[Avis] Margaret de Kenneth Lonergan

Anna Paquin loin des vampires

J’ai du mal à poser mes mots sur Margaret. 2H29 qui m’ont paru longues. J’ai découvert au détour d’une discussion sur Twitter avec BrooklynNoa le film. J’ai été intriguée, je me suis dit pourquoi pas. J’ai eu l’occasion de le voir en DVD Import, j’ai voulu assouvir ma curiosité. Voir si la Sookie nunuche pouvait de nouveau me faire vibrer comme dans les X-Men. Pour rien gâcher, j’avoue que la présence de Jean Reno, Matt Damon et Mark Ruffalo a su effacer mes dernières réticences. Seulement voilà…

Une fois passé le début, avec l’incident qui bouleversera la vie de l’héroïne jouée par Anna Paquin (True Blood) suite à sa rencontre avec Mark Ruffalo (Avengers). Je me suis retrouvée prise dans le combat de la jeune new-yorkaise de 17 ans. J’ai eu le coeur retournée par l’événement. Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas spoiler, juste que les âmes sensibles méfiez vous. L’accident de la route s’avère à mes yeux assez percutant, dans le sens, qui ne laisse pas de marbre, sanglant et étrangement détaché. Mon soucis a été les expressions presque uniques de l’actrice principale. D’accord, elle est en colère, elle vibre, poursuite en justice la société de bus et le chauffeur. J’ai été émue par la situation, la raison de vivre qui percute Lisa. Seulement le reste…

Déjeuner en terrasse pour trouver un plan

Le hic, Anna Paquin surjoue, elle m’a usée les yeux et les oreilles. Rajoutez des scènes inutiles, des effets de ralentis, de longueurs. J’ai eu du mal à rentrer totalement dans le scénario qui pourtant a des jolies qualités. Il pousse un peu en voulant faire reposer toute la finalité du drame sur les épaules du conducteur interprété par Ruffalo. C’est délicat, le drôle de sentiment qui s’installe en visionnant Margaret, j’ai pas totalement aimé ni détesté. Kenneth Lonergan désire trop en faire, à tel point qu’il s’éparpille sans traiter tous les points. Plusieurs coupes auraient pu être réalisées. J’ai été passionnée tout en restant au bord, je déteste cette sensation. Mon gros point faible reste sur Anna Paquin j’ai pas accroché du tout à son jeu. Sans elle peut-être…

J’aime énormément la critique de Cyrille, je vous conseille de la lire, il réussit à poser certains points qui m’ont gêné avec une superbe plume.

Note: 5/10

 

4 commentaires sur “[Avis] Margaret de Kenneth Lonergan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *