Prometheus devient une station de métro fantôme à Paris

La campagne viral du prochain film de Ridley Scott franchit un nouveau cap en s’installant dans le métro parisien du 16 au 25 mai 2012.

*communiqué de presse*

Sur la ligne 9 du métro parisien, entre la station République et Strasbourg-Saint Denis (direction Pont de Sèvres, votre trajetaura quelque chose de surprenant. Ouvrez grand les yeux. Vous pourrez vivre pendant quelques secondes l’atmosphère mystérieuse de la grotte dans laquelle une équipe de scientifiques, partis dans les recoins les plus sombres de l’univers à bord du vaisseau spatialPROMETHEUS, vont découvrirles origines de l’humanité.

Une bonne nouvelle : à l’intérieur de la rame, vous ne vivrez pas l’angoisse de leur découverte.


A propos de PROMETHEUS
Ridley Scott, réalisateur de “Alien” et “Blade Runner”, retrouve le monde de la science-fiction dont il est l’un des pionniers les plus audacieux. Avec le film PROMETHEUS, il créé une mythologie sans précédent, dans laquelle une équipe d’explorateurs découvre un indice sur l’origine de l’humanité sur Terre. Cette découverte les entraîne dans un voyage fascinant jusqu’aux recoins les plus sombres de l’univers. Là-bas, un affrontement terrifiant qui décidera de l’avenir de l’humanité les attend.

Sortie au cinéma le 30 mai – en 3D et Imax 3D. Avant-premières dans toute la France le mardi 29 mai à minuit.

A propos de la station métro « fantôme » Saint-Martin

La station Saint-Martin a été ouverte, sur la ligne 8, le 5 mai 1931. Il s’agissait alors de prolonger cette ligne de Richelieu-Drouot à la Porte de Charenton afin de desservir, d’une part, les Grands Boulevards et, d’autre part, l’Exposition Coloniale, qui s’est tenue au Bois de Vincennes du 6 mai au 15 novembre 1931.
La section de la ligne 9 est ouverte au public le 10 décembre 1933 et complète l’ensemble du tracé de cette ligne dans son parcours intra-muros.
La station est fermée le 2 septembre 1939, au même titre qu’environ la moitié du réseau, afin d’économiser personnel et énergie en temps de guerre. Cette fermeture provisoire se poursuit pendant la période de l’occupation.
Une quinzaine de stations avaient été maintenues fermées après la fin du conflit, en raison de leur faible trafic et/ou leur grande proximité avec une autre station plus importante. Sur demande des populations, elles ont été progressivement rouvertes entre la fin de la guerre et l’année 1968. Au terme de ce processus, les cinq dernières stations non-rouvertes au public et dites « fantôme » ont été définitivement fermées (Arsenal, Champ de Mars, Croix Rouge, Cluny & Saint-Martin – la station Cluny a été rouverte en février 1988 pour offrir une correspondance avec le RER B).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *