Le week-end- Natasha Preston

Critique roman: Le Week-end de Natasha Preston

Une envie de frissons, un bon souvenir de Natasha Preston avec la cave, je pensais retrouvais le côté thriller horrifique qui m’avait séduite. L’idée d’une bande de copains perdus loin de tout, vivant des aventures en huit-clos me tentait. Les amitiés vont être secoués par les événements. Je suis ressortie de ma lecture avec un sentiment en demi-teinte.

☙Synopsis:☙

Ils pensent qu’ils sont invincibles. Ils pensent pouvoir faire et dire ce qu’ils veulent, sans jamais avoir à en assumer les conséquences. Ils ne m’ont pas laissé le choix. Il est temps pour eux de payer. Un week-end entre amis, dans un chalet loin de tout. C’est exactement ce dont MacKenzie avait besoin. La bande se retrouve, impatiente que la fête commence. Un verre. puis deux. et la nuit tombe dans l’oubli. Au réveil, c’est l’horreur. Deux d’entre eux sont morts. Sauvagement assassinés. Aucune trace d’effraction ni signe de lutte. Les cinq survivants n’ont d’autre choix que de se suspecter… car quelqu’un ne dit pas la vérité.


☙Mon avis:☙
Le temps d’un week-end, des jeunes partent ensemble. Cinq camarades qui veulent profiter d’un instant pour se ressourcer. Deux personnages s’ajoutent à la bande. Tout est propice à s’amuser, se détendre. Quand un drame survient. Deux sont assassinés. Josh et Courtney gisent dans une flaque de sang. C’est horrible. Brutal. Violent. J’étais intriguée. Je pensais à des récits d’horreur. La sueur froide s’installait déjà. Les promesses se dessinaient. Le résultat est mitigé. J’ai l’impression que j’attendais trop de sensations. Mon coeur a été déçu.

Le cauchemar, la noirceur, les luttes, les éclats sont traités d’une manière qui m’a laissée perplexe. La trame de fond, la quête du tueur souffre de longueur, de soupçons qui tournent en rond. L’esprit cherche. L’esprit imagine des pistes. Les fausses routes sont nombreuses. Et l’auteure les mène d’une façon qui malmène le potentiel. Certains aspects restent en surface. D’autres sont négligés, comme abandonnés sur le bas de la route. Le chemin secoue. Les secrets se dévoilent emportant avec eux des indices, des suspects. Mais la narration unique autour du personnage de Mackenzie, déroute. Elle ne laisse entrevoir qu’une seule vision possible. Les doutes piquent l’âme.

Le comportement de l’héroïne m’a surprise. Il est difficile de la cerner. Son attitude semble souffler le chaud et le froid. Personne n’a rien vu. Cependant, au fil des chapitres, des détails se dévoilent, des mobiles se pointent du doigt. Les dangers rôdent dans l’ombre. MacKenzie prend les choses en main. Elle enquête. Et nous avec. Tout est remis en question. Le moindre mot, le moindre geste, le moindre fait, tout est mis sur la sellette. Qui a tué ses camarades? Qui est le tueur?

Natasha Preston réussit à entraîner son lectorat dans une ambiance de thriller avec une bonne dose de suspens. Pourtant, je suis un poil sceptique. Je m’imaginais plus oppressant, plus torturé, plus sombre le destin. Peut-être que j’ai trop vu de films comme Destination Finale, Projet Blair Witch, que je voulais du plus gore, du plus brut. Je ne sais pas. Je suis restée sur ma faim. Je n’ai pas eu ses picotements, ses moments froids, intenses, perturbants. Sans compter que la petite dose de romance entre Blake et Mackenzie n’apporte pas franchement d’étincelles supplémentaire. Je l’ai presque regretté.

En bref, Le week-end souffle un vent intrigant, rempli de dédales de secrets, de rebondissements. Le labyrinthe des doutes pousse vers des routes étranges. Le potentiel du thriller se retient. L’intensité semble rester à la surface. Malgré tout, le récit possède une rythme agréable à suivre, des idées intéressantes se posent, le suspens se maintient jusqu’au bout. Juste dommage, que l’impression de voir trop de thèmes abordés donne envie d’un développement qui n’arrive jamais complètement. Je suis restée sur ma faim. Et les derniers actes ont augmenté ce sentiment. Une version teenager, presque soft, des oeuvres comme Scream, Urban Legend et Souviens-toi l’été dernier. Pour frissonner tout en retenue…

☙Ma note:☙

🌟7/10🌟

☙Informations:☙

Auteure: Natasha Preston
378 pages
Editeur : Hachette Romans
Date de parution: 28 février 2018
Collection : Hors-séries
Prix: 18 euros
Disponible en numérique: oui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *