[Avis] Le Bonheur entre les lignes par Matthew Quick

★Synopsis:★

Après un séjour en hôpital psychiatrique, Pat est de retour chez lui avec une philosophie de vie bien particulière : faire du sport, maigrir, et essayer d’être toujours d’humeur positive. Tout cela dans un seul but : reconquérir sa femme.
Un soir, chez un couple d’amis, il fait la connaissance de Tiffany, une jeune veuve dépressive qui semble avoir au moins autant de failles que lui. Malgré les réticences premières de Pat, ils concluent un marché : elle servira d’intermédiaire pour transmettre les lettres que Pat écrit à sa femme si celui-ci accepte de participer avec elle à une compétition de danse…

★Mon avis:★
Parfois, il m’arrive d’avoir un coup de coeur pour une oeuvre avant d’avoir lu le roman dont elle est issue. J’ai découvert l’histoire de Matthew Quick à travers son adaptation cinématographique Happiness Therapy avec Bradley Cooper. Je mettais lancer en VO, j’ai relu le récit en VF. Et je suis toujours sous le charme. Si vous cherchez une aventure douce, mignonne, simple, vous risquez d’être étonné.

le-bonheur-entre-les-lignes-matthew-quick

L’auteur n’est pas tendre avec ses personnages. Son style est différent de celui que laisse entrevoir Pardonne-moi Léonard Peacock. Ici, le héros n’a pas seize ans, il a un passif et un futur assez compliqué, parfois loin d’être rose. Les mots se parent de cette part de ténèbres, loin de la lumière que les hommes ont au fond d’eux. Loin de cette joie de vivre, de l’espoir et de l’optimisme, ils dévoilent des fonds plus dramatiques comme la dépression, la bipolarité. Le Bonheur entre les lignes possède un charme qui sort des sentiers battus. Il est original, à la fois un peu amer, brutal et doux.

Un mélange détonnant, peu banal et que j’ai adoré. Pat s’avère sous ses airs optimistes complètement perdu. La façade qu’il présente à ses proches, aux autres cachent une peine infinie, un mal-être, un sentiment étrange de tristesse. Ses airs d’optimisme servent de barrières. Quelque part, j’ai compris son système de survie, de façon de prendre les événements, les coups du sort. Je crois que je me suis attachée à lui avec son grain de folie. Pareil pour le personnage féminin Tiffany. Dépressive, sa vulgarité, ses impolitesses, ses côtés méchants semblent eux aussi lui servir de carapace. Tous les deux donnent l’impression de se créer une bulle pour exclure les autres, pour ne pas avoir encore plus de mal à avancer au quotidien. Je suis tombée amoureuse de ses deux âmes qui se trouvent, s’apprivoisent et finissent par s’aimer.

Pat a aimé, aimé au point de s’oublier, aimé au point de pardonner peu importe les actes la femme de sa vie. Du moins, celle qu’il pense être cette femme qui sera tout pour lui. Sa détresse, sa folie, sa passion, son coeur ont su me conquérir. Comme dans le film, j’ai adoré ce héros atypique, décalé, merveilleux dans son imperfection. Cette petite flamme d’espoir qui ne s’éteint pas, persiste et brille dans la nuit, voilà ce qui fait tenir cet homme malade et incompris. Tout change quand Tiffany débarque dans son quotidien. Matthew Quick signe un récit brillant, rempli de références littéraires et musicales. Il touche le coeur, il le marque au fer rouge et apporte un regard étonnant sur les personnes atteintes d’une maladie mentale. Les moments décrits s’avèrent forts, intenses, comme les réactions des parents à travers le rejet du père ou l’amour excessif de la mère. Personne n’est vraiment normal. Sortir du lot a ses avantages et ses inconvénients.

Au final, Le Bonheur entre les lignes s’attarde sur ses petits riens qui ne se remarquent pas forcément, sur ses petits choses insignifiantes qui cachent des moments sublimes, des rencontres extra ordinaires. Le roman touche et montre du doigts les réactions possibles face à une maladie mentale. Chacun a sa bulle, chacun a son monde, mais où la folie commence-t-elle vraiment selon les normes? Un roman particulier qui met en scène des personnages qui se protègent à leur manière du regard des autres.

★ Merci au Livre de Poche et à NetGalley pour ce SP ★

★Ma note:★
★ 9/10 ★

★Informations:★
360 pages
Editeur : Le Livre de Poche
Date de parution: 25 mai 2016
Collection : Littérature & Documents

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *