[Avis] Wonder Woman par Patty Jenkins

Wonder woman c’est dans mon esprit avant tout Lynda Carter. J’ai grandi avec la série et l’actrice incarne à jamais pour moi Diana Prince. Du moins, c’était avant l’arrivée de Gal Gadot dans la danse. J’avais été conquise dans Batman Vs Superman. Le film me faisait peur tout en me séduisant. Les dernières héroïnes de DC Comics ou Marvel avaient laissé un petit goût d’inachevé (Elektra ou Catwoman- pas la sublime Michelle Pfeiffer). La surprise a été au rendez-vous.

☙Synopsis:☙
C’était avant qu’elle ne devienne Wonder Woman, à l’époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s’écrase sur l’île paradisiaque où elle vit, à l’abri des fracas du monde. Lorsqu’il lui raconte qu’une guerre terrible fait rage à l’autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu’elle doit enrayer la menace. En s’alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l’étendue de ses pouvoirs… et son véritable destin.

☙Mon avis:☙
La réalisatrice Patty Jenkins propose de replonger dans l’histoire de Wonder Woman à la base. Direction son enfance et ses origines pour saisir toutes les nuances du personnage. Un destin hors du commun se dessine dès les premières images. La découverte de la jeune Diana sur son île Themyscira entourée uniquement d’Amazones et seule enfant de toute la population pose des questions et emporte un regard doux, curieux sur le devenir de cette petite fille. Dès son plus jeune âge, intéressée, captivée par les combats et les entraînements de ses pairs, la miniature de guerrière désire apprendre à se battre au grand dam de sa mère la Reine Hippolyta (Connie Nielsen). En cachette, elle profite des cours de sa tante Antiope (Robin Wright). Toutes redoutent que la vérité éclate. Quelle vérité? Qui est vraiment Diana? Est-elle vraiment cette poupée d’argile à qui Zeus a donné la vie?

 

Un portrait mi-femme mi-déesse prend son envol. Au fil des années, les talents se déploient. Diana est juste impressionnante. J’ai été bluffée par ses capacités, par son regard. Elle possède une naïveté proche d’un enfant face à un univers dont elle ignore tout. Cette magie, cette étincelle d’innocence se savoure. Peu à peu, elle prend conscience du carcan dans lequel les Amazones l’ont élevé. Pas à pas, le mythe ravit le coeur. Armée de son bouclier, de son épée et de son lasso lumineux de vérité, Wonder woman attire l’attention.

Diana propulsé dans le monde moderne, en pleine guerre mondiale, ouvre les yeux sur les horreurs du monde. Les histoires de son enfance prennent un autre visage. Les conflits n’épargnent personne. Son âme se brise devant les victimes. Peu importe le prix à payer, la bataille doit être menée. Sur son chemin, Steve Trevor (Chris Pine- très bon dans sa composition) apporte des nuances dans les teintes de sa vision, tout n’est pas tout noir ou tout blanc. Le bien et le mal ont des variations de couleur.

Wonder Woman emporte dans un spectacle qui met des étoiles dans les yeux. Alors oui, l’oeuvre est imparfaite. Par moments, les fonds verts se devinent. Par moments, les inégalités marquent. Cependant, le charme agit. Il est là, il prend aux tripes. J’ai vu un rêve de mômes éveillés. L’action est au rendez-vous.

Le casting donne la part belle à une Gal Gadot juste sublime. Son charisme grandit doucement. Elle attire, retient et rend attachante cette version de Diana Prince. Le duo formé avec Chris Pine fonctionne. Les liens qui se tissent se savourent, se dégustent et s’apprécient. Si vous aimez la série, le film laisse entrer une autre perspective tout en respectant cette tendresse, ses émotions qui étaient déjà présentes entre Diana et Steve.

La déception vient en grosse partie du méchant. J’avais vu venir dès son apparition son rôle. J’ai eu un pincement sur son rendu, sur son traitement. Rhaaa il m’a crispée. Il gâche presque l’ensemble. Ajoutez les petits clichés, les trames parfois prévisibles, le coup de coeur n’est pas là. Toutefois, il est séduit. Il se régale. Il profite du spectacle, de l’humour, de l’interaction, des raisonnements et de l’évolution de cette enfant qui prend son envol loin du nid. La partie fan de Wonder Woman a été aux anges. Une héroïne en devenir avec ses travers, ses défauts et ses qualités se présente aux spectateurs. J’ai apprécié. Puis, certaines scènes font presque oublier les bémols.

Wonder Woman s’avère un divertissement très plaisant. Cette version est l’un des meilleurs DC Comics. C’est comme une petite pépite, des premiers pas hasardeux, qu’on admire avec affection et tendresse car son personnage principal a des belles promesses en son sein. Ce genre de plaisir coupable, délicieux qui se laisse voir sans se prendre la tête donnant un aperçu marquant des origines d’une super-héroïne.

☙ Vu en 3D☙

☙Ma note:☙
🌟8+/10🌟

Wonder Woman GIF - Find & Share on GIPHY

☙Informations:☙
Date de sortie 7 juin 2017
Distributeur Warner Bros. France
Durée: 2h 21min
De Patty Jenkins
Avec Gal Gadot, Chris Pine, Connie Nielsen
Genres Action, Aventure, Fantastique
Nationalité Américain

☙ ☙ ☙ ☙ ☙ ☙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *