Heroes- Battista Tarantini

Critique roman: Heroes de Battista Tarantini

Un roman qui mêle habillement tous les super-héros de mon coeur et invite au voyage de bien des manières, ne pouvait qu’attirer mon regard. Je me suis lancée et j’ai eu le coeur soufflé.

☙Synopsis:☙

La vie a joué un très mauvais tour à Grace. Alors qu’elle commençait des études de médecine, son coeur l’a lâchée et elle a dû subir une transplantation cardiaque. L’organe qui bat désormais dans sa poitrine est en bonne santé, mais il lui est complètement étranger. Ne sachant plus qui elle est, Grace s’exile en Australie, chez sa tante, pour tenter de se retrouver, et donner une nouvelle direction à sa vie. Arrivée dans le bush australien, sa voiture tombe en panne et Z, le garagiste local lui porte secours. Ténébreux, écorché, vif, il répare des voitures en menant une vie solitaire, se contentant de la compagnie de son chien. Grace comprend rapidement que Z n’est pas celui qu’il semble être. Il la fascine, l’attire irrévocablement ; comme elle, il a choisi le désert rouge d’Australie, ses espaces infinis et sa dureté, pour se réinventer.

Au coeur de l’immensité australienne, Z et Grace vont-ils réussir à oublier leur passé ?

☙Mon avis:☙
Heroes est une romance sensationnelle. Elle marque bien après sa lecture. Les mots s’enchaînent avec une pointe de séduction irrésistible. Pas à pas, le récit construit prend aux tripes. Il permet de rencontrer deux héros peu ordinaires. Deux héros brisés à leur manière. Deux héros qui font chavirer le coeur. J’ai été séduite dès les premiers échanges. Entre les références aux comics que j’adore et la rencontre sous la pluie. Des petits riens qui forment des grands tous. Grace et Z sont deux merveilleux personnages. Complémentaires, ils possèdent tous les deux des super pouvoirs mais l’ignorent.

Le premier chapitre m’a un peu déroutée. Puis, j’ai croisé la route de Grace, vingt deux ans, rousse volcanique qui s’ignore, qui tente de se reconstruire après une greffe… Elle a quitté son Angleterre pour l’Australie. Dès les premiers contacts, les étincelles fusent. Elle m’a captivée. J’ai admiré sa force, sa persévérance, sa façon d’être et de se reprendre goût à la vie, à cette existence qui s’est arrêtée avec sa maladie… Une seconde chance lui est donnée. Elle la saisit tout d’abord doucement, avec maladresse, mais avec cette énergie, cette petite accroche qui donne envie de la pousser, de la soutenir, de l’aider. Tel un Phenix, tel Jean Grey, la jeune femme gagne en puissance.

Z est un vrai mystère, taciturne, un peu brut de décoffrage, il cache son passé et s’exprime peu avec des mots. Un mixte fascinant entre Superman, Batman et Wolverine. Un bourru au coeur en or, un homme extraordinaire qui se dévoile brides par brides, morceaux par morceaux.Il est une énigme vivante avec son chien monstrueux et effrayant. Grace se retrouve captiver, piquer à vif par ce héros. Les deux semblent panser leurs blessures loin du monde. Ils attirent le regard. Ils le retiennent. Peu à peu, la séduction augmente. Les éclairs tourbillonnent non loin de la surface. Ils crépitent. Ils tonnent. Ils montrent le pouvoir d’un être humain sur un coeur brisé. Les routes perdues ont parfois besoin d’un petit coup de pouce pour se remettre correctement.

Que vous dire? Que j’ai littéralement fondu. J’ai adoré les comparaisons des héros avec des moitiés aux super pouvoirs. Grace en Jean Grey, Poison Ivy, Storm ou encore la femme invisible, un mélange pétillant, brillant, lumineux, impossible à oublier. Face à elle, ce Superman cassé, ce triste sire qui penche davantage vers Batman, mais en possède tout son charme. Chacun apprivoise l’autre l’air de rien. Ils se découvrent. Ils se goûtent. Ils jouent. Ils s’égratignent. Rien n’est simple. Rien n’est facile. Rien ne vient tout cuit sur un plateau.

Parfois, une chute permet de mieux apprécier les cadeaux de l’existence et l’amour. Battista Tarantini le met avec talent en forme. Elle transmet tout un panel d’émotions. Elle parvient à s’immiscer doucement mais sûrement dans le coeur du lecteur. J’ai vibré tout le long. J’ai retenu mon souffle. J’ai eu envie de ne pas quitter l’univers posé. J’ai eu envie de savoir qui était le nouveau coeur de Grace. J’ai eu envie de savoir ce que fuyait Z. Je suis tombée amoureuses des deux protagonistes. Je les ai aimé jusqu’au bout. Fort. Très fort. L’espoir, les secondes chances, les nouveaux départs, les croisements, tout se lie habillement dans un crescendo difficile pour les nerfs. Le vortex s’installe et plonge un peu plus dans les batailles de ces héros. J’ai eu qu’un désir, rester et profiter de Grace et Z encore et encore.

Le ton juste, délicat, violent parfois, magique, féérique, passionnant, adorable, tendre, imparfait, séduisant, torride, ravissant, parfait, divin, sublime frappe offrant un délicieux moment d’évasion. L’Australie réserve des surprises et des sentiments exceptionnels. Les héros sont attachants, terriblement craquants et les personnages secondaires ne sont pas en reste Jenna, William, Ronald et les autres. Pour exister, un super-héros n’a pas besoin de super pouvoirs hors du commun, il suffit d’un coeur et d’un force qui se détache de la moyenne. Batman a besoin d’un Robin. Batman a besoin d’un méchant pour exister. Les ombres laissent une ouverture à la lumière pour se dévoiler. Les deux se complètent. Les deux s’étreignent. Battista Tarantini l’a très bien compris.

Battista, je signe direct pour un autre roman avec Malicia/Rogue. Je te suivrai les yeux fermés. Tu peux me prendre par la main et m’emporter vers d’autres horizons, j’irai avec un infini plaisir. Tu as conquis des gallons avec Heroes. Tu as marqué mon esprit, dans un somptueux ensemble. Merci. Merci pour cette vision des super-héros et des super-pouvoirs. Merci pour cette visite de l’Australie, Grace et Z. Merci pour cette découverte toute en émotions, du début à la fin. Et non, je ne dirai pas combien de fois, j’ai bipé et échangé des gifs pour donner à chaud mon ressenti à Cynthia. Mais le coup de foudre est là. L’éclair de Storm m’a frappée. Merci.

Mon avis à chaud sur Goodreads:

✨Parfois, il faut savoir tomber pour mieux voler.
Les super-héros ne sont pas toujours affublés de super-pouvoirs, ils sont beaux, touchants, mystérieux, un peu renfrognés, un peu de Batman, un peu de Superman, un peu de Jean Grey, de Storm, de Medusa et bien d’autres.
Parfois, il faut oser trouver son Robin. Parfois, il faut sombrer pour mieux ouvrir les yeux.
Lisez le. Ce roman est magnifique, intense, poignant. ✨

☙ Lecture commune avec Cynthia aka Lectrice_lambda son avis par ICI

☙Ma note:☙

🌟10+/10🌟
Coup de foudre

☙Informations:☙

Auteure: Battista Tarantini
Editions Hugo Roman,
Collection New Romance
Date de parution: 11 janvier 2018
Disponible en numérique: oui
Prix: 17 euros

☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *