[Avis Lecture] Évanescence: Un amour brûlant, tome 2 de Penelope Douglas

Vous avez lu le tome 1 Une haine brutale? Non? Rhaaa, moi j’ai adoré. J’ai foncé sur la suite. Nul regret. Au contraire, un immense coup de coeur.

Synopsis:
As-tu déjà été en colère au point où t’étais vraiment heureux de casser des choses? Ou
tellement engourdi que t’avais l’impression d’être stoned? Les dernières années m’ont fait cet effet-là. Je passais de la furie à l’indifférence sans faire de pause. Des gens m’en voulaient, d’autres avaient peur de moi. Mais personne ne pouvait me blesser, parce que je me fiche de tout et de tout le monde. Sauf de Tate. Je l’aime tellement que je la déteste. Je déteste ne pas pouvoir la laisser aller. Avant, on était des amis, mais j’ai découvert que je ne pouvais pas lui faire confiance, ni à personne d’autre. Alors, je l’ai blessée, je l’ai repoussée. Mais j’ai encore besoin d’elle. Elle me centre, et je peux déverser toute ma colère sur elle. En l’attaquant, en la défiant, en l’intimidant — appelle ça comme tu voudras —, mais elle est ma nourriture, mon air, et la dernière partie de moi qui ressent quelque chose d’humain. Mais bon : elle est partie et elle a tout bousillé. Elle m’a quitté. Elle est allée passer un an en France, et au retour, elle était complètement différente. Maintenant, quand je la pousse, elle me repousse… et je ne sais pas trop si on restera les mêmes.

Evanescence-tome-2-un-amour-brulant-penelope-douglas

Mon avis:
Le premier tome m’avait séduite. Tate et Jared m’avaient emportée. Le second avec le point de vue de Jared a tout simplement terminé le travail. Intense. Fort. Sublime.

Je ne pensais pas finir aussi retournée, chamboulée, amoureuse, étonnée, souriante, triste en lisant un amour brûlant. Penelope Douglas est parvenue à rendre encore plus séduisant, plus intéressant le lien existant entre les deux héros. Jared se dévoile. Dès les premières pages, cette attirance, cette amitié d’enfant qui se transforme en amour que j’avais ressenti dans une haine brutale de la part du jeune homme apparait. Lumineux, majestueux, envahissant comme je le pensais. Et encore j’étais loin du compte. Tate est la lumière, l’ange dans les ténèbres. Tate est sa meilleure amie, sa confidente, son soleil. Il aime sa manière de voir les orages, la pluie.

Son emménagement dans la maison à côté de sa mère et lui signe le début d’une magnifique histoire. Toutedouce d’abord, puis qui se métamorphose suite à cet été où Jared du haut de ses 14 ans part chez son père. Son monde s’écroule. Pour survivre, il décide de changer et de repousser la seule vraie raison de vivre qu’il possède: Tate. Tatum ne sera pas son phare. Du moins, il tente de le croire. Ici, nous découvrons comment il a vécu le départ de l’héroïne en France. Comment il a vécu dans sa chambre, comme James le père de Tate lui a donné une chance de se relever. Loin du coeur, mais jamais très loin. Le héros a plusieurs gestes d’attachements. Pour lui, interdiction formelle de toucher physiquement à Tate. Certains en paient les frais quand ils tentent une approche. Impossible pour Jared de voir son amie dans les bras d’un autre, impossible de l’imaginer craquer, de coucher. La jalousie lui ronge les sangs. Tous les coups sont permis pour lui faire payer les émotions qu’elle fait naître en lui.

Au fil des pages, l’auteure captive et capture l’attention pour ne jamais la faire retomber. Le coeur se sert. Il vibre. Il se heurte et tape fort dans la poitrine. Les atrocités, les douleurs, les choix, les gestes, les moments d’harcèlement, l’intimidation de Tate, l’entêtement de Jared tout se comprend. Tout s’imbrique. Violemment. Intensément. Jamais, jamais la jeune fille n’a quitté ses pensées. Jamais elle n’a cessé d’être sa lanterne. Les tatouages, les mots, les courses de voiture, tout ramène à Tate. Tout est lié. Tout est infiniment marqué de son empreinte. Jared met du temps à comprendre, à saisir que cette haine cache bien d’autres sentiments.

Madoc attire encore plus le regard. Le meilleur ami intrigue. Comme Jaxon le frère d’un an plus jeune de Jared. Ou KC avec sa mère dominatrice, et son rôle dans la relation avec Jared après sa rupture avec Liam prend une autre tournure. Les actes des uns sont liés aux autres. Les événements du premier tome présentent un nouveau visage. L’émotion et l’attachement se ressentent encore plus. Par moments j’ai eu une immense envie de serrer dans mes bras et d’aimer Jared. Tate aussi. Deux âmes, deux coeurs qui méritent d’être ensemble.

J’ai hâte de lire les prochains tomes ! Vivement la traduction. J’espère très très fort que AdA éditions publiera la suite. Les autres volumes me raviraient. Sincèrement, j’ai eu un gros coup de coeur pour la saga. J’adorerais lire l’histoire de Madoc et Jaxon. Les deux ont des réparties à faire mourir de rire. Sexy en diable pour ne rien gâcher.

J’ai aimé ce livre. Je ne pourrais pas vous dire de passer à côté. Non, non, non.

Ma note:
10/10

Informations:

5 livres
Titre vo: Fall away, Book 2 : Rival
Auteure: Penelope Douglas
383 pages
Editeur : Éditions AdA
Date de parution: 26 octobre 2015 en epub/ 13 janvier 2016 en papier
Prix: 24,75 euros en version papier, 14,99 euros en version papier.

4 commentaires sur “[Avis Lecture] Évanescence: Un amour brûlant, tome 2 de Penelope Douglas

  1. C’est avec cette série littéraire que j’ai découvert Penelope Douglas. J’ai adoré! Le fait de détester Jared dans le tome 1 puis de changer totalement d’avis dans le tome 2…comme quoi, il est toujours important d’avoir les deux versions d’une histoire avant de juger. Non pas que cela excuse le comportement cruel de Jared mais comprendre aide à connecter avec le personnage.

    1. @Pauline étrangement je n’ai pas totalement détesté Jared dans le 1er. J’ai eu du mal avec lui cependant il a tout de suite marqué mon coeur. Ces gestes comme l’arbre illuminé, le pendentif laissait présager que sous sa carapace méchante il avait une faiblesse: Tate. Je n’excuse pas son harcèlement. Loin de là, il se saisit juste un peu quand on a son point de vue. Je ne regrette pas du tout d’avoir lu Penelope Douglas. J’espère que la suite sera traduite.

        1. @Pauline je note le conseil. Je lis très lentement en VO. Ma dyslexie et mes migraines me coincent rapidement. Je dois me concentrer ce qui les amplifient :( (quand je peux éviter je le fais le plus possible… c’est moche de vieillir x) )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *