[Avis] Soleils noirs par Joseph Wambaugh

★Synopsis:★
Tous les soirs, après leur service, les flics de l’équipe de jour de la Rampart Division de Los Angeles vont s’abreuver chez Leery, dans son bar qu’ils ont baptisé La Maison des souffrances.
Entre deux cuites, ces mêmes flics sillonnent les rues du quartier pour, sinon maintenir l’ordre, au moins limiter le désordre, n’hésitant pas à tabasser les petits délinquants. Mais ils s’attaquent aussi parfois àdes mystères qu’on ne résout pas à coups de matraque.
Qui a tué Missy, la petite prostituée camée qu’on a balancée du toit d’un bouge ? Pourquoi Lester, le vieux privé, est-il mort d’une crise cardiaque dans un motel ?
Quel rapport entre ces deux morts, de même qu’entre l’Institut de technologie de Californie et l’accident du sous-marin soviétique échoué dans les eaux suédoises ?
La vie de flic est tout sauf un long fleuve tranquille…

★Mon avis:★

Vous rêvez d’une plongée dans le monde des années 80? Joseph Wambaugh offre avec Soleils noirs un accès direct à un monde étonnant, un allé simple pour un univers digne de cette époque. Direction le point de ralliement de Rampart Division pour rencontrer des flics hors du communs, des flics qui restent dans les mémoires et marquent. Nous nous lançons dans les pas de cette équipe qui détonne. En passant par le Tchèque géant qui a la gachette facile au niveau des suspects, Hans le policier de la brigade canine accompagné de son rottweiler Ludwig (pardon j’ai rigolé en imaginant la bestiole féroce répondant au nom de Ludwig, j’avais un compositeur de musique dans la tête, j’arrêtais pas de sourire) et de l’inspecteur Mario Villalobos (là j’ai de chansons dansantes rythmées qui passent en boucle… ) chargé d’enquêter sur les assassinats de prostituées.

Le roman entraîne dans un savoureux récit, sans être trépidante, le charme de l’histoire repose essentiellement sur les anecdotes, sur l’équipe, sur ses pointes de quotidiens de flics de Los Angeles. Une part de moi a eu l’impression de replonger dans les vieilles séries policières de son enfance (ou adolescence), le plaisir de suivre la trame s’installe. Les chapitres se succèdent et l’action se pose. Les repas, les poursuites, les massages cardiaques (sérieusement, si l’un des protagonistes s’approchent de vous, fuyez, fuyez!!! sauf si vous aimez les pissenlits), humeur, humour, alcool, personnages misogynes, idées des années 80… le tout forme un cocktail assez savoureux. Le style de Wambaugh joue énormément sur la lecture, fluide, agréable, avec une certaine empathie pour ses flics qui cotoient des tarés, la violence, les bas fonds et ne rigolent pas tous les jours. Sans leur uniformes, les héros pourraient presque être des délinquants. La plaque leur fournit un alibi à leur comportement. Malgré cette particuliarité, cette vision de l’ordre, le roman noir est diablement sympathique à lire.

Au final, Soleils noirs s’avère trépidant, passionnant, brut, dur, parfois dénoté d’un peu d’humour (oui des pointes, des sourires cachés l’air de rien qui surprenent agréablement dans cette atmosphère pesante, sombre et qui semble ne pas vieillir).soleils-noirs-par-joseph-wambaugh

★ Merci aux éditions Archipoche pour cette découverte ★

★Ma note:★
★ 8/10 ★

★Informations:★
Auteur: Joseph Wambaugh
Traduction: Jacques Martinache
Editions: Archipoche
Date de parution: 2 novembre 2016
Prix: 7,80 euros
Thèmes: Polar, Policier, Enquêtes,
★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *