[Avis][Film] Nos étoiles contraires de Josh Boone

Synopsis:

Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Mon avis:

Le roman Nos Etoiles Contraires ( The Fault in our Stars), de John Green nous a littéralement fait fondre. Nous avons des larmes en le lisant. Nous avons eu mille émotions comme dans un grand huit. L’histoire se place numéro un des ventes dans plusieurs pays. L’auteur a su toucher avec la romance de Hazel t Augustus. Deux jeunes qui se rencontrent, nous bouleversent sur leur chemin. Elle est en phase terminale de son cancer, Lui en rémission. Au contact de l’autre, ils apprendront à sourire, à vivre, à aimer. Nous sommes parties à la projection en sachant que notre coeur craquerait. Nous savions pertinemment que nous n’avions aucune chance de sortir indemne de la salle. Aucune. Nous n’avions pas résisté à ma lecture (au point d’abandonner de continuer les chapitres dans les transports, les poussières dans l’oeil devenaient trop nombreuses), comment pourrions-nous le faire à l’adaptation?

A Fault In Our Stars

Armées de mouchoirs, nous nous sommes installées pour découvrir Shailene Woodley et Ansel Elgort dans la peau d’Hazel et de Gus. Nous avons pleuré. Pas comme des madeleines. Pas comme nous avons pu avoir les larmes au coin des yeux avec le roman, néanmoins nous avons eu des moments intenses.

Nos étoiles contraires possèdent ce charme magique. Ce petit je ne sais quoi de terriblement fort. La réalisation simple, douce, brute d’effets spéciaux attire le regard semble laisser ses personnages en avant, elle les met en lumière, leur offre toute la place pour s’exprimer. Pareille pour la bande originale, certaines mangent les images, nuisent à l’histoire, d’autres appuient discrètement sur les changements de tons, sur les émotions. Ici, la musique est comme un témoin subtile de l’amour qui se développe, de la vie qui n’est pas toute rose, ni toute noire. L’héroïne narre son histoire. Attention, c’est dur, triste, mélancolique, magnifique, tendre, dur… Nous manquons de qualificatifs pour poser des mots sur ce que nous ressentons devant la prestation de Woodley et Elgort. La voix off, le musique, les événements se forment comme une bulle, un univers qui se concentre sur Hazel et Gus. Deux personnages différents, adorables, plaisants, deux êtres qui capturent le coeur sans que nous nous en rendions compte. Et l’instant venu, il est trop tard, nous sommes tombés amoureux de leur humour, leur répartie, leur complémentarité. L’un optimiste, l’autre totalement pessimiste. Ou plutôt réaliste, si si, nous osons le dire, Hazel regarder l’existence comme elle est vraiment, méchante avec un enfant qui découvre à 13 ans qu’il va mourir. Deux facettes d’une même pièce. Deux tout.

Le film a un côté fleur-bleue pour adolescents, tout en s’élevant au-dessus du film pour 15/20 ans. Nous avons eu le coeur serré en tant que parents de penser à l’atroce douleur de perdre son enfant, de le voir mourir, et de lui survivre. Laura Dern et Sam Trammell incarnent les parents de Hazel Grace Lancaster avec un talent incroyable. La force du récit tient en ses interprètes. Même si nous n’avons pas eu toute l’émotion de notre lecture, nous avons totalement craqué sur Shailene Woodley et Ansel Elgort. Ils sont Hazel et Gus. Ils sont somptueux. Ils sont séduisants, parfaits dans leur métamorphose, déroutants, percutants.

A Fault In Our Stars

Côté récit, l’adaptation dans les grandes lignes s’avère assez fidèle à l’oeuvre originale. Il manque certains points, la vérité posée a un petit côté édulcoré, moins sombre, moins lourd que les écrits de Green. Cependant, la force des personnages demeurent. S’il y avait besoin de mettre des visages sur des êtres papiers, Elgort et Woodley incarnent étonnement parfaitement Gus et Hazel, avec leurs doutes, leurs peurs, leur romance, leurs découvertes. Leur jeu à tous les deux est époustoufflant. Ils captent l’attention, ils transportent dans leur histoire, ils nous offrent un étrange voyage qui se devine triste à la fin. Le côté Love Story en déprimera plus d’un. Si vous êtes accro aux amours, aux films comme le Temps d’un Automne, Notre première fois… foncez!!! Une romance moderne, avec un ton juste, simple qui nous pousse à ouvrir nos coeurs et tomber amoureux de Hazel et Gus.

Ma note:

8/10

*frôle le coup de coeur*

3 Moop raisons de voir Nos étoiles contraires:

  • Ansel Elgort et Shailene Woodley
  • La romance douce sucrée triste
  • Les étoiles au coin de la route.

Informations:

Sortie: 20 août 2014
Distributeur:
Genre: Drame, Romance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *