[Crok’] L’année où je t’ai perdu d’Emily Martin

Synopsis:
Harper est la spécialiste des grosses bourdes. On peut même dire qu’elle y excelle ! L’année passée, elle s’est faite virer de son équipe de natation, a gagné la réputation de la pire garce du lycée, puis est devenue le mouton noir officiel de sa famille. Mais sa pire erreur est sans doute d’avoir perdu son meilleur ami, Declan.

Après six mois d’absence et de silence, Declan revient dans leur ville natale pour y passer l’été. Tout chez lui semble différent : il est plus grand, plus fort, et surtout plus séduisant que jamais… Harper aussi a changé, surtout depuis qu’on a diagnostiqué un cancer à sa mère.

Declan ne veut plus avoir affaire à Harper. Pourtant, il est le seul à qui elle aurait voulu se confier. Mais alors que le destin les rapproche à nouveau, ils devront décider ce qu’ils peuvent sauver dans leur histoire…

l-annee-ou-je-t-ai-perdu-Emily-Martin
Mon avis:

L’année où je t’ai perdu d’Emily Martin m’a séduite. Je me suis prise d’affection pour ses deux adolescents qui voient leur amitié évoluée. Je me suis mis à les aimer par touche. J’ai adoré suivre le cheminement posé par l’auteure. Des thèmes complexes se cachent derrière l’histoire de Harper et Declan. L’adolescence avec ses changements, ses pertes, ses cassures, ses sourires.

Harper, l’héroïne a sa vie qui bascule lors d’un été, un mauvais choix nuit à sa réputation. Ce choix emporte tout dans son sillage. Il lui coûte cher, très cher. Adieu l’innocence, adieu sa place de capitaine de l’équipe de natation, adieu un pan de ses amis, bienvenue dans le monde des critiqués, des mis à mal. Les événements ne lui laissent plus qu’un petit cercle restreint de personnes qui savent qui elle est vraiment. Parfois, au lieu de s’améliorer la vie empire. C’est le cas ici, la maladie de la mère de la jeune fille la colle encore plus au fond du trou. Atteinte d’un cancer, sa mère s’affaiblit entraînant des bribes heureuse de l’existence de sa fille. Comment ne pas sombrer? Comment ne pas craquer?

Pour noyer sa tristesse, ses sentiments, l’adolescente prend l’option de l’alcool et des flirts. Quitte à avoir une image ternie autant y aller à fond. N’ayant plus rien à perdre, elle brûle définitivement ses ailes. Pour améliorer le regard des camarades du lycée, les choix vont devoir être drastiques. Le retour de Declan n’améliore rien. 9 mois de séparation. 9 mois à se tenir loin l’un de l’autre. 9 mois à souffrir. Le héros ignore tout des bouleversements survenus chez son amie. Et cette dernière aimerait qu’il ne l’apprenne jamais.

Les secrets, les non-dits, les erreurs, les quipropos nuisent à leurs retrouvailles. Un ensemble de petits riens devenants des grands soucis nuisent à leur amitié et aux sentiments latents plus forts de ce premier amour fort et intense. Comment redevenir amis? Comment éviter les frictions en étant obligé de se côtoyer en ayant une connaissance commune: Cory? Harper a le don de ne pas savoir ce qu’elle désire vraiment, perdue, troublante, elle ne sait pas vraiment comment se sortir de cette attraction pour Declan. C’est son soleil, sa raison d’être. Seulement, parfois c’est plus compliqué qu’un simple mot. Les sentiments flamboient. Les deux héros m’ont littéralement happée. Touchée. Emue. Ils sont deux enfants qui ont grandi voient leur vie se modifier et ne savent pas vraiment comment gérer l’évolution de leurs émotions, leur attirance, cette amitié qui se teinte depuis plusieurs jours, années d’amour. Comment ne pas se briser?

Harper est un peu maladroite, un peu paumée, un peu comme si elle était entre deux chaises, elle regrette ses choix, elle les paie, chèrement, trop. J’ai eu un moment de coeur serré devant ses blessures, devant les raisons de sa noyade dans l’alcool. J’ai eu envie de l’aimer, de la câliner, de lui souffler des mots de réconfort. J’ai eu des larmes. J’ai compris que c’était une adolescente sur la pente descendante, que les regards creusaient encore plus sa tombe. La jeune fille aurait pu abandonner tout espoir, au lieu de ça, elle s’accroche courageuse, éblouissante, malheureuse. Sa fragilité m’a conquise comme la force de son caractère. Les brimades dont elle est victime tordent le coeur. Les rumeurs démontrent un monde dur, cruel, impitoyable pour ceux qui sortent de la route. J’ai croisé un personnage détestable, horrible, qui m’a donné des idées furieuses et mise en colère. Face à Harper, Declan est juste magnifique. Tourmenté, perdu aussi dans un sens, mais délicieusement séduisant. Il est amoureux, amoureux fou de l’héroïne, il souffre de ses changements. Il souhaite comprendre. Tous les deux possèdent une fragilité propre à leur âge, délicate, sensible, leur romance m’a émue. Emily Martin donne vie à deux personnages touchants, imparfaits, qui ont des secrets, apprennent doucement à avancer.

Emily Martin a un style addictif. Les 330 pages défilent rapidement. J’ai été prise dans le récit du début à la fin. J’ai aimé Harper et Declan. Je les ai vu partir dans des tournants d’émotions, ils m’ont fait sourire et m’ont retournée. Ils ont cette étincelle qui m’a poussé à les apprécier tendrement, à les quitter avec regret. D’ailleurs, je reste un peu sur un petit bémol avec cette fin rapide. J’aurai souhaité avoir quelques lignes, quelques petits mots sur l’après… Un petit quelque chose de mignon, de plus doux pour accentuer le dernier chapitre… Chut, je n’en dévoile pas plus, je vous conseille L’année où je t’ai perdu.

Au final, le roman s’avère une petite pépite, délicate, une amitié qui bouscule dans une romance tout en ayant son lot d’erreurs, de passion. La jeunesse grandit par ses choix, Emily Martin a réussi à en poser une vision surprenante, captivante par le biais de ses deux héros émouvants: Harper et Declan. L’année où je t’ai perdu est une lecture très agréable à glisser dans son sac pour un bain de soleil.

★ Merci aux éditions Hugo New Way pour ce SP ★

Ma note:
★ 9/10 ★
Coup de coeur

Informations:
Auteure: Emily Martin
336 pages
Editeur : Hugo roman new way
Date de parution: 4 mai 2016
Prix: 17 euros
Disponible en version numérique: Oui.

Biographie de l’auteur
Emily Martin vit à Boston, même si son coeur est resté dans son Michigan natal. Elle aime les fêtes improvisées, les fringues vintage et découvrir de nouveaux endroits. Quand elle n’écrit pas, on peut la voir crapahuter en Nouvelle-Angleterre, dénicher le meilleur chocolat chaud de la ville ou expérimenter des plats à base de citrouille !

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *