[Crok’Lecture] Les Intrus de Lauren Oliver

Les maisons hantées et les fantômes ont toujours su attiser et attirer ma curiosité. Mêlant frissons et mystères, elles possèdent un attrait qui a su marquer des points depuis ma tendre jeunesse. Lauren Oliver qui revise le mythe du revenant m’intriguait. Je n’ai pas été déçue du voyage. Loin de là… Les Intrus glace, prend au tripes, remue, perturbe, touche…

Résumé
Prenant le contrepied des récits de fantômes stéréotypés, Lauren Oliver renouvelle le genre avec des fantômes plus loquaces et vivants que les êtres humains eux-mêmes. Le premier roman pour adultes de Lauren Oliver, où maison hantée rime avec famille déglinguée… à moins que ça ne soit le contraire. À la mort de Richard Walker, un vieil homme solitaire, acariâtre et très riche, son ex-femme, ses deux enfants et sa petite-fille retournent dans la maison familiale pour la succession. Mais la bâtisse est hantée. Hantée par des souvenirs d’enfance qui ressurgissent à mesure que les nouveaux arrivants se réapproprient les lieux. Hantée également par de vrais fantômes qui observent et commentent les agissements de chacun, en espérant qu’un jour, enfin, ils pourront quitter les lieux à tout jamais. La très guindée Alice et la cynique Sandra, toutes deux mortes depuis longtemps, sont peu disposées à laisser la place aux nouveaux occupants. Les deux fantômes jouent des coudes pour rester maîtresses de leur propriété au travers de laquelle elles communiquent : escalier qui grince, radiateur qui siffle et ampoules qui grésillent remplacent les mots pour communiquer avec les nouveaux locataires. Mais bientôt, les vivants comme les morts seront confrontés à leur passé et à des vérités douloureuses…

les-intrus-lauren-oliver

Onze parties. Onze pièces. Des secrets enfermées dans une maison. Une mort les relève. Des spectres, des héros attachants, des drames bouleversants, Lauren Oliver parvient à poser mille petites trames tentaculaires. Le tout sans perdre l’intérêt de son lecteur, l’envie de connaître le fin mot de l’histoire titille, pousse à enchaîner les pages. Certains pans collent des frissons. Savoir devient une obsession. Connaître qui est Alice, qui est Sandra, sont-elles mortes? Et comment? Que cache vraiment les souvenirs d’enfance de Minna? Le voyage ne sera pas sans heurts. Les spectres ne sont pas doux, mignons comme Capser, non, ici, c’est violent, choquant et intense. Les notes d’humour désamorcent le trop plein, apportent une touche légère, juste suffisante pour souffler. Le coeur se sert, fort, fort, fort. Le mien a besoin d’une lecture plus fraîche, plus tendre après ça…

Les Intrus renferme en son sein un panel impressionnant d’idées, de thèmes, partant de la maladie, au meutre, aux tourments de l’âme… La plume de Lauren Oliver pose un récit captivant, prenant. Même relu deux fois, j’ai encore le même choc de la découverte. Le même ressenti étrange d’un coeur brisé, d’un coeur remué, d’un coeur retourné.

Merci aux éditions Hachette pour la découverte via un service presse.

Ma note:
9/10
Coup de coeur

Informations:
Traduction : Alice Delarbre
Date de parution : 14/10/2015
Editions: Hachette
A partir de 15 ans
384 pages
Prix: 19 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *