[Avis Lecture] Scandaleux écossais, tome 1, un diable en kilt de Suzanne Enoch

Ranulf MacLawry a un problème : sa sœur lady Rowena, vexée qu’il lui ait interdit d’assister à la Saison londonienne, s’est sauvée du château de Glengask pour filer à Londres par la malle-poste. Furieux, il débarque chez les Hanover où Winnie s’est réfugiée. Là, il s’oppose à l’effrontée lady Charlotte qui finit par le convaincre de prolonger le séjour de Winnie. Ranulf est donc obligé de côtoyer ces maudits Anglais. Lui, le colosse épris des grands espaces écossais, se trouve entraîné dans une succession de bals où il doit faire preuve d’un minimum d’urbanité. Mais le pire, c’est cette Charlotte qui n’a pas l’air de savoir qu’une femme doit rester à sa place et qui l’exaspère autant qu’elle l’émoustille.

Un-diable-en-kilt-Suzanne Enoch

Mon avis:

Charlotte et Ranulf m’ont littéralement conquises. L’auteur leur offre des moments de pur délices aussi bien verbaux que physiques. J’ai adoré leurs échanges, ils possèdent tous les deux le sens de la répartie, ils se cherchent, se titillent, se trouvent. Leurs altercations sont magnifiques. Et les scènes intimes ont cette parcelle de tendresse, de douceur, d’amour et de sensualité qui s’expriment au delà des mots.

Lady Charlotte Hanover tient tête à ce géant insolent qui ose venir sans se soucier de la bienséance à son domicile pour retrouver sa jeune soeur Rowena fraichement enfuie d’Ecosse. Ce guerrier abrupte n’a pas hésité à la toucher pour la déplacer de son chemin. Comment ose-t-il se comporter ainsi vis à vis d’une lady? La première rencontre forme des étincelles. Les deux héros ne s’attendant pas à trouver du fil à retordre face à lui. Ce sauvage sera remis à sa place par cette frêle jeune fille blonde, aux atouts cachés sous la langue bien pendue et acérée. L’héroïne ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle démontre à ce Highlander arrogant que Winnie sera plus en sécurité chez eux les Hanover qu’avec lui. Puis, elle gagne le droit que son amie reste pour la saison, du moins pour quinze jours au début. Winnie

Ranulf est étonné, pour la première fois, quelqu’un ose lui tenir tête. Lui le chef de clans, craint est remis à sa place par une jeune femme bavarde, qui ne succombe pas à son charisme aux moindres regards. Les deux héros ne cèdent pas à l’amour tout de suite. Non, la romance s’installe petit à petit. Chacun a des aprioris sur la vie de l’autre. Chacun a son éducation, son monde, ses relations, sa vision du bien et du mal, tout se modifie doucement au fil des pages. Les préjugés ont la dent dure. Ils tiennent une grosse partie du roman. Pas à pas, Ranulf conquiert Charlotte. Il tombe amoureux fou, il ne veut que son bonheur quitte à se perdre. Seulement, elle de son côté tout en souhaitant le transformer en gentleman comprend suite à des provocations, des complots que les ennemis sont dangereux, lâches et que parfois ce que nous avons appris en bon anglais doit se remiser au placard. Lui prône les actes, dangereux, volcanique, séduisant à souhait, se retrouve face à cette adorable créature qui le subjugue, l’ensorcèle, le fait réfléchir. Cette blonde qui parle et vante la non-violence suite à un drame parvenue trois ans plus tard va bouleverser le Diable en Kilt à jamais.

J’ai aimé voir les deux personnages s’interrogeaient sur leur destin. Entre la parfaite anglaise Lady Charlotte et Ranulf le Higlander, deux mondes de différences, deux visions d’approcher les événements, chacun voit son univers se modifier au contact de l’autre. Ils apprennent à laisser la porte ouverte aux conceptions écossaises ou anglaises de la manière de se comporter face au destin. Le quotidien n’est pas tout blanc ou tout noir, les nuances existent avec des instants heureux, joyeux, des effusions.

Suzanne Enoch m’a gagnée à sa plume. Son style est très agréable, j’ai adoré ses deux héros. Mais pas uniquement, les protagonistes secondaires ne restent pas dans le fond inutilement. Ils s’avèrent attachants, certains détestables au possible, cependant, ils ont tous un charme fou. Je dois dire que je suis curieuse de savoir le fin mot de l’histoire entre Lachlan MacTier; vicomte Gray et lady Rowena MacLawry. L’auteur les a délaissé dans la dernière partie de son roman. Dommage, sans ce point, je crois que j’aurai mis un 10. Bon, d’accord, la fin est un peu abrupte aussi, même si elle colle avec les Highlanders et m’a surprise. Le dernier chapitre met en suspend les interrogations de Ranulf sur le sentiment de Charlotte envers ses terres… Dommage… Rien d’insurmontable, j’espère voir le couple dans les prochains volumes.

Puis j’avoue que je suis très tentée de découvrir la suite des aventures de la fratrie MacLawry. Je suis un tantinet impatiente de lire les autres tomes. Je me réjouis d’avance de lire les histoires d’Arran (il m’a semblé très prometteur) et de Winnie (Rowena). Cette fois ci nous partirons peut-être dans les terres d’Ecosse? (Espoir espoir…)

Ma note:
9/10
*coup de coeur*

Informations:
Série : Scandaleux écossais
Collection : Aventures et Passions
Genre : Historique
Thématiques : Highlands, Romance historique
Date de parution : 27 janvier 2016
Nombre de pages : 384
Editions J’ai Lu Pour Elle.

°°°°°

2 commentaires sur “[Avis Lecture] Scandaleux écossais, tome 1, un diable en kilt de Suzanne Enoch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *