[Avis] Les Petits mouchoirs de Guillaume Canet

L’ambiance intime copain-copine instaurée par Guillaume Canet dans les Petits Mouchoirs prend dès les premières images. Les personnages s’installent dans un cadre fermé rempli de souvenirs, de mots croisés parfois sortis de la vie réelle de la bande d’amis jouée par François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Gilles Lellouche, Jean Dujardin, Pascale Arbillot, Maxim Nucci, Mathieu Chédid et Laurent Lafitte. Les relations entre le groupe se ressent sur la pellicule. L’amitié réelle transcende le film. Les fous-rires, les larmes et les diverses émotions s’enchainent. La brochette d’acteurs s’avère sensationnelle. Ils sont tous agréables et réalistes même Marion Cotillard dont je ne suis pas une très grande fan.

Le point central des Petits mouchoirs qui rapproche et sépare les protagonistes chamboulent est bouleversant. Je ne vous spoilerai pas le début ni les conséquences et la fin de l’événement qui poussent les héros à tomber les masques. Le faire serait aller à l’encontre de la demande de Canet et serait un manque de respect pour son travail. Je vous préviens juste que si vous êtes dans les tous premiers rangs bien au centre vos yeux et vos coeurs vont crépiter à en perdre l’haleine.

L’histoire des amis qui partent en vacances, partagent des moments plus ou moins drôles laisse parfois un petit goût de sentiments « je suis seule même en bonne compagnie ». Vous n’avez jamais eu ce sentiment? Même avec tout l’amour et l’amitié, un truc qui clochait? Une impression d’être laissé de côté. Canet projette le spectateur dans sa bande d’amis, mettant ici et là des pointes de caractères et de sentiments qui lui sont propres. Il dépeint une aventure pour montrer que chacun a une facette qu’il cache. Les Petits mouchoirs existent partout. Les situations permettent d’aborder des thèmes comme l’homosexualité très joliment interprété par le duo d’acteurs. Les vacances servent à oublier la vie quotidienne, les soucis de la vie de couple, le travail, les infidélités qui cachent un mal être, le film le montre bien. Certaines situations feront sourire, je pense à la scène du super marché avec le combat bio/ industriel.

Les images sont sublimées par une bande originale qui m’a marquée tout le long. Vous pouvez en entendre un morceau ici. Vous pourrez reconnaitre du Band of Horses et du Mac Coys.  Elle joue un rôle primordial. Guillaume Canet l’a lui même avoué lors des questions-réponses. L’ensemble n’est peut-être pas parfait mais j’ai aimé. Toutes les bandes de copains ne partent pas au Cap Ferret ou n’ont pas des relations si ponctuées avec l’argent. J’ai pleuré, j’ai rigolé, j’ai vibré du début à la fin sans voir les minutes s’écoulaient. Guillaume Canet a su mettre en scène de très bons acteurs. François Cluzet m’a plu en riche homme d’affaires colériques. Benoit Magimel en homme qui se cherche, Gilles Lellouche en éternel adolescent en quête d’un plan cul, Marion Cotillard une femme fragile sans attaches au coeur brisée, Jean Dujardin remarquable dans toutes ses scènes, il mange littéralement l’espace et captive tous les regards. Je n’oublie pas tous les autres. Ils sont attachants chacun à leur façon. Rien que pour eux, les Petits Mouchoirs valent la peine d’être vu.


Les Petits Mouchoirs remue une petite part en nous par sa franchise, ses sentiments mis à plat, les relations dévoilées. Les rires, les larmes s’enchaineront un peu comme dans toute amitié. Un ambiance chaleureuse qui vous immerge et vous inonde d’une bande de potes avec ses bons et ses mauvais côtés. Les personnages sont uniques, ils possèdent leur faiblesse et leurs points forts. Séduisants dans une tornade d’émotions les héros échangent des dialogues tantôt drôles, vrais, cruels… Les amis on les aime comme ils sont. La musique douce accompagnatrice –Band of Horses et Mac Coys pour ne citer que deux morceaux- illustre les aventures de Paris au Cap Ferret. Un voyage de 2H25 incroyablement remarquable, le temps file l’air de rien. A ne pas rater le 20 octobre. Un bel hymne à l’amitié, aux relations hommes-femmes. La vie c’est un voyage à partager avec une clique de camarades, ne restez pas seul dans votre coin.

Le dernier film de Guillaume Canet se montre plus intimiste, plus recentré sur un univers avec des pointes personnelles. Lors de l’avant-première privée présentée au Club 300 Allociné , j’ai eu le loisir de voir l’acteur sous sa facette de réalisateur avec son ami et l’un des personnages principal Gilles Lellouche. Une belle rencontre comme les Petits Mouchoirs.

Note: 9/10

Tout public

3 commentaires sur “[Avis] Les Petits mouchoirs de Guillaume Canet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *