[Avis] Shame de Steve McQueen (II)

Synopsis:

Interdit aux moins de 12 ans 

Le film aborde de manière très frontale la question d’une addiction sexuelle, celle de Brandon, trentenaire new-yorkais, vivant seul et travaillant beaucoup. Quand sa sœur Sissy arrive sans prévenir à New York et s’installe dans son appartement, Brandon aura de plus en plus de mal à dissimuler sa vraie vie…

Longtemps après tout le monde, j’ai pu voir Shame. Par quoi commencer? Que dire? J’ai été déçue. J’ai pas eu cette gentille excitation le long de la colonne. J’ai apprécié le sujet de l’addiction sexuelle. Elle est abordée avec une touche de critique de la société qui consomme sans s’arrêter tout et trop vite. Alors oui, j’ai pu me régaler du physique magnifique et de la performance d’acteur de Michael Fassbender. Mes yeux se souviennent encore de son anatomie. Il impose sa présence à l’écran. Il capte littéralement l’attention, le regard, séduit mais autour de lui, j’ai eu le sentiment profond d’un ennui. L’acteur forme un duo touchant, dérangeant, troublant qui cache un secret avec Carey Mulligan. Des scènes fortes se succèdent à des travelling du jogging n’apporte rien à mes yeux. Je m’interroge encore du lien étroit entre le frère et la soeur. De l’inceste qui se dévoile en fond, sans trouver une vraie réponse, passé ou retenu? Je n’ai pas réussi à comprendre si Brandon se retenait ou s’il avait subi des violences sexuelles avec sa soeur enfant.

La maladie du héros entraîne dans une spirale insatiable de corps qui se touchent, se dévorent sans sentiments. L’amour de la chair uniquement, les sentiments moraux semblent partis et freinent Brandon. J’ai eu une immense peine pour le personnage principal enfermé dans une cruelle solitude. Au fond, le plaisir sexuel l’éloigne des êtres qu’il souhaiterait désiré vraiment. Il suit une frénésie des sens qui le noie dans son existence aux apparences vides de loup solitaire. Shame est Brandon un homme qui cherche à aimer, à s’aimer, sans Fassender le charme se rompt. A mon grand regret, les personnalités ne se dévoilent pas assez et la fin m’a laissée sur ma faim.

3 Moop raisons de voir Shame:

  • La performance de Michael Fassebender
  • Le duo troublant Fassbender/ Mulligan
  • La solitude moderne qui se cache derrière les pulsions sexuelles
ps: j’aurai pu dire juste pour voir Fassbender en frontal nu intégral idem pour Mulligan.

Note: 7/10

DVD disponible depuis le 18 avril 2012.

1 commentaire sur “[Avis] Shame de Steve McQueen (II)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *