[Avis] Les Coquillettes de Sophie Letourneur

Coquillettes, coquillettes jolies coquillettes
Coquillettes, coquillettes jolies coquillettes

Histoire:

Le cinéma, ce n’est pas toujours tapis rouge et petits fours. Parfois, c’est seulement « Coquillettes » ! Trois « nouilles » en mal d’amour partent en virée dans un festival en Suisse : Sophie, midinette, est obsédée par le seul acteur connu du festival, Camille, romantique, rêve d’un histoire d’amour impossible et Carole, pragmatique, a juste « envie de baiser ».

Mon avis:

Invraisemblable.

En un mot, je ne pensais pas rire autant devant les Coquillettes, la version Bery Bad Trip filles à la française lors d’un festival cinéma m’a étonnée. Sans prise de tête, pas sérieux, drôle, attachant, pour la première fois j’ai pas détesté des coquillettes. Le charme à la Sex and the City prête à sourire. J’ai trouvé totalement sidérante Camille Génaud. Son côté ingénue, un peu folle à la Phoebe m’a séduite. C’est le personnage qui m’a le plus marqué dans l’histoire. Les 3 copines possèdent chacune leurs qualités et défauts, comme le film. Des amies trentenaires avec leur soucis, leurs manière de vivre, leur couple, leur mots crus des femmes qui se posent sous les yeux du spectateur. Les dialogues comme le scénario ne cassent pas trois pattes à un canard. Pourtant, le charme agit doucement. Spontané, incongrue, le sourire arrive avec les péripéties des héroïnes. Ces dernières sont hilarantes. Face à elles, les hommes paraissent sous des auspices peu ragoutant. J’ai aimé le côté surréaliste. Et la petite pointe critique du 2.0 a le mérite de soulever un point assez vrai, tout et n’importe qui peut se cacher derrière un écran.

Les coquillettes, ce plat rapide, ce calmant du soir pris entre copains, entre amis, après une longue journée se savoure avec délice malgré ses imperfections. Le rire est présent, il vole lèger comme une bulle, parfois lourd comme un cupcake mais ça s’oublie vite pour sa touche décalée. Les trois actrices apportent une pointe de séduction, elles attirent et prennent dans leur bras. J’ai eu des éclats de rire, je me suis détendue, j’ai oublié un moment que j’étais devant un film, alors au diable le « sans queue ni tête » et les faiblesses, le cadeau de Sophie Letourneur est divertissant. Le langage cru, décomplexé pousserait presque à rougir, tout en s’avérant frais, un petit plaisir à déguster en salle avant de foncer manger une assiette de pâtes.

3 copines en Festival
3 copines en Festival

Ma note: 6/10

Sortie: 20 mars 2013/ Distributeur: Ad Vitam / Genre: Comédie

Casting: Sophie Letourneur

Plus d’informations: (sources Allociné)

Un « Very bad trip » girly

A l’origine du film se trouve l’envie pour la réalisatrice Sophie Letourneur de faire un film sur le mode de la comédie décomplexée : « Je voulais faire une comédie sur une bande de copines qui mettent leur quotidien de côté quelques jours pour partir s’éclater entre elles, une sorte de Very Bad Trip au féminin. Sauf qu’au lieu de Las Vegas, elles vont faire la fête dans un festival de cinéma », déc… Lire la suite

Tournage en temps réelL’un des défis du film a été de tourner dans un vrai festival, c’est-à-dire dans un temps très réduit : « J’ai su très vite que je voulais partir tourner dans un vrai festival, comme j’avais déjà utilisé dans un de mes court-métrages le décor naturel d’une véritable colonie de vacances pour le tournage d’un scénario pourtant très écrit », explique la réalisatrice Sophie Letourneur, en poursuivant : … Lire la suite

Merci à Vodkaster pour la projection

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *