{Crok’Lecture} Je m’appelle Budo de Matthew Dicks

Budo m’a littéralement pris au dépourvu. Totalement. Incroyablement. Le roman de Matthew Dicks est une véritable petite perle. Les aventures de Budo l’ami imaginaire et Max m’ont retournées comme une crêpe. Sous un thème à apparence anodine se cache l’une des plus belles histoires que j’ai pu lire. Du type qui vous transporte, vous bouleverse et vous secoue irrémédiablement. Je m’appelle Budo, je suis l’ami imaginaire depuis cinq ans de Max est un gros gros coup de coeur. Attention, lecture addictive et intense.

Synopsis:
Budo est un ami imaginaire plutôt chanceux : cela fait cinq ans que Max le fait vivre. Mais Max n’est pas un garçon comme les autres. Budo s’est chargé de protéger Max : contre les disputes des parents, contre un garçon du CM2 qui le violente, etc. Mais Budo se retrouve impuissant lorsque Max se fait enlever par Mme Patterson, sa maîtresse. Avec une équipe d’autres amis imaginaires, il va tout faire pour le libérer.

Mon avis:

Max a su captiver mon coeur. Comme Budo, cet être imaginaire pas si imaginaire que ça. Il prend vie, gagne en essence au fil des pages. Il chavire. Surprend. Mon coeur est passé par des montagnes russes. Je ne m’attendais pas du tout à ressentir autant d’émotions. Je me suis retrouvée à certains passages avec une envie folle de planquer le roman dans le congélateur en version Joey (F.R.I.E.N.D.S) avec la force du tourbillon qui se dessine. Une surprise à chaque page à la fois légère et dure comme la vie. J’ai eu un coup de foudre pour Max et Budo. Max est un enfant pas comme les autres. Il n’a pas la même perception pour beaucoup de choses du quotidien. J’ai eu une boule au ventre en le découvrant. Une grosse. Une personnelle. Une qui marque. Je me suis attachée à lui. A ce petit garçon étonnant fan de Lego, à ce petit bonhomme coupé du monde. Autiste? ou un autre handicap, Max est spécial, il a un apprentissage différent. Il est magique. Il a su inventer le plus extra-ordinaire des amis: Budo. Il lui a donné la faculté de traversé les portes, les fenêtres, de ne pas dormir pour ne jamais jamais être seul. L’imaginaire côtoie le réel, toujours entre deux, sans pouvoir toucher, en apprenant à aimer, à s’attacher… Budo capture toute l’attention. Il grandit. La maturité de ses actes, sa subtilité, sa prise de conscience, son combat… tout l’a rendu attachant à mes yeux.

je-m-appelle-budo-cover_Matthew_Dicks

Matthew Dicks possède une plume très agréable, fluide, émouvante, il réussit à poser un thriller fascinant, avec des pointes de suspense, de la tendresse, de l’humour, le tout à travers des phrases simples, et pourtant pleine de sens. La trame s’avère intéressante, captivante, originale, dramatique. Tous les événements sont exploités avec talents. Le thème de l’ami imaginaire est abordé brillamment. Donner la parole à Budo, qui doute d’existe, qui sait que sans Max il ne serait pas là pousse à réfléchir, à avancer, à voir le monde autrement, à se surpasser. Il pose le difficile cap du passage des années, de la coquille qu’un enfant peut se fabriquer pour vivre au quotidien. L’apprentissage se tisse, et il n’a pas forcément le héros que nous pourrions croire à prime abord. Budo est un conte pour l’acceptation de la différence, à la vie imparfaite qui réserve ses surprises, à ces enfants à l’imaginaire magnifique.

Je m’appelle Budo, je suis l’ami imaginaire depuis cinq ans de Max est poignant. J’ai vibré. J’ai souri. J’ai tremblé. J’ai imaginé le pire. J’ai eu envie de sauver Max et Budo, de plus jamais les quitter. J’ai pleuré. J’ai fini les larmes aux yeux à certains passages. Je ne pensais pas tomber sur un roman aussi fort, aussi extrêmement réaliste, touchant, percutant, riche. Une belle claque entre Max courageux, sensible et Budo que tous les mots du monde ne suffiront pas de décrire tout l’amour que j’ai pour cet ami pas si imaginaire qui se dépasse pour son créateur. J’ai aimé cet héros hors du commun entre deux chaises. J’ai aimé cet enfant. J’ai adoré tout simplement cette amitié peu banale. 

Ma note:
*coup de coeur*
10/10

Informations:

  • Auteur: Matthew Dicks
  • Traducteur:
  • Titre Vo:
  • Editeur: Flammarion
  • Collection: Grand Format Jeunesse
  • Prix: 15 euros
  • Sortie: 14/09/2013
  • Roman adolescent dès 13 ans.

Citations:

« – Qu’est-ce qu’il a fait de courageux ?
– Ce n’est pas une chose précise. C’est tout. Max n’est pas comme les autres. Les enfants se moquent de lui à cause de ça. Sa mère essaie de le changer, et son père le traite comme s’il était un autre garçon, différent de ce qu’il est. Même ses profs le traitent comme s’il était à part. Personne ne le traite comme un garçon normal, et tout le monde veut le changer en garçon normal. Mais avec tout ça, Max se lève tous les matins, et prend son bus pour aller à l’école.
– Et ça, c’est courageux ?
– C’est ce qu’il y a de plus courageux au monde. […] Il faut être le plus brave du monde pour sortir tous les jours rencontrer des gens qui ne vous aiment pas ou ne vous acceptent pas comme vous êtes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *