[Avis Lecture] Y a des petits chaperons rouges moins innocents qu’ils en ont l’air

J’ai eu la surprise de tomber sur un livre avec le conte du chaperon rouge revisité. Un Classique de la littérature enfantine. Je me suis toujours demandé comment on pouvait espèrer que les jeunes âmes dorment bien en leur racontant les aventures du chaperon et du loup avant d’aller dormir.Comme une bonne partie des récits qui bercent notre jeunesse me direz vous. Enfin là c’est un autre sujet… Revenons à mon petit chaperon rouge particulier.

Je laisse mes Moopys choisir leur lecture dans le rayon jeunesse, je regarde leur découverte. Pour moi, c’est important d’apprendre à aimer la lecture dès le plus jeune âge. On décide ensemble des thèmes et ils cherchent des livres pouvant y coller. Cette semaine, on a pris le Loup.
Donc normal de classer le petit chaperon rouge dans notre liste. Seulement quand je vois mon Prem ramenait un exemplaire de Nadja revisitant le Loup, je m’interroge. Surtout avec un « collection privé » sur la couverture j’ai tout d’un coup un Anne Rice qui me vient à l’esprit avec son Infortunes de la belle au bois dormant .

Auteur/Illustrateur: Nadja
Editeur: Cornélius

Je me méfie un peu. Nadja je connaissais un peu de nom. On ne peut pas dire que le livre soit tout à fait une bande dessiné ni un livre d’illustration. La synthèse de l’auteur est surprenante peu commune certes. Mais pas vraiment adaptée à un jeune public même si c’est parfaitement lisible. Où alors je suis trop naïve. (mode Bisounours) Car la fin, le Loup et le chaperon ont des jeux d’adultes, ils se retrouvent dans le grenier pour jouer au docteur. « et ils jouèrent à pourquoi as-tu des grandes oreilles ». Allez expliquer ça à votre enfant… Je n’ai rien contre le thème du Chaperon qui se termine en histoire d’amour avec le grand méchant Loup, c’est drôle et amusant. Je suis juste un peu étonnée de voir cet version entre Mic et Croc et Babar…

Synopsis:

Dans le classique:

 

Le gentil chaperon rouge a une mission confiée par sa maman: apporter des petits biscuits à sa mère grand malade. Se perdant en route, elle demande son chemin à monsieur le Loup. Ce dernier allaéché par la douce jeune fille file dévorer la mamie et prend sa place afin de dévorer le chaperon. L’héroîne arrive, il s’en suivra un discours assez drôle:
« -Que tu as de grandes dents mère grand
-c’est pour mieux te manger « 

Pour cette version:
Le petit chaperon rouge doit apporter des bonnes choses à sa mère grand. Sa route croisera le Loup.
Ce n’est pas parce qu’il a le projet de la croquer depuis la nuit des temps que le loup est condamné à être l’ennemi du Petit Chaperon Rouge. Pas plus qu’ils ne sont destinés à rejouer ad vitam æternam la même sempiternelle conclusion, quand tant d’autres options plus attrayantes s’offrent à eux…
(source: l’éditeur Cornélius)

Avis:
Il y a très peu de texte, parfois même incomplet, effet de style ou non ? on s’interroge. Les personnages sont représentés sous forme de figurines de porcelaine. La narration apparait sur le socle des héros. Le fond des dessins est sobre sans fioritures. Une histoire surprenante ! Une nouvelle vision du Chaperon à ne pas laisser entre des petites mains d’enfants, laissez le plutôt à des adultes…


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *