[Exposition] Musique et cinéma: le mariage du siècle? du 19 mars au 18 août 2013

La musique tient un rôle primordiale dans mon ressenti pour une oeuvre du 7eme art. L’exposition qui ouvre ses portes à la cité de la musique à Paris : Musique et cinéma: le mariage du siècle? ravira les passionnés qui apprécient l’ambiance que la bande originale apporte à un film. J’ai été très surprise, transportée par les notes, les tons et le parcours.

Préparez vous à voyager dans un siècle de musique au cinéma. Une plongée dans l’envers du décor sur deux niveaux. Au rez-de-chaussé, un parcours didactique traverse plusieurs étapes de la réalisation: dès l’écriture du scénario, le tournage et la post-production. Le sous-sol permet de s’installer pour écouter de bandes originales de longs métrages mythiques ou se rendre à la salle de projection pour visionner des extraits comme Lawrence d’Arabie, New York 1997, la Fiancée de Frankenstein, Chantons sous la pluie, La leçon de Piano, Scarface, Pour une poignée de dollars ou encore Mulholland Drive. Je n’en cite que quelques uns, j’ai aimé chercher et reconnaître les morceaux. Pour ceux qui auraient peur de se tromper, les titres apparaissent sur un panneau entre les deux écrans de projections. N’ayez pas peur d’être perdu. Les transitions prêtent à sourire. Décalé, drôle, tendre, étrange.

musique-et-cinema-expo_post

Si vous avez grandi comme moi avec des westerns de Sergio Leone/ Ennio Morricone, vous serez aux anges. «la partition avant le scénario» avec Le Bon, la Brute et le Truand. J’ai aimé le focus sur la Lectrice, les mots de Michel Deville. Les morceaux sur le playback, avec un passage de Délivrance totalement captivant. Je n’ai pas pu tester le documentaire sur Star Wars (plus de 26 minutes) il était pris d’assault. Allez comprendre pourquoi. (je taquine).

Sans bouger, dans une salle danse, d’une façon agréable pour les oreilles, le spectateur cinéphile ou amateur de notes profite des tandems célèbres comme Alfred Hitchock-Herrmann, Fellini-Rota, Demy-Legrand, Steven Spielberg-Williams, Burton-Elfman, David Lynch-Angelo Badalamenti et beaucoup d’autres. Les musiques vibrent et résonnent. Les émotions naissent, elles se dévoilent, appuyant sur les personnages, les sensations. Quelques notes suffisent pour avoir le souvenir des moments posés sur la pellicule.

demoiselles-de-rochefort

Dans le côté post-production, j’ai découvert le cas de 2001, l’Odyssée de l’espace. J’ignorais que Kubrick avait renoncé à la musique d’Alex North, préférant un ensemble plus personnel de musiques préesixtantes. Pareil pour les anecdotes sur Lawrence d’Arabie. Les réalisateurs, parfois compositeurs, livrent une part de leur intimité, de leur choix, comme s’ils ouvraient une partie de leur univers pour mieux comprendre le pourquoi de l’émotion attendue.

Si vous rêvez de voir les effets sonores sans la musique, sans les petits clics, rendez-vous dans le studio de mixage interactif. 3 extraits de films vous attendent pour créer votre propre musique. J’ai testé Mesrine. (Vincent Cassel moustachu me fait toujours autant sourire même dans la peau d’un grand bandit). Musique et cinéma se marient à merveille. Le deux se complètent, se lient, s’aiment et se détestent. J’ai eu un plaisir immense à parcourir les dédales des documents, à la lire, les écouter, les savourer. J’ai eu envie de découvrir des films comme une femme est une femme, de revoir West Side Story, de sourire, de rêver. L’exposition m’a confirmée que j’adore la bande son d’un film, que sa musique joue énormément sur mes coups de coeur.

Musique et cinéma: le mariage du siècle? une délicieuse exposition pour petits et grands. Les yeux et les oreilles profitent d’un assemblage plaisant, savoureux à travers des extraits, des partitions originales, des brouillons, des manuscrits, des documentaires. J’ai tellement été conquise que j’ai passé plus de 3 heures à la Cité de la Musique. J’ai même manqué de me prendre le catalogue, le prix m’a freiné. Je craquerai peut-être un jour, il est magnifique. Regardez bien les illustrations, elles m’ont tapé dans l’oeil même si j’ai honteusement eu un doute sur Bardot à un moment. Chut, vous ne le direz pas. J’ai souri, j’ai eu des moments nostalgiques, j’ai eu le coeur gros. J’ai aimé les bulles pour écouter les divers morceaux. Un peu plus d’espace par moment aurait été plus agréable pour profiter des lieux. J’ai souri aux notes, aux souvenirs, aux années passées depuis la Boum, à mon côté j’aime la musique pas le film (genre Drive). Je vous conseille vivement d’y aller si vous avez l’occasion. Un vrai coup de coeur pour moi, foncez!

Un merci à Nipette pour le délicieux vernissage.

Informations pratiques:

Site officiel: Musique & Cinéma

Moop lieu: 

Cité de la Musique

221, avenue Jean Jaurès
75019 Paris.
M°/ Tramway: Porte de Pantin
Tel : 01 44 84 44 84

Moop horaires:

Du mardi au jeudi de 12h à 18h
Le dimanche de 10h à 18h
Nocturnes les vendredis et samedis jusqu’à 22h.

Ouverture exceptionnelle jusqu’à 20h les soirs des concerts du cycle Musique & Cinéma.

Fermé le 1er mai.
La vente des billets s’arrête 1h avant la fermeture.

Dates: du 19 mars au 18 août 2013.

1 commentaire sur “[Exposition] Musique et cinéma: le mariage du siècle? du 19 mars au 18 août 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *