[Film] I Love You Phillip Morris

Jeudi soir, j’étais à l’avant-première organisée par EuraCorp et Allociné pour le Club300. J’y étais accompagné de Larry et Mylène:wink:

Synopsis:

L’histoire vraie d’un ex-flic, ex-mari, ex-arnaqueur aux assurances, ex-prisonnier modèle et éternel amant du codétenu Phillip Morris. Steven Russell est prêt à tout pour ne jamais être séparé de l’homme de sa vie. Ce qui implique notamment de ne pas moisir en prison. Jusqu’où peut-on aller par amour? Très loin si l’on en croit l’histoire incroyable de Steven Russell, un génie de l’évasion rattrapé par son romantisme.

Date de sortie: 10 février 2010

Avis:

Je suis perplexe face aux prestations des deux acteurs Jim Carrey (Steven/ Steve) et Ewan Mc Gregor (Phillip) . A plusieurs reprises je n’ai pas pu m’empêcher de revoir des films comme The Mask, Big Fish ou Star Wars. Je ne parle même pas de l’affiche clinquante française qui me donne plus l’impression d’aller voir une comédie musicale des années soixante qu’un film traitant d’un amour homosexuel. Le jaune arrache les yeux et les deux acteurs principaux nous ne les voyons pas ainsi une seule fois dans le film, ou alors j’ai loupé ce passage. C’est Steven et Jimmy qui se promènent avec les chiens pas Steve et Phillip. :twisted: Un détail peut-être mais assez étrange dans le choix pour attirer l’oeil du spectateur. Je ne me fie pas à l’affiche pour juger un film alors passons… accordons lui le bénéfice du doute.

Une fois en salle, le film commence. Là nous nous retrouvons plonger dans l’enfance de Steven. Les parents portent les vêtements typiques de l’époque Happy Days, j’aurai presque chercher Fonzie. (J’ai les références que je veux:-P mais sérieux j’ai cru me retrouver face à la famille Cunnigham)  Le frère du héros lui annonce une nouvelle qui bouleversera sa vie. Enfin annonce, balance serait plus approprié. Puis le premier gros plans sur les cheveux de Jim Carrey arrive, j’ai tout de suite pensé : c’est quoi cette moumoute??? non sérieux j’ai cru voir une perruque sur pattes. Certains se sont moqués de Ben Afflek là y a de quoi rire. Les cheveux de Jim Carrey ont pris vie ou quoi???

Le film raconte l’histoire d’amour de deux héros: Steven Russel et Phillip Morris. Elle débute derrière les murs d’une prison suite à un coup de foudre de Steven pour le jeune timide Phillip

Steven Russel s’avère être un gay, malgré un mariage et une fille qu’il chérit plus que tout. Un jour un accident de voiture modifie toute sa vision du monde et il décide de crier au monde qu’il est gay avec un grand G. Un homosexuel pur de dur si nous l’écoutons. Les images de ses galipettes sont parfois crues. (et elles viennent sans prévenir :-? )  Pour lui, c’est une vérité il aime les hommes depuis tout petit, enfant il voyait des zizis dans les nuages (si si véridique l’explication laisse pantoise)

Phillip Morris est un jeune blond aux yeux blonds sensibles et un peu naïf qui croit que tous les êtres vivants sont forcéments bons. Crédule vous pensez? Ewan Mc Gregor lui prête son charmant minois. Je regrette que son rôle ne soit pas allé au delà de son carcan restrictif de jeune beauté gay. Je suis restée sur ma faim, je pensais le voir dans une meilleure performance.

Je ne vous raconte même pas le flash instant parallèle entre ce film et Philadelphia (sans le petit côté sexy d’Antonio Banderas et Tom Hanks malheureusement). Quand j’ai vu Steve (Jim Carrey) donné à boire à son ami Jimmy. J’y peux rien j’ai eu d’un coup le merveilleux film de Jonathan Demme en tête. J’ai pas pu me le retirer. Et je dois dire que j’ai eu un mauvais goût d’insatisfaction.

La performance physique de Jim Carrey est épatante. Il arrive vraiment à ressembler à ce qu’il souhaite. Un homme caméléon en pleine forme ou un malade. J’ai été bluffée par son jeu, plus au niveau de son corps passant de maigre à musclé, puis à une brindille. Son talent s’est plus situé à ce niveau que dans son jeu de comédien pour moi. Huez moi si vous voulez. Ce film n’est pas le meilleur que l’acteur a pu tourné. Il m’a laissé sur un mauvais tournant. Pourtant il avait bien commencé. Le soucis c’est la caricature et l’effet très coloré et kitch du monde des gays.

Je m’attendais à mieux. J’ai été partagée face aux images. J’ai eu le sentiment de voir un film avec des acteurs célébres pour appuyer le sujet. Un peu trop caricatural par moments, même si certains passages m’ont fait sourire comme la tournée du propriétaire par Steven à son nouveau colocataire de cellule. J’ai pas pu m’empêcher de sourire à sa répétition de phrases pour ponctuer son message et arriver à ses fins, je ne vous dirais rien… sous peine de vous dévoiler le morceau. Les passages se succèdent, la prison, la vie au dehors, le changement de travail, les arnaques… la quête de bonheur de Steven est insasiable. Le héros se perd à force de chercher à avoir toujours plus. Toujours plus en oubliant le vrai bonheur. Trop d’extravagance et de surcharge nuisent au film. Dommage. A croire que le film est un stéréotype de l’image que les hétérosexuels ont des homosexuels.

Deux belles interrogations par contre ont trouvé grâce à mes yeux:

Arnaqueur un jour arnaqueur toujours? Jim Carrey a un rôle particulier, son personnage Steve est attachant, complexe même si nous aurions pu avoir un meilleur rendu au final. Il a toujours arnaqué son monde, trompé et dupé. Il a endossé le rôle que ses proches attendaient de lui. De flic, il devient petit escroc, puis faux avocat… il suit l’image que les gens croient voir en lui. Nous pourrions nous demander s’il existe une véritable rédemption pour les arnaqueurs. Peuvent-ils devenir autre chose quand ils ne connaissent que cet univers?

Et notre façon d’être élévé conditionne-t-elle vraiment notre vision du monde? Petit une nouvelle bouleverse l’existence de Steve, il ne cesse alors de mener une quête jusqu’à choisir un travail pour y parvenir. Il cherche l’amour sans cesse ou la reconnaissance?

Ce film est à voir si vous voulez découvrir Jim Carrey sous un oeil nouveau loin du comique habituel. Il tient le film sur ses épaules avec un Ewan Mc Gregor blond à souhait dans un rôle pas assez poussé. Steve vit son histoire d’amour jusqu’au bout, il adore Phillip et le montre de mille et une fois façon sans vraiment trouver la bonne. Un peu comme dans la vraie vie, non? L’amour est une chose complexe. Pour ma part, I Love You Phillip Morris ne restera pas dans les annales (sans jeux de mots :-o)

Note: 2.5/5

Copyright: EuraCorp

4 thoughts on “[Film] I Love You Phillip Morris”

    1. @doudette :) j’ai essayé de donner mon avis. J’ai pas accroché pourtant j’avais envie de le voir en lisant le synopsis et avec la bande annonce. :?:
      Objective, je sais pas, j’ai du mal j’essaie de pas trop en dévoiler tout en donnant une vision de ce que j’ai pu voir et apprécier. :)
      (et c’est pas un film familial lol moi qui sortait d’un Disney j’ai eu droit au virage complet )

  1. J’avaisi gagné les places aussi (on aurait pu s’y voir tiens ! ) mais bon chéri a pas été emballé ! Alors deux amies y sont allées ! Et ca leur a plu ! J’irai le voir des sa sortie pour me donner une idee !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *