[Avis] La Légende de Kaspar Hauser de Davide Manuli

La légende de Kaspar Hauser m’a surprise. Le film de Davide Manuli met en scène le personnage principal Kaspar Hauser d’une manière assez étonnante. L’androgyne échoue sur une île perdue. Se retrouvant au milieu de figures éclectiques: un duchesse presque sortie d’une oeuvre vampirique avec son look gothique séduisant (du moins à mes yeux), un prêtre étrange qui joue au foot, un dealer déjanté qui voit des ovni, un shérif qui prend sous ses ailes protectrices le jeune échoué.

La Légende de Kaspar Hauser - Affiche

Synopsis:

Une île rocailleuse baignée de soleil, époque indéfinie, un ailleurs. Un corps s’échoue sur la plage. C’est celui de Kaspar Hauser, le prince héritier mystérieusement volatilisé à l’enfance. Ce corps réanimé qui refait surface semble avoir perdu l’esprit. Son apparition trouble la routine insulaire. Qui est Kaspar Hauser ? Un souverain, un idiot, un imposteur ? Inquiète, la Grande Duchesse de l’île appelle à la rescousse son amant, Pusher, dealer et tueur à gage. Inconscient de la menace qui pèse sur lui, l’étrange garçon apprend la vie auprès du Shérif… un ancien DJ qui voit en lui le nouveau Messie.

Dans le film, la musique forme un protagoniste à part entière. Elle vibre et prend une place importante. Elle est signée par Vitalic, prenante et dynamique, les notes sont entêtantes électro.

Je me demande encore si Kaspar était en vrai un homme ou une femme. D’accord, la poitrine mise aux eux de tous, les côtés éjaculateurs (là je m’interroge encore, des crachats du héros, provocation??? ) laissent planer le doute sur l’identité sexuelle. Comme si le héros cherchait bien plus que les apparences pour se définir. Les seins dénudés, les tatouages et le survêtement accentuent les courbes féminines de Silvia Calderoni. Ses mouvements ne cessent jamais d’être en mouvement. Trop à la longue. Je me suis retrouvée partager entre le scepticisme, la fascination et le côté « non mais ils ont fumé quoi là le réalisateur et le scénariste? ».

La Légende de Kaspar Hauser - Photo Silvia Calderoni

Chaque habitant de l’île a sa propre vision de Kaspar. Tour à tour, le trouble se disperse. Vincent Gallo est captivant dans sa double interprétation ombre et lumière, bien et mal à travers le Shérif et le Dealer, il joue deux dualités, deux côtés de l’homme. Le protecteur a un rôle étonnant.

La Légende de Kaspar Hauser perturbe. Sa photographie en noir et blanc rend magnifique les scènes, augmente les sentiments. Cependant le traitement des personnages m’a semblé un peu zinzin, et un poil pas assez développé pour m’attacher. L’ensemble se présente comme une oeuvre barrée, parfois drôle. Un long métrage en plusieurs actes qui sort de l’ordinaire, les sentiers prennent des chemins rigolos par moments. La foi, la religion, l’amitié, l’amitié se côtoient dans un étrange mouvement.

Ma note:

5/10

Plus d’informations:

Sortie: 11 septembre 2013 / Distributeur: Les Films à un dollar / Genre: Comédie, Drame

Casting: Vincent GalloClaudia GeriniElisa SednaouiFabrizio GifuniMarco LampisSilvia Calderoni

Merci au distributeur pour la projection. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *