Teaser Tuesday #1 Je ne sais plus pourquoi je t’aime

Un moment déconnecté, j’ai laissé de côté les articles. J’ai profité de mon temps, de ma tribu, de la vie tout simplement loin. J’ai fait le plein de séries, de films, d’expositions, et de lecture en plus des sorties. Je reviens un petit peu. J’essaierai de tout mettre à jour dans les prochains jours. J’ai des notes sur mes carnets, j’ai de quoi rédiger des avis à gogo.

Pour la reprise, j’installe un nouveau rendez-vous du mardi. Je suis tombée sur un concept que j’aime assez. Facile, sinon, je vous en parlerai pas, vous me direz.  L’idée du mardi c’est: Teaser Tuesday. A la base c’est un concept américain, lancé à l’origine par Should be Reading, et suivi chaque semaine par des milliers de blogueurs à travers le monde. J’ai découvert cette petite perle séduisante à mes yeux par hasard sur Boulevard des passions

Kézako le principe de Teaser Tuesday?

Chaque mardi, je noterai un passage tiré de ma lecture en cours ou de ma dernière – si je viens juste de le refermer. La difficulté sera surtout de trouver une citation qui me plait. Nettement moins de mettre la main sur un livre. J’en ai toujours un de commencer. J’ai envie de vous donner un petit aperçu de pourquoi j’ai passé un bon moment à travers les pages, les personnages et l’histoire.

Alors chaque semaine, je posterai un nouveau sujet avec les noms de l’œuvre et de l’auteur, la couverture puis mes citations. Je tenterai d’en noter une seule.
J’éviterai bien entendu les spoilers et les longues tartines d’une page.

Mon premier Teaser Tuesday:

Je ne sais plus pourquoi je t’aime

de 

Gabrielle Zevin

je-ne-sais-plus-pourquoi-je-t-aime gabrielle zevin

Tout finit par s’oublier, de toute manière. D’abord, on oublie tout ce qu’on a appris : les dates de la guerre de Cent Ans, le théorème de Pythagore. On oublie surtout tout ce qu’on n’a pas vraiment appris mais juste mémorisé la veille au soir. On oublie les noms de pratiquement tous ses profs à part un ou deux, qu’on finira par oublier eux aussi. On oublie son emploi du temps de première, sa place dans la classe, le numéro de téléphone de son meilleur ami et les paroles de cette chanson qu’on a bien écoutée un million de fois. Pour moi, c’en était une de Simon & Garfunkel. Qui sait laquelle ça sera pour toi ? Et finalement, mais lentement, tellement lentement, on oublie ses humiliations… même celles qui semblaient indélébiles finissent par s’effacer. On oublie qui était branché et qui ne l’était pas, qui était beau, intelligent, sportif ou pas. Qui est allé dans une bonne fac. Qui donnait les meilleures fêtes. Qui pouvait vous trouver de l’herbe. On les oublie tous. Même ceux qu’on disait aimer, et ceux qu’on aimait vraiment. Ceux-là sont les derniers à disparaître. Et ensuite, une fois qu’on a suffisamment oublié, on aime quelqu’un d’autre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *