La Forme de l’Eau- Guillermo del Toro

Critique film: La Forme de l’Eau de Guillermo del Toro

La Forme de l’Eau offre une poésie étrange, fantastique, irréelle et magique. L’amour des monstres se dessine peu à peu, dans un ballet fascinant mêlant douceur et brutalité.

☙Synopsis:☙

Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

☙Mon avis:☙
 Les références s’entrechoquent, saisissent le coeur et le transportent dans un dédale captivant. Imaginez des vieux films comme l’Etrange Créature du lac noir revu au goût du jour, dans une vision hors du temps, comme si elle était entre deux espaces, deux mondes, deux aperçus troublants, magnifiques, décalés.

Le monstre ici devient attachant, il capture l’attention et l’affection du spectateur. Il pousse à s’interroger sur ce besoin de l’être humain à dompter peu importe les moyens employés pour y parvenir les créatures différentes de lui. Ce besoin de dominance, d’asseoir son pouvoir, d’étudier, de possèder se déploient dans un assemblage incroyable qui relie deux monstres.
Deux coeurs rejetés par la société, chacun pour une raison, se rencontrent. Deux mondes rentrent en collision. Pour le meilleur et pour le pire…

Elisa, jeune femme muette, brillamment interprétée par Sally Hawkins fait des ménages dans une base militaire. Lors d’une mission de nettoyage, elle tombe face à face avec un être troublant, un être hors norme. Une impression s’installe, celle de découvrir un amour naissant, une relation douce dans un univers violent. Car le monstre ne vit rien d’une partie tendre. Maltraité, étudié, terrorisé, il subit les maux infligés par les pairs de l’héroïne. Une romance maudite née. Une romance qui fait battre le coeur. Une romance qui m’a plue, par sa beauté, par ses mots qui n’ont pas besoin d’exister, par ses émotions qui passent dans les actes.

La forme de l’eau conte une histoire tissant sa toile sur plusieurs thèmes. Les genres se cotoient, se lient dans un pas de danse entre thriller, horreur, romance, science-fiction. C’est savoureux. Atypique. Surprenant. Poétique. Les images et les mots sont remplis de métaphores, de nuances, de teintes, de variations qui font mouche. La musique et les interprétations des comédiens ajoutent au charme envoûtant, particulier qui se détache du film.

Les amis d’Elisa sont comme des portes vers une compréhension, un regard différent, ils la soutiennent dans ses choix même si ils ne les approuvent pas. Octavia Spencer, dans le rôle de Zelda Fuller est sublime. Comme Richard Jenkins en Giles, voisin doux-rêveur, illustrateur, homosexuel, refermé sur lui-même. La jeune femme illumine leur vie à sa manière. Elle les sort de leur carcan. Elle les pousse à réfléchir et nous avec. Elle voit avec le coeur et non avec les yeux.

L’oeuvre déboussole, renverse, retourne. L’intrigue tient en haleine. Les notes se succèdent avec un attrait qui subjugue l’esprit jusqu’à la dernière image, dernière mesure. Doug Jones est juste parfait en homme amphibien. Et Michael Shannon renversant dans son incarnation terrifiante de son personnage. Michael Stuhlbarg possède une double facette hallucinante qui titille et s’admire. Tous ont à leur façon un je ne sais quoi de ensorcelant. Le récit les place avec brio dans une version de la Belle et la Bête assez spectaculaire. Les émotions tourbillonnent.

La Forme de l’eau souffle un vent de tolérance. Il donne envie de rêver, de croire en toutes les possibilités infinies de l’homme et des contes. Peu importe que vous croyez aux mythes, aux histoires d’amour, aux amitiés, Guillermo Del Toro offre un récit captivant, somptueux, plein de sentiments, de questions, de poésie. Les monstres ne sont pas forcément ceux que nous pensons être. Parfois, les frontières sont plus ténues qu’elles ne semblent être. Il faut ouvrir les yeux. Regardez, observez et admirez. Partez à la découverte d’un monde étrange, filez sous les apparences.

☙ Film vu en VOSTFR ☙

☙Ma note:☙

🌟8+/10🌟

☙Informations:☙

Titre vo: Shape Of Water
Un film de Guillermo del Toro
Date de sortie: 21 février 2018
Genres Fantastique, Drame, Romance
Nationalité Américain
Avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins, Doug Jones, Michael Stuhlbarg et Octavia Spencer

« L’eau prend la forme de son contenant, mais malgré son apparente inertie, il s’agit de la force la plus puissante et la plus malléable de l’univers. N’est-ce pas également le cas de l’amour ? Car quelle que soit la forme que prend l’objet de notre flamme – homme, femme ou créature – l’amour s’y adapte. »
Guillermo del Toro

Récompenses:
Après avoir été récompensé à deux reprises aux Golden Globes,
LA FORME DE L’EAU continue sa fulgurante ascension en remportant 3 BAFTA :

– Prix du Meilleur Réalisateur pour Guillermo del Toro
– Prix de la Meilleure Musique Originale pour Alexandre Desplat
– Prix des Meilleurs Décors pour Paul Austerberry, Jeff Melvin, Shane Vieau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *