[Avis] [Adaptation] Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill réalisé par Marc Boréal et Thibaut Chatel est une adaptation du roman graphique du même nom de Jean Regnaud et Emile Bravo. Je n’avais pas lu le livre avant la projection. Je ne savais donc pas ce que cachait le titre à rallonge qui m’intriguait. J’y suis allée par curiosité, pour le titre et l’affiche. J’ai découvert une petite beauté d’animation et de tendresse, un regard sur le passage de l’enfance à la vie plus adulte, de ses petites blessures qui vous transforment.

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill - Affiche

Synopsis:

Une petite ville de province. Les années 70. Jean a 6 ans, il fait sa rentrée à la grande école. Quand la maîtresse demande à chaque enfant la profession de son père et de sa mère, Jean réalise qu’il n’est pas comme les autres, s’inquiète et invente une réponse : « ma maman est secrétaire ». En fait, elle est tout le temps en voyage sa maman, alors elle envoie des cartes postales à Michèle. Cette petite voisine, qui sait déjà lire, les lit à Jean et celui-ci se prend à rêver. A moins que la réalité ne soit toute autre. Et ça, entre septembre et Noël de cette année-là, Jean commence tout juste à le comprendre…

Ma Maman est en Amérique possède une charme doux, étrangement tendre pour un thème plus dur. L’histoire conte l’enfance de Jean Regnaud. Le film a un trait de crayon savoureux. Son aspect cache les douleurs des secrets de l’enfance. L’univers de Jean prend vie avec un aspect rêveur propre au monde du jeune public. Il est à la fois drôle, évaporée, léger et cruellement réaliste. L’approche du deuil est amené d’une manière sans ironie, sans méchanceté, avec un petit coton dans la voix, et un train d’émotions. Le sujet se met à la portée des petits de 6 ans. Les mots se parent délicatement d’une tristesse.

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill - Photo

A travers des rencontres, des cartes postales, des amitiés, Jean nous ouvre son monde dans les années 70. Entre l’école, l’entrée en CP et la maison, la vie du petit garçon est bien animée. Mais pourquoi sa maman n’est pas là? Où est-elle? Son absence est un mystère. J’avoue que je n’avais pas totalement deviné qu’elle était décédée. Une part de moi, refuser de voir la vérité. La nounou Yvette, la remplace. Elle est d’un abord rigolo, magique et merveilleusement adorable. Le papa semble perdu. Les grands-parents aussi. Un secret pesant se devine. Il est lourd pour des petites épaules. La réalité est brutale.

L’ambiance rend nostalgique, les petits tracas de l’enfance, les cours de récré avec ses caids, ses durs, ses amis qui t’émerveillent, te soulagent de tes peines, rendent tes joies souveraines…sont très bien dépeints. Ma Maman est en Amérique souffle la vérité, la vérité que l’enfance ne voudra pas connaître. Comme celle que le père Noël n’existe pas. Attention, si vous poussins y croient encore, évitez le film avec eux, pour ne pas perdre cette magie, cette innocence qui partira bien assez tôt. Délicatement mis en image, la perte de l’innocence se veut intime. Jean prend sur lui avec une dignité, une force qui donne envie de le consoler.  L’émotion est là, les petits et grands secrets aussi.

Note:

8/10

Plus d’informations:

Sortie: 23 octobre 2013/ Distributeur: Gebeka Films/ Genre: Animation

Dès 7 ans.

Voix: Marc Lavoine, Julie Depardieu, Tom Trouffier

Page Facebook.

Ma-Maman-Est-En-Amerique-Elle-A-Rencontre-Buffalo-Bill- Jean Regnaud Livre

Film vu pendant un après-midi des enfants en avant-première au Forum des Images.

Le film a reçu une mention spéciale du jury au Festival du film d’Animation d’Annecy de 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *