[Avis] Operación E: la vérité sur l’enfant des FARC de Miguel Courtois Paternina

Colombie, décembre 2007 : le monde entier attend la libération de deux otages des FARC, Clara Rojas et son fils Emmanuel né en captivité. Or quelques années plus tôt, le bébé a été confié de force par la guérilla à un pauvre paysan, José Crisanto. Le film raconte l’incroyable et bouleversante histoire de cet homme et de sa famille dont la vie va se transformer en tragique périple.

J’ai du mal à poser mes mots sur l’oeuvre de Miguel Courtois Paternina. J’emploierai le je, car j’ai vu le film avec mon coeur. Il m’a touché de plein fouet et c’est mon ressenti. Operacion E m’a remuée. J’ai aimé le film tout en ayant un petit sentiment désagréable. Les sensations ses bousculent, se choquent, se mêlent dans un savant dosage qui entraîne le spectateur dans l’histoire de l’enfant des FARC. J’ai apprécié le ton, le traitement laissant voir l’idée d’un véritable documentaire et pas une oeuvre filmé avec des acteurs. La fiction réussit à rejoindre la réalité. C’est dur, violent, dérangeant.

Ce qui m’a gêné tient essentiellement dans le choix des personnages pas assez exploité à mon goût. Les caractères non approfondis des protagonistes m’ont laissé sur la faim. Je me suis sentie piégée comme Luis Tosar (Crisanto chut ne dites rien mais l’acteur avec son look m’a fait penser à Tom Selleck Magnum) du choix forcé d’adopter le bébé. Dès les premiers instants, l’étau se ressert sur cette petite vie que la politique prend en otage. La dénonciation de la pauvreté et de la guérilla est très bien mise en image, les photographies sont magnifiques. L’oeuvre est dure, elle frappe en plein coeur. La famille en fuite touche. Comme le récit de cet être qui est né au mauvais endroit au mauvais moment dont on fait prisonnier son enfance. J’avoue que j’ai eu un pincement en tant que maman. J’ai accroché tout en nuance. J’avais peur de voir encore plus de violence, je ne l’aurai pas supporté déjà que là c’est un climax tendu, plus j’aurai pas tenu.

Inspiré de faits réels et authentiques, Operación E s’avère poignant du début à la fin mais un soupçon de punch en plus aurait rendu le résultat meilleur à mes yeux. Là j’ai un petit arrière goût de déception malgré tout.

Note 7/10

3 Moop raisons de voir Operación E:

  • Une histoire authentique dure et déroutante
  • Une enfance peu commune d’otage politique dès la naissance
  • Luis Tosar (Crisanto) émouvant à sa façon

Sortie le 28 novembre 2012 / Distributeur: Europacorp Distribution/ Genre: Drame / Public: dès 12 ans

Secrets de tournage Operación E

Inspiré d’une histoire vraie

Le scénariste Antonio Onetti s’est inspiré de l’histoire de Clara Rojas, otage des FARC entre 2002 et 2007. Sa libération a été retardée car son fils Emmanuel, né durant sa détention dans la jungle en 2004, restait introuvable. Le film retrace la recherche de l’enfant par les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie avant que ces derniers ne soient libérés.

G

C’est le producteur Ariel Zeitoun qui a contacté Miguel Courtois Paternina pour lui faire part de l’histoire de la captivité de Clara Rojas et de celle de son fils, Emmanuel. Le réalisateur a alors contacté le scénariste Antonio Onetti pour écrire le film.

°°°° Lien vers site officiel du film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *