[Comics] X-Men: Noir

La collection Noir de Marvel remet aux goûts du jour le concept des univers alternatifs des super-héros. A une différence prêt avec les What If? que certains ont pu connaitre, la situation du héros choisi n’a plus rien à voir avec sa version originale. Là les aventures sont transplantées dans les années 30, les X-Men sont loin de l’image habituelle que nous connaissons…

Editeur: Panini Comics France

Collection: 100% Marvel

Prix: 12 euros

Sortie: 20/01/2010

Synopsis:

New-York 1937.

Eric Magnus a corrompu l’élite de la Confrérie de New-York. Charles Xavier, discrédité, cherche à le démasquer, surtout depuis que son agent Jean Grey est morte. Elle a été retrouvée nue marquée d’un X. Au coeur de ce sombre univers, un ange prépare sa vengeance et tente d’élucider les mystères qui planent autour du groupe de sociopathes appelé X-Men. Cet homme qui saute d’un immeuble, court en quête d’un meurtrier saura-t-il déjouer les pièges pour trouver le vrai coupable?

Avis:

Nous retrouvons Fred Van Lente au sénario (Marvel Zombie, Wolverine: First Class…) et Dennis Calero aux dessins et à la couleur (notamment vu dans 28 jours plus tard, X-Factor, Legion of Super Heroes). Panini nous offre dans la collection 100% Marvel les numéros parus entre février et mai 2009.

L’album graphiquement est superbe malgré une nuance de teint assez sombre. Les noirs et blancs, avec les pointes de rouge accentuent le côté polar de la veille école. Les fans de roman policier et l’époque d’Al Capone devraient apprécier. Calero a une façon de dessiner comme s’il souhaitait photographier tous les événements en vrac. Un peu trop d’informations qui noient les personnages, par moments nous perdons le fil des protagonistes. Dommage car les jeux de lumières et d’ombres sont idéales pour accentuer l’aspect polar.Le soucis c’est que l’atmosphère qui en ressort se révèle peut-être trop pesante.

Niveau aventure, la narration perd un peu son lecteur par endroit. Assez maladroitement, nous sommes obligés de bien lire l’action pour comprendre le pourquoi du comment ou qui a agi. La noirceur du dessin et le manque de luminosité accentue le malaise.  A plusieurs reprises, il faut s’armer de patience pour réussir à lire correctement le déroulement de l’histoire.

A noter les nombreux xxx qui ponctuent les dialogues. Panini a certainement voulu éviter aux lecteurs de lire des gros mots et encore j’en doute car parfois nous avons plus l’impression de voir un mot évité comme frappe ou tape. Un exemple: « on s’en xxx » ou encore « ferme ta xxx » Surtout que l’album porte la mention pour lecteurs avertis. Pourquoi censurer? Non sérieusement, en version original les « fuck » passent :-|. Une envie de ne pas heurter les lecteurs? Je suis sceptique. Non car ça m’aurait pas choquée outre mesure de lire un « ferme ta gueule ». Je m’explique, je suis pas portée sur la vulgarité. Seulement, ça passe nettement plus que les erreurs de typographie ou d’impression sur des bulles comme en a la fâcheuse habitude Panini. Là je suis nettement plus perturbée . Allez comprendre, en clair, un gros mots me choque moins que des mots complets en moins. Je chipote peut-être, n’empêche que l’avertissement devrait valoir aussi pour les mots plus crus non?

Les fans de Scott Summers, Bobby Drake, Hank Mc Coy, Logan, Shaw ou Anne Marie Rankin devraient voir leur personnages avec leur personnalité. Erik Magnus en chef de la police est surprenant. Charles Xavier apparait sous un jour nouveau et pourtant si proche de son image habituelle. Le groupe des X-men en délinquants des années 30 me donne l’impression de voir des gangsters de la prohibition et les camps d’internement ou de redressement que les Etats-Unis avaient pour remettre leurs jeunes dans le droit chemin. Comme si Van Lente voulait faire un clin d’oeil à une période pas toujours rose de la première puissance mondiale. Le look des X-Men me laisse songeuse et rappelle les Incorruptibles. Anne m’a surprise, même si je me doutais du secret qui l’entourait. J’ai regretté la vraie Anne (Malicia)

Le rendu s’avère superbe néanmoins pour la modique somme de 12euros. Pour les aficionados des X-Men comme moi, le titre reste un bon moment de lecture même si ce n’est pas le meilleur de la série Marvel Noir. Le point clé des X-Men Noir demeure à mes yeux la réussite de priver le groupe de ses pouvoirs. En bonus, les croquis de Calero et les récits parus avec chacun des numéros aux Etats-Unis. Ils valent la peine de les regarder.

Je reste assez déçue par l’histoire des X-Men: Noir je ne sais pas j’ai pas réellement retrouvé la magie que j’attendais. Le côté sombre peut-être un peu trop prononcé? Non, l’intrigue sûrement et le rendu des personnages. J’attends avec impatience les prochains titres Noir : Daredevil, Punisher ou Wolverine. (et pourquoi pas Luke Cage, je suis curieuse de nature et les visions alternatives me rappellent vraiment les What if? que je dévorais petite:-P ) Je file lire mon Spider-man: Noir:-P (j’ai réussi à l’avoir en retard alors que Panini l’affiche en rupture merci Decitre :-()

2 commentaires sur “[Comics] X-Men: Noir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *