[Avis] L’affaire SK1 de Frédéric Tellier

Trouver les mots. Poser les émotions ressentis. Pour certaines oeuvres cela s’avère plus difficile que pour d’autres. L’affaire SK1 relate la traque de Guy Georges, serial-killer des années 90. Ce dernier a sévi surtout dans l’est parisien en violant et assassinant plusieurs femmes. 10 ans d’enquêtes aboutiront à son arrestation. 10 ans de la vie de l’ inspecteur Frank Magne. 1à ans pour rassembler des preuves, des informations, des comparaisons de cas pour prouver les liens entre différentes affaires. Le sujet prend aux tripes dès les premières images. Glauque, dur et brutal. Les faits divers sont retransmis avec forces, qualités et défauts se succèdent pendant près de deux heures.

Synopsis:Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d’une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d’enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d’avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l’affaire Guy Georges, le tueur de l’est parisien ».

L’ Affaire SK1 - Affiche
La photographie offre une immersion dans l’enquête avec une image qui laisse appercevoir les années qui passent. Les décors accentuent cette impression. L’ambiance respire le suspense, lourde, elle ne permet pas de souffler un seul moment. L’ambiance pèse et tient en haleine. Raphaël Personnaz et Adama Niane interprétent les 2 principaux protagonistes, ils sont remarquables dans leur rôle. Personnaz donne littéralement vie à son personnage. Il est impressionnant. Dans les petits bémols, la crédibilité de certains acteurs donnent le sentiment d’être devant un téléfilm du dimanche soir à la maison. Ils freinent dans le charme du film.

L’Affaire SK1 s’avère un thriller prenant, parfois très difficile à supporter. Le côté têtu de l’inspecteur pousse à vouloir savoir la fin même si l’affaire a été suivie. L’enquête prend dans son sillage. Le point de vue se montre davantage du côté de la police que du coupable. Les tripes se serrent à de nombreux moments. Intensément. Le tueur ne donne pas sa voix, sa vision des événements. Et quelque part, c’est compréhensible vu la noirceur des faits. Déjà très sombres, brutes et à la limite du supportable. (J’insiste mais j’ai eu plusieurs fois le coeur serré et les yeux qui me piquaient). Le serial killer est un monstre, un être qui n’a plus rien d’humain quand on découvre ses actes, ses victimes… Les images, les mots, se succèdent et tourmentent l’esprit bien longtemps après le dernier clap de fin.

Note:
7,5/10

Informations:

Date de sortie: 7 janvier 2015
Durée: 2h0min
Réalisateur: Frédéric Tellier
Casting: Raphaël Personnaz, Nathalie Baye, Olivier Gourmet
Genre: Drame , Policier
Nationalité: Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *