[Rencontre]LE LIVRE DE LA JUNGLE: LEÏLA BEKHTI ET LAMBERT WILSON et JON FAVREAU

A l’occasion de la sortie du film Disney le Livre De La Jungle, j’ai eu la chance d’assister à une conférence de presse en présence des voix françaises Leïla Bekhti qui prête sa voix à Kaa et Lambert Wilson pour Baloo. Puis nous avons rencontrer le réalisateur du film, Jon Favreau.

Affiche Livre de la Jungle Jon Favreau

Chronique du film par ICI.

Compte rendu:
Disney m’a invitée pour un événement à la hauteur de son oeuvre live. Plusieurs blogs et sites étaient présents. Dans un premier temps, les voix françaises ont répondu à quelques questions. Leïla Bekhti et Lambert Wilson ont su rendre ce moment délicieusement passionnant. Chacun a apporté sa touche dans son personnage issu d’une nouvelle adaptation du roman de Rudyard Kipling plus sombre que celle de 1967.

Lambert Wilson avait le choix entre Baloo et Bagheera. Pour lui, après avoir écouté les voix originales américaines le choix était fait, Bill Muray offrait ce côté fou, qu’il appréciait. Leïla Bekhti s’est inspirée de l’interprétation de Scarlett Johansson. Le rendu est magnifique pour le deux. Si vous avez l’occasion, foncez! Lamber Wilson explique que le ton est plus moderne, il démontre, appuie sur les changements opérés ses dernières années. La nature a son rôle inversée. La planète est devenue victime de l’homme.

Hop les vidéos de Aude pour l’occasion:

Partie 2:

Puis, l’événement s’est terminé sur les questions/réponses avec Jon Favreau, sans le jeune Neel Sethi (après une journée presse marathon pour un enfant la fatigue se ressent… ). Le réalisateur a été adorable. Bon, une part de moi a un peu couiné de plaisir. J’adore la personne. J’ai souri en repensant aux Sopranos et à Friends, ou encore Iron Man…

L’occasion de découvrir qu’enfant son personnage préféré du Livre de la Jungle était Baloo. D’apprendre des anecdotes de tournage: les ours ne flottant pas la scène où Baloo et Mowgli nagent s’est avérée un vraie casse-tête à réaliser. Pour y parvenir, de nombreuses photos et vidéos ont été prises d’ours polaires.

Difficile d’adapter une oeuvre qui a marqué plus d’une époque, Jon Favreau a abordé les réflexions pour passer de l’oeuvre de 1967 à celle d’aujourd’hui. Le premier s’adressait à un jeune public, la comédie musicale permettait d’apporter des touches de joie. Le roman étant plus sombre, il souhaitait poser un regard plus proche de l’oeuvre originale de Kipling tout en conservant une partie du charme de la version animée.

Avec humour, Jon Favreau a comparé la réalisation des films d’animation avec la cuisine en mentionnant au passage Chef. Pour lui, il voulait rester dans l’ambiance des films plus grave comme Dumbo, Bambi, Fantasia, Blanche Neige et le Roi Lion. Des changements sont apportés comme la présence de personnages féminins (hormis la petite fille, la version de 1967 n’en décomptait pas). Ici, la louve Rakcha (et mère de Mowgli) a un rôle capital. Kaa, le serpent, joue un autre rôle important dans la vie de Mogwli. La question sur son choix d’avoir opter pour un serpent féminin a paru le toucher.

Un échange chaleureux, sympathique, ponctué d’humour, j’ai eu un énorme fou rire avec la recette du sandwich cubain. Jon Favreau a taquiné plusieurs fois la traductrice Massoumeh Lahidji et l’a remercié pour son travail. Il a pris le temps d’accorder un moment à chacun. Souriant, professionnel, il a su faire naître des étoiles dans mes yeux. Tout comme son adaptation. Une très belle conférence chargée en émotions.

Retrouvez son intervention dans les deux vidéos ci-dessous :

Partie 2:

Mes photos sur instagram.

★ Merci à Disney pour cette rencontre ★

★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *