la jeune femme sait se servir. Son corps s’enflamme rapidement, à son grand dam au début face à Léopold. La passion entre eux se développe doucement mais sûrement. La fièvre qui les emporte les dépassera. J’ai été séduite par leurs échanges verbaux et physiques. La plume de Eloisa James parvient à les rendre l’un comme l’autre chaud comme la braise. Un simple mot, un simple regard tout part dans une route remplie de plaisir qui ne demande qu’à s’éveiller.

Le Duc de Villiers a comme tous les romans de Eloisa James un atout séduction qui me pousse à ne pas quitter le livre. J’ai souri à de nombreuses reprises. J’ai pesté devant certains moments. J’ai vibré. J’ai eu envie de coller le doigt là où ça fait mal à Léopold qui tourne autour du pot avant de s’en mordre amèrement les cuticules. Entre les personnages attachants, aux caractères bien trempés, les rebondissements, la plume délicieuse, l’envie de connaître l’épilogue tenaille et tient éveillé. J’ai craqué sur Tobias, je serai ravie de lire ses propres péripéties. S’il est le digne fils de son père, il promet.

Ma note:
8,5/10

Informations:
Auteure: Eloisa James
Série : Les duchesses
Volume : 6 /7
Titre anglais: A Duke of her own
Collection : Aventures et Passions
Genre : Historique
Editions J’ai Lu Pour Elle
Thématiques : Régence, Romance historique
Date de parution : 02/12/2015
Nombre de pages : 384
Prix: 5,99 euros en numérique, 7,40 euros en version papier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *