[DVD] Laban le petit fantôme

En cette période de N’Halloween, les fantômes et autres créatures de l’imaginaire enfantin sont de sortis. S’il y a bien un moment où l’on peut se régaler d’un dessin animé qui a pour héros un petit drap tout mignon c’est bien en ces vacances de la Toussaint.
J’ai reçu un très joli coffret de 2 DVD en partenariat avec Arte et Cinetrafic. Un packaging qui a tout de suite attiré l’oeil de mes grumeaux: Laban

Synopsis : Laban vit au château Froussard avec Papa fantôme, Maman fantôme et sa petite soeur Labolina. Bien sûr, comme dans tous les châteaux habite aussi une famille royale et surtout le petit Prince Sottise, son meilleur ami. Bref, tout ce qu’il y a de plus normal pour un château hanté sauf que… Laban, le petit fantôme, a peur du noir !!

Moop pourquoi le coffret DVD il est trop trop plaisant?

Avant d’ouvrir le paquet, les yeux s’arrêtent sur le petit sac à dos à l’effigie du héros: Laban le petit fantôme.
Dans le personnage, nous avons 2 DVD de 6 épisodes avec un bonus non négligeables pour les petits amateurs de dessin-animé des autocollants.
Le lien entre chaque histoire: L’idée de numéroter chacun des 6 épisodes d’un DVD est excellente pour que l’enfant se repère. Les numéros sont notés dans un coloris différent et le narrateur l’annonce. Les personnages sont polis, ils saluent au début et à la fin de chaque épisode. Les mots magiques comme les enfants les nomment permettent d’encrer de les interpeller. Ce qui permet aux jeunes spectateurs de se rendre compte que l’histoire est terminée.

La narration suit les aventures, d’une voix off douce, gaie et dynamique. Elle captive l’attention en présentant sans prendre les enfants pour des andouilles le fil de l’épisode. Le modèle narratif est conservé dans tous les épisodes: problème, enquête et résolution. Chaque morceau reprend une peur enfantine, la présente et lui trouve une solution.

Le style du dessin s’avère simple. Des traits sans chichis qui font penser aux Trois brigands de Tomi Ungerer. Ils tapent dans le mille sans s’encombrer de détails. Les aquarelles sont superbes.

Le concept de mettre en scène un héros qui est un être qui peuple souvent les cauchemars des enfants. Le fantôme a peur du noir. Le « monstre » a aussi des craintes comme les grumeaux. Peu importe si on a un drap comme corps, si on doit effrayer les habitants d’un chateau, on peut avoir peur. Laban offre à son public une occasion de découvrir qu’il n’est pas le seul à avoir des frayeurs. Les angoisses de Laban, ses inquiétudes sont présentés avec un côté pédagogique agréable. Le héros surmonte ses épreuves et peut croire à ses rêves.

Les histoires sont courtes. 6 minutes. Le temps passe rapidement. L’attention reste bien sur le dessin animé. Les enfants ne s’éparpillent pas. Idéal pour un temps calme. En plus, ça permet de couper la lecture dans un cycle complet.

Moop pourquoi tu mets un bémol?
Les 2 DVD se regardent en un rien de temps. L’icône suédoise nous séduit et les 12 épisodes mériteraient d’avoir une suite. L’animation séparant les épisodes laissent à désirer si vous avez dépassé le stade enfantin. Le jeune public lui s’en contrefiche. Les enfants retiendront les jolis idées visuelles comme le sapin avec des guirlandes, la maladie du papa de Laban qui passe par toutes les couleurs.

Les découvertes, les émotions de « Laban ne fait peur à personne »; « Mais où est donc Labolina ? »; « La visite au château »; « Un monstre un vrai ! »; « Millimina a disparu ! » ou encore »Le Père Noël » prêtent à sourire par leur simplicité. Les valeurs clés des grands Disney est présente: l’amitié, les relations frère-soeur, la famille, la solidarité et j’en passe. Les enfants adhérent à fond. Même le plus petit Moopy du haut de ses mêmes pas 2 ans a adopté Laban. J’ai été bluffée. Nettement plus sympathique dans le style, le fond que d’autres dessin animés que les 3 ans et plus peuvent voir. Les aventures, les personnages entre la famille de Laban ou les habitants du château sont attendrissants.

Public: dès 3 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *